Bien-être et santé

Le molybdène, cet élément méconnu de notre santé

Et voilà que nous (le grand public) découvrons que nous avons du molybdène dans le corps. Remarquez, un peu comme Molière faisait de la prose : mieux vaut découvrir succinctement son rôle, plutôt que de se jeter sur les compléments alimentaires.

Molybdène, définition

Du grec molybdos, « qui ressemble au plomb », le molybdène a été isolé en 1778 par le chimiste suédois-allemand Carl Scheele. Les principaux producteurs de molybdènes sont aussi ceux de cuivre, le sulfure de molybdène étant naturellement associé à ce dernier. Les Etats-Unis, le Canada et la Chine représentent plus de la moitié de la production mondiale.

En métallurgie, il sert à fabriquer de l’acier renforcé et inoxydable. De fait, il est l’un des rares éléments à favoriser à la fois l’alliage avec un autre métal et à rendre celui-ci inoxydable. Les japonais, dit-on en faisaient des couteaux dès le XIe siècle.

Côté histoire occidentale, la grosse Bertha allemande envoyait des boulets en acier renforcé au molybdène. Aujourd’hui, il sert à l’industrie métallurgique, mais aussi à catalyser le soufre présent dans le pétrole, dans la fusion du verre optique, ou encore à conserver le vin blanc contre la corrosion du dioxyde de soufre.

Autre usage, à dose infinitésimale, les prothèses dentaires : en effet il est inoxydable et très résistant à la chaleur. Il fait partie des alliages « nickel-chrome », qui ont donné leur nom à quelque chose de bien fait.

A très haute dose, le molybdène est réputé toxique pour l’organisme humain : les ouvriers d’usines de l’époque soviétique, exposés en permanence à cet élément, en ont fait la mauvaise expérience. Problèmes au foie et aux reins (des stockeurs naturels) et aux articulations garantis.

Un oligo-élément essentiel de l’organisme

Ce qui n’empêche pas l’organisme de contenir du molybdène, à dose infinitésimale. Il y a un rôle double : il est un précurseur d’acides aminés, ces derniers étant le matériau de fabrication des protéines ; et il est impliqué dans la création des purines, constituants de l’ADN.

Il sert aussi à l’élimination des déchets des protéines par l’organisme.

Symbole du molybdène

Celui utilisé en métallurgie et celui de notre organisme est le même. Dans le tableau périodique, le symbole atomique du molybdène est Mo et son numéro atomique 42, le molybdène comprenant 42 électrons. Et il est situé dans la sixième colonne, celle des métaux de transition (comprenant 30 métaux et alliages, tous très bons catalyseurs, dont le fer, le cuivre, le zinc, etc).

A la fois toxique et nécessaire, tout dépend du dosage !
A la fois toxique et nécessaire, tout dépend du dosage !


Molybdène : plante et horticulture

Si vos crucifères (brocoli, chou-fleur, chou), légumineuses (fèves, pois, trèfles), primevères et poinsettias ont les feuilles qui pâlissent et surtout rétrécissent, peut-être sont-ils carencés en molybdène.

Cet métal est présent dans la plupart des engrais solubles dans l’eau. Il est nécessaire aux plantes en très petite quantité : il convertit le nitrate en ammoniac, celui-ci servant à la synthèse des acides aminés. Il sert aussi à la fixation de l’azote atmosphérique par les légumineuses et à la conversion du phosphore inorganique en phosphore organique.

Une carence en molybdène est rare, mais elle peut être le résultat d’un excès de recours aux sulfates, ces derniers réduisant l’absorption de molybdène par la plante. Or, il est précisément le micronutriment supprimé par une augmentation d’acidité du sol.

Trop de molybdène dans le sol ? Cela n’est pas directement toxique pour la plante, mais pour les ruminants qui l’ingèrent : la molybdénose est une carence en cuivre chez l’animal, provoquée par cet excès de molybdène.

