Le covoiturage, le plein d’économies et d’écologie

Voyager à plusieurs pour réduire son impact

By Pascale

4 personnes assises dans une voiture rouge pour un trajet en covoiturage

En dix ans, le covoiturage est devenu une pratique normale : gain d’argent et de temps, bénéfice écologique, lien social. Il inscrit la voiture dans les nouveaux modes de mobilité.

Définition du covoiturage

Le covoiturage est l’utilisation conjointe d’une voiture par un conducteur non professionnel et un ou plusieurs passagers, dans le cadre d’un trajet effectué par le conducteur pour son propre compte et qui ne donne lieu à aucune rétribution autre que celle du partage des frais (article L.3132-1 du code des transports).

Comme toute mobilité s’exerçant sur la voie publique, le covoiturage est encadré par la loi : il doit impérativement remplir les deux conditions du trajet effectué par le conducteur pour lui-même, et la limitation des échanges financiers au partage du coût du transport (carburant, éventuels péages ou frais d’assurance, commission si les passagers et le conducteur se sont été mis en relation via une plateforme).

La condition de l’assurance est importante : en plus du permis de conduire, l’assurance aux tiers couvre les éventuels dommages causés à des tiers. Quant au prêt du volant, tout dépend de votre contrat : attention à ce qu’il le prévoit, sachant qu’il peut être soumis à une franchise. A noter également que si le conducteur réalise des bénéfices, il ne s’agit pas de covoiturage : l’assurance responsabilité civile risque de ne pas jouer.

Quel est le principe du covoiturage

Toutes les plateformes de covoiturage ont l’obligation d’assurer le principe du partage des frais entre le conducteur et le ou les passagers, ainsi que d’informer leurs utilisateurs de façon loyale, claire et transparente des conditions d’utilisation et de modalités de référencement et de classement des offres.

Homme descendant d'une voiture en covoiturage, jeune femme noire conduisant
Une alternative écologique à vos déplacements

Obligations et droits des sites et plateformes de covoiturage

En dépit des différences d’options qu’elles peuvent proposer, toutes les plateformes de covoiturage fonctionnent selon des principes communs :

  • le prélèvement d’une commission  sur les frais partagés par les covoitureurs,
  • le conseil aux conducteurs sur les sommes qu’ils peuvent demander aux passagers, ce qui évite à celui-ci une requalification en activité professionnelle,
  • une charte de bonne conduite incluant les obligations du conducteur (être titulaire du permis de conduire, être en règle avec son assurance, etc.) et les règles de bon sens – dont la ponctualité – et de politesse à respecter de la part de tout le monde.

Le paiement s’effectue désormais principalement en ligne, une fois le passager accepté par le conducteur. Mais le paiement en main propre le jour du trajet reste légal.

En cas d’annulation, les plateformes de covoiturage sont soumises aux règles de protection des consommateurs, qui doivent pouvoir en connaître les modalités : si l’annulation est à l’initiative du conducteur, le passager est intégralement remboursé. Si elle est à l’initiative du passager, tout dépend du moment de l’annulation par rapport au trajet.

Enfin, un conducteur a le droit de ne pas accepter un passager, de poser ses conditions (fumeurs, animaux de compagnie). Et les covoitureurs ont la possibilité de faire des commentaires mutuels, sachant que chacun a un niveau, de débutant à expert et ambassadeur.

Les principales plateformes

Blablacar, l’incontournable su covoiturage

Créé en 2006 (sous le nom de covoiturage), Blablacar est aujourd’hui le leader mondial du covoiturage avec plus de 100 millions d’utilisateurs dans 22 pays, dont deux en Afrique, le Maroc et le Sénégal.

En France, Blablacar compte 22 millions d’inscrits, dont 60% de la population des 18-35 ans. Blablacar est principalement consulté pour les départs en week-end et en vacances, reste la première plateforme des trajets sur longue distance.

Les tarifs des frais partagés sont évalués en référence aux tarifs fixés par l’administration fiscale : 0,41 €/km divisés par 5 (conducteur et 4 passagers), soit 13€ pour un trajet Bordeaux-Toulouse ou 24 € pour Paris-Lyon. Autrement-dit, une plateforme fiable avec des tarifs très avantageux, avec possibilité de réserver à la dernière minute.

Covoiturage : les plateformes domicile-travail

Le covoiturage sur les trajets domiciletravail part du constat que 40% des français travaillent dans des zones mal desservies par les transports en commun.

La plus grande plateforme qui propose le covoiturage pour les trajets quotidiens domicile-travail :

  • Klaxit (qui a racheté IDVROOM, créé en 2014 par la SNCF) est le leader de ce type de covoiturage, présent dans 8 agglomérations françaises dont Paris, Lyon, Lille, Toulouse, et Bordeaux, Lyon, mais aussi Bruxelles. Il permet ainsi le trajet de plus d’un million de personnes de 300 entreprises. Grâce aux partenariats existant entre cette plateforme et la plupart des grandes métropoles, des subventions partielles ou intégrales des frais liés au covoiturage sont faites sur certains tarifs. En Île-de-France, pour les passagers en possession d’un Pass Navigo, deux transports en covoiturage sont offerts par jour. Dans le reste de la France, pour les passagers ayant un Pass Transport, la plupart des trajets en covoiturage faits au sein des collectivités partenaires Klaxit sont gratuits jusqu’à 25 km/trajet à raison de 2 trajets par jour, puis 0,10 €/km.
Carpool, réservation de covoiturage sur appli smartphone
Facilité d’accès

Autres plateformes spécialisée dans les trajets domicile-travail :

  • MyEcoCar,
  • Trajet à la carte : service gratuit sur courtes distances, qui affiche les personnes travaillant dans la même zone géographique),
  • La Roue Verte : à vocation écologique affichée, qui propose à la fois les trajets du quotidien et des trajets ponctuels y compris sur longues distances).
  • Carpooling, le géant du covoiturage en Europe, il propose une option covoiturage exclusivement féminin.

Liste non-exhaustive, il y a aussi :

  • Roulez Malin (plateforme présente à Paris, Grenoble, Nancy et Rennes),
  • Top Covoiturage (qui propose aussi de la livraison de colis),
  • Karzoo (en France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Suisse, Pays-Bas, Autriche) qui est sans commission et en quatre langues (français, anglais, néerlandais, allemand),
  • GoMore, plateforme venue du Danemark, sans commission et qui pratique, par ailleurs, la location de voitures entre particuliers.
  • Covoit’ici : elle fonctionne sur le même principe qu’un transport en commun : les conducteurs récupèrent les passagers aux arrêts matérialisés, et partagent ainsi leurs frais de déplacements, sans réservation ni commission. Covoit’ici fonctionne, par exemple, dans la vallée de Kaysersberg en Alsace. Pour demander à vos élus de lancer une ligne dans votre région, le “kit du citoyen” est disponible sur le site internet de la plateforme.
Panneau routier d'aire de covoiturage
Place aux mobilités douces

Covoiturage : 100% économie et écologie

Économique à l’heure de l’augmentation du coût du carburant, le covoiturage est bien sûr, écologique et intéressant pour réduire la pratique une voiture – une personne. Le frein psychologique dû au fait que la voiture est le prolongement de sa maison arrête de moins en moins de monde.

NOUVELLES IDEOLOGIES URBAINES
Prix: 4,26 €
Économisez: 10,74 € (72%)
Prix mis à jour le 12-06-2024 à 9:47 PM.

Quels sont les avantages du covoiturage ?

Les bonnes raisons de se mettre en cette forme de mobilité durable sont nombreuses.

  • Réaliser des économies et réduire les frais des dépenses (coût du carburant, des péages, de stationnement de l’entretien du véhicule, de la consommation des pneus …)
  • Réduire l’impact environnemental e de la pollution grâce à un nombre réduit de véhicules en circulation
  • Réduire les embouteillages et gain de temps en raison d’une réduction significative du trafic
  • Améliorer les relations sociales car il permet de partager des bon moments des convivialité entre les personnes
  • Limiter les accidents car le conducteur est porté à respecter le code de la route, ce qui réduirait les risques d’accidents sur la route pour conduire les passagers jusqu’aux destinations.

Quelle est la différence entre le co-voiturage et l’auto partage

Ces deux termes sont de plus en plus utilisés et ont commencé à se répandre dans le cadre d’un mode de vie axé sur la durabilité.

Ils désignent tous deux un concept innovant de mobilité visant à protéger l’environnement et à économiser de l’argent.
Bien qu’ils aient les mêmes objectifs, il s’agit néanmoins de deux concepts différents. Voici en quoi ils diffèrent fondamentalement.

  • L’auto partage (ou car sharing) est une forme de location de voiture dans lequel le propriétaire (ou la société propriétaire de la voiture) loue la voiture pour une certaine période de temps, moyennant un tarif fixe. Le point de prise en charge de la voiture est défini par l’application et peut être proche du domicile, et vous laissez la voiture où vous voulez à la fin de la période de location.
  • Le co-voiturage (ou car poooling) est un véritable partage d’un véhicule privé entre plusieurs personnes qui doivent effectuer le même trajet. L’accès au service passe par le propriétaire de la voiture qui décide de prendre le passager à son domicile ou à un certain point conventionnel, mais qui le laissera à un point établi qui n’est pas nécessairement le domicile du passager ou un endroit pratique.

Sur la base de ces définitions, il est clair que dans l’auto partage, la voiture n’est pas un moyen à partager avec son propriétaire, mais un outil à offrir en tant que service, contre paiement.

Une autre différence peut être observée dans l’environnement de l’entreprise. Dans le cas de l’auto partage, la voiture partagée appartient à l’entreprise qui la met à la disposition de ses employés. Dans le cas du co-voiturage, en revanche, la voiture appartient à un employé qui décide de partager son véhicule avec d’autres collègues afin de se rendre ensemble sur le lieu de travail ou d’effectuer des voyages d’affaires.

Ils ont un point commun : s’ils sont tous deux gérés par l’intermédiaire d’une application, il s’agit de services à la carte, même si le coût est différent. Le car poooling commence par de petites sommes qui doivent couvrir le carburant et l’utilisation de la voiture privée, tandis que le partage est lié au coût horaire ou au kilométrage de la société qui offre le service de location, et il est nettement plus élevé.

 

Laisser un commentaire