Alimentation et grossesse : comment manger deux fois mieux ?

Assurer votre santé et celle de votre bébé

By Sophie Neveu

Alimentation et grossesse

La grossesse est le début d’un merveilleux chapitre dans la vie d’une famille. A la clé, un enfant et de l’amour. Mais cette étape n’est pas de tout repos. Loin de là. En plus de subir, à plus ou moins grande échelle, des dérèglements hormonaux, des nausées et autres douleurs, la femme enceinte doit faire plus attention à la qualité de ses plats pour notamment éviter la survenance de maladies telles la toxoplasmose ou la listériose. C’est pourquoi alimentation et grossesse doivent se coordonnées afin d’apporter tous les nutriments nécessaires à la femme enceinte et à son enfant. Et ce, avant, pendant et après l’arrivée de bébé.

Alimentation et grossesse : Avant, faire le plein de vitamine B9

La vitamine B9, autrement appelée folates, joue un rôle déterminant dans le développement du fœtus. C’est pourquoi il est préférable qu’au moment où vous choisissez de vous lancer dans un tel projet de vérifier vos apports en folates.

Comment ? D’abord, il faut avoir une alimentation équilibrée et variée avant la grossesse. Puis, consultez votre médecin afin qu’il vous prodigue les conseils adaptés à l’écriture de ce nouveau chapitre de votre vie.

Quels aliments contiennent de la vitamine B9 ?

  • légumes : épinards, salade, brocolis, chou-fleur, betterave, haricots verts, courgettes, petits pois, asperges, avocat.
  • fruits : melon, fruits rouges, agrumes, bananes
  • féculents : préférez les céréales complètes
  • légumineuses : haricots rouges, lentilles, pois chiche
  • oeufs
  • certains produits laitiers : fromage blanc, camembert et brie, bleu.

Enfin, votre médecin pourra juger nécessaire une supplémentation en folates lors du lancement de votre projet et durant le premier trimestre de la grossesse.

BABY en légumes

Alimentation et grossesse : pendant, ce qu’il faut éviter pour votre santé et celle du bébé

En plus de la question du bon développement du foetus et pour éviter un accouchement prématuré, la femme enceinte doit prendre soin d’elle pour d’abord être en forme et vivre au mieux sa grossesse, mais aussi pour ne pas déclencher de toxoplasmose ou de listériose. C’est pourquoi parler d’alimentation et grossesse revient à décider de prendre soin de soi.

Les aliments interdits pour la femme enceinte

Sans surprise, il convient de bannir toute consommation d’alcool, de tabac et de drogue durant la grossesse. Celle-ci peut emporter de graves conséquences pour votre bébé.

Autrement, les usagesrecommandent de ne pas consommer :

  • de la charcuterie : saucisson, pâté, foie gras, jambon cru, rillettes, etc.
  • de la viande et des poissons crus ou fumés
  • certains poissons chargés en mercure : espadon, marlin, lamproie, brochet, anguille, etc.
  • de coquillages et crustacés crus
  • de fromage au lait cru et de fromage râpé industriel

Grossesse et alimentation : les aliments déconseillés à la femme enceinte

Certains aliments vont être déconseillés notamment en raison de leur mode de cuisson.

Par exemple, les oeufs sont autorisés dans l’alimentation de la femme enceinte sauf s’ils ne sont pas cuits, ou trop peu. Il est préférable de les manger durs ou en omelettes par exemple.

De façon générale, ayez en tête qu’il est mieux de toujours bien cuire la viande et les poissons.

Côté fruits et légumes, vous pouvez presque tout manger à condition de les avoir bien lavés et éplucher s’ils ne sont pas bio ou si vous ne connaissez pas le producteur dans le cadre d’un circuit court. Ceci vous évitera de consommer les pesticides qui peuvent éventuellement s’être installés dans les peaux des fruits et légumes. D’ailleurs un conseil qui s’applique à tous sans besoin d’attendre un enfant.

Limitez les aliments sucrés comme les jus de fruits industriels ou boissons sucrées. Les fruits séchés (dattes, pruneaux, etc.) sont à écarter. Les confitures aussi.

En tout logique, limitez fortement les aliments transformés. Yaourts au fruits, plats préparés, biscuits aux fruits, etc. En somme toute préparation liquide ou solide issue de la production industrielle. Ces préparations contiennent un certain nombre d’additifs et sont très sucrés.

Enfin, attention aux excès de sel ! Si vous aimez particulièrement saler vos plats, parsemer-les de gomasio ou de graine de chanvre.

Alimentation et grossesse : les nutriments à privilégier grâce à une alimentation équilibrée !

Sans être exhaustif, voici une liste des aliments autorisés durant la grossesse :

  • Jambon blanc, viande et poissons bien cuits, fromage au lait pasteurisé sans croûte, œufs durs, les fruits et légumes.
  • Et, raisonnablement : les boissons telles que le thé et le café.

Il est indispensable d’assurer son apport en :

  • folates ou vitamines B9
  • calcium grâce à la consommation de produit laitier tous les jours
  • vitamine D. Promenez-vous au quotidien ou voyez avec votre médecin pour la prescription éventuelle de compléments alimentaires
  • fer. Que vous trouvez dans les légumes mais aussi en buvant des tisanes de feuilles de framboisier. Aussi tous les jours.
  • glucides au travers des sucres lents comme les féculents, céréales complètes, pains et légumes secs. Manger notamment une poignée par jour d’amandes et vous serez au top !

Alimentation et grossesse : végétaliennes et végétariennes doivent-elles être supplémentées ?

En cas de végétarisme et de véganisme, renseignez-vous auprès de votre médecin qui pourra vous prescrire au besoin des compléments alimentaires pour vous assurer un apport suffisant en vitamines B9 et B12 et aussi en calcium.

Il est d’ailleurs à noter que les aliments à base de soja sont autorisés mais il convient de ne pas en abuser.

femme enceinte mangeant une plaquette de chocolat

Alimentation et grossesse, et après ?

Et bien si vous avez réussi à adopter une alimentation pendant votre grossesse aussi saine, pourquoi ne pas continuer ? Ceci est un plan d’action qui s’applique à tous : moins de sucre raffiné, moins d’aliments transformés, des légumes en quantité, des céréales complètes, moins de viande et de charcuterie, etc. Des plaisirs certes mais qui, à trop y céder, altèrent notre état de santé.

Évidemment pour les femmes allaitantes, il est plus que recommandé de poursuivre cette alimentation jusqu’à la fin de la période.

Laisser un commentaire