Molybdène et santé

Selon l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’apport quotidien conseillé de molybdène est de 30 à 50 μg (microgrammes) pour un adulte en bonne santé, un peu plus pour un adolescent et une femme enceinte (65 μg).

Aucune carence n’a jamais été constatée chez une personne en bonne santé : presque tous les aliments en contiennent, sachant que leur teneur peut différer d’une région à l’autre, selon la teneur du sol. Mais n’exagérons pas non plus : pas de molybdène, pas de pousse des plantes.

La teneur d’un aliment ne figure pas non plus sur l’étiquette, mais voici la liste des aliments les plus riches en molybdène : les abats (foie et rognons), le lait et les produits laitiers, mais aussi les lentilles, le blé, le riz, le maïs, les pois chiches, haricots blancs, épinards, tomates, courgettes, noix, amandes et noisettes.

A l’inverse, le thé noir et le soja réduisent son absorption par l’organisme, tandis que le fer, le zinc et le cuivre la favorisent.

A la fois toxique et nécessaire, tout dépend du dosage !
A la fois toxique et nécessaire, tout dépend du dosage !

Molybdène et intestin

Une carence est surtout susceptible de concerner les personnes atteintes d’une entéropathie (maladie de l’intestin) qui réduit l’assimilation de tous les micronutriments. Ainsi surtout de la maladie de Crohn (syndrome de l’intestin irritable).

Autre cas de carence, les personnes nourries sur le long terme par perfusion. Cette carence se manifeste par des migraines, de la tachycardie et des vomissements.

Molybdène et cancer

La recherche a déjà exploré le rôle possible de ce métal sur certains cancers, sans résultats probants. En revanche, certains cancers de l’estomac auraient été observés dans des régions au sol pauvre en molybdène. Le lien ? Très vraisemblablement les nitrates des engrais employés, que les bactéries transforment en substances cancérigènes.

Molybdène et compléments alimentaires

Pourquoi en prendre en compléments alimentaires, alors que l’on est en bonne santé ? Parce qu’en complément alimentaire, le molybdène ne se vend jamais seul, ce qui ne rimerait vraiment à rien, en cocktail multivitaminé ou multi oligoéléments.

Si vous êtes fatigué ou traversez une période dépressive, vous allez être tenté. Rappelez-vous tout de même que vous êtes en bonne santé, et que lire trois lignes sur internet ne vous donnent pas les connaissances suffisantes pour vous y adonner. Vous découvrez de façon elliptique, le rôle de ce métal dans votre organisme ? Bravo pour votre curiosité, mais ce n’est pas une raison pour vous ruer dessus.

Au pire, le risque est a priori minime : l’organisme élimine de lui-même un excès de molybdène.

Molybdène et traitements

Cancer, mais aussi anémie, caries dentaires, troubles de l’érection : sachez qu’en aucun de ces cas, le rôle de cet élément n’a été prouvé.

Molybdène et effets secondaires

Les femmes enceintes et allaitantes ne doivent absolument pas en prendre de leur propre chef. Et si on est un adolescent fatigué ? Ce n’est pas mieux, il gêne la croissance des os.

Si vous avez les reins fragiles, abstenez-vous également : sa prise peut provoquer une augmentation du taux d’acide urique dans le sang et des symptômes de goutte.

En un mot, le corps humain n’est pas en acier inoxydable : pas besoin de haute dose de molybdène pour tenir debout. Ne succombez pas aux modes, mangez de préférence des produits sains et bios. Et fichez la paix à votre santé.

Molybdène, quel est son prix ?

Sur le cours des matières premières, le molybdène se porte bien. Vous pouvez investir en Bourse ! En compléments alimentaires, il oscille entre dix et vingt euros. Et là, allez savoir pourquoi.

Pour en savoir plus

La santé au naturel vous intéresse ? Jetez-un oeil à nos sujets :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer