Santé au naturel

Le collagène, cet engouement dont le bénéfice n’est pas prouvé

Décryptage de cette nouvelle tendance

Indispensable à la structure du corps humain, le collagène se vend comme des petits pains sur internet, au prétexte qu’il vous conserverait un corps de couverture de magazine. Pas tout à fait exact.

Qu’est-ce que le collagène ?

Le collagène est la protéine la plus abondante du règne animal. Chez les mammifères, elle représente un quart de la masse protéique. Chez l’être humain, elle en représente entre 30 et 35%, soit 5% de la masse totale d’un individu.

A quoi sert le collagène ?

Le collagène est une protéine structurante, au sens où il contribue à la structuration de l’organisme. Il est présent dans la peau, les tissus osseux, les muscles, les cartilages, les tendons, les ligaments et les tissus conjonctifs.

Il assure la cohésion, l’élasticité et la régénération de tous ces tissus. Ainsi, permet-il l’élasticité et la résistance de la peau. Sa dégradation a pour conséquence le vieillissement de celle-ci et la formation des rides.

Les différents types de collagène

L’organisme humain comprend 16 types de collagènes différents, qui dépendent de la combinaison des acides aminés. Ainsi, les types 1, 2, 3, 5 et 10 sont-ils les plus nombreux.

Collagène : inforgraphie montrant les 5 types de collagène les plus communs
Les 5 types les plus répandus

Type 1

Le type 1 est, de loin, le plus abondant dans le corps humain. Il est aussi le plus résistant. On le retrouve dans les tendons, les ligaments et la peau.

Il sert aussi à la formation des os et est présent dans le tube digestif. Celui-ci donne à la peau son élasticité, maintient les tissus conjonctifs et les empêche de se déchirer. Il intervient également dans la cicatrisation des plaies.

Type 2

Le type 2 est présent dans les cartilages. Il est donc essentiel au bon fonctionnement des articulations. Sa dégradation est synonyme de douleurs articulaires ou d’arthrite.

Type 3

Le type 3 se compose de fibres réticulaires, qui servent de maillage de soutien aux organes mous du corps humain. Dans la peau, on le retrouve avec le collagène de type 1, pour donner à celle-ci son élasticité.



Le type 3 est également présent dans les vaisseaux sanguins et les tissus internes du cœur. Une carence élevée du collagène de type 3 représente un risque de rupture des vaisseaux sanguins.

Type 5, le « collagène des cheveux »

Le type 5 entre dans la composition de la surface des cellules, dans celle des mèches de cheveux ainsi que dans le placenta de la femme enceinte.

Type 10

Le collagène de type 10 contribue à la formation osseuse et à la formation du cartilage articulaire. Il est impliqué dans la cicatrisation des fractures osseuses et la réparation des articulations synoviales.

Les aliments contenant du collagène

Le fameux bouillon d’os

La partie gélatineuse et non grasse des bouillons ou des fonds de viande réalisés avec des os et des cartilages, notamment les pattes et la queue, est du collagène brut naturellement hydrolysé.

Chez l’animal tout comme chez l’être humain, le collagène est concentré dans les les tissus conjonctifs tels que les muscles. Ainsi, les viandes qui contiennent des muscles (bœuf, porc, volaille, etc) en sont-elle riches.

Les autres sources

Mais le poisson et les œufs sont aussi de bonnes sources de collagène. De même que les cofacteurs indispensables à la synthèse du collagène que sont la vitamine C, le zinc et le soufre.

Lorsque vous consommez des fruits, leur vitamine C participent de la synthèse du collagène. De la même manière, lorsque vous consommez des brocolis, oignons et ail, riches en soufre, ou encore des champignons, des légumineuses ou des noix, à haute teneur en zinc.

Collagène : aliments riches en collagène : poisson, saumon, poivron, carotte, kiwi, citron, myrtille, brocoli, campignon, cerise, radis, crevettes, oeufs
De nombreux aliments sont des cofacteurs qui permettent une meilleure assimilation de la protéine

Pourquoi prendre du collagène ?

Douleurs ou pathologies articulaires

La question d’une supplémentation en collagène pour réduire les douleurs articulaires, a fortiori pour intervenir dans le traitement de pathologies telles que l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde, a bien sûr été étudiée d’un point de vue clinique.

Les différentes études ont démontré une légère baisse des douleurs et raideurs articulaires sur une prise constante à court terme (deux mois). En revanche, hormis ces effets légèrement bénéfiques à court terme sur l’arthrose de la main, de la hanche et du genou, la communauté scientifique s’accorde sur l’absence d’efficacité réelle à long terme à la fois sur les douleurs et sur le traitement des pathologies.

Blessures

Sachant que la bonne santé de nos tissus musculo-squelettiques que sont les tendons, les ligaments, cartilages et os est en partie liée à leur bonne teneur en collagène, une supplémentation en collagène en association avec la prise de vitamine C favoriserait la guérison des blessures musculo-squelettiques.

Elle permettrait également une meilleure récupération après une séance d’entraînement. Sans l’infirmer, les études scientifiques en la matière doivent encore le confirmer pour se permettre de l’affirmer.

Collagène et perte de poids ?

Voilà une certitude à propos d’une supplémentation en collagène dans l’espoir de prendre du poids : cela n’est d’aucun effet, hormis le fait que l’ingestion de protéine crée une sensation de satiété, qui évite de se tourner vers une alimentation sucrée. Mais c’est véritablement le seul effet de la prise de cette protéine pour perdre du poids.

Métabolisme

Le détail est que l’organisme n’ingère pas le collagène en tant que tel, mais le décompose en acides aminés, qu’il utilise ensuite pour synthétiser son propre collagène ainsi que d’autres protéines. C’est un peu le détail qui tue les marchands de collagène : ce n’est pas parce que l’on en absorbe, que l’on en obtient “tout fait” dans l’organisme.

Pourquoi cette mode ? Quels sont les potentiels bienfaits du collagène ?

Il est “vendu” comme une cure de rajeunissement de la peau ou comme un moyen de soulager des douleurs articulaires. Pire, de traiter une maladie auto-immune telle que la polyarthrite rhumatoïde.

Le rôle de l’industrie

Le collagène vendu sous forme de suppléments est issu de la gélatine obtenue par le traitement de carcasses et peaux d’animaux, le plus souvent de bovins ou de porcs d’élevage.

En Europe, le recours aux vertèbres de bovins dans sa fabrication (et plus généralement dans la fabrication des produits alimentaires) est interdit. En France, l’interdiction porte sur l’ensemble des os des ruminants.

Le collagène en poudre

La version poudre peut également être fabriquée à partir de sous-produits issus de la transformation du poisson tels que les écailles, la peau et les os.

A noter que les seules études affirmant que le collagène industriel est bon pour la santé sont issues de l’industrie elle-même. Autrement-dit, si vous voulez demeurez en bonne santé, mieux vaut manger équilibré et, à partir d’un certain âge, accepter que votre corps n’ait plus vingt ans.

Le Guide santé des séniors
Prix: 2,11 €
Économisez: 35,79 € (94%)
Prix mis à jour le 3-10-2022 à 7:23 PM.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page