Nutrition au naturel

La diversification alimentaire chez l’enfant : comment s’y prendre ?

Etre à l'écoute de son enfant pour lui apprendre à manger de tout

La diversification alimentaire des nourrissons est une étape très importante dans sa première année. Elle apparaît inévitablement chez l’enfant à partir de 4 mois. Elle consiste à introduire progressivement des aliments autres que le lait dans l’alimentation du nourrisson. Elle aboutit à une alimentation familiale vers l’âge de 1 à 2 ans.

A quel âge commence la diversification alimentaire ?

Selon le stade de développement de votre enfant et votre ressenti, la diversification alimentaire peut commencer entre 4 et 6 mois. Pendant cette période, la maturité digestive du nourrisson augmente progressivement. Il se prépare ainsi à recevoir que le lait maternel ou lait infantile.

Il est important de commencer tôt la diversification alimentaire car elle permet de diminuer les risques de développer des allergies alimentaires. Également, passé 6 mois, le bébé ne peut plus couvrir ses besoins nutritionnels avec uniquement du lait.

Quel rythme suivre pour les repas ?

Chaque enfant a son propre rythme. Si vers l’âge de 4 à 6 mois votre bébé suit un rythme de quatre repas par jour, on recommande de commencer la diversification alimentaire lors du repas du midi. Un moment où l’enfant est éveillé et réactif.

Évidemment, ces premières recommandations s’adaptent à vous et à vos enfants. Tout dépend de vos contraintes de vie et des envies de votre bébé. La règle principale est finalement d’écouter votre enfant. En effet, les bébés savent d’eux-mêmes réguler leur faim, alors écoutez-les et ne cherchez pas à leur imposer les choses trop vite. Aussi, gardez à l’esprit que son appétit peut varier d’une journée à l’autre.

Il est déconseillé de lui donner à manger en dehors des repas. Proposer des repas fixes, permettra à l’enfant d’être plus à l’écoute de son appétit et d’avoir faim au moment du repas.

Diversification alimentaire : enfant attrapant une cuillère

Quel aliment donner en premier à son bébé ?

Il est d’usage de commencer la diversification alimentaire par l’introduction des légumes. Parce qu’ils sont riches en vitamines, minéraux et fibres, ils deviendront, après le lait, l’élément principal de l’alimentation de l’enfant.

Au début, on propose de préférence des purées de légumes. Pour commencer, vous pouvez vous orienter vers des légumes faciles à digérer comme les carottes, courgettes, potiron, haricots verts, etc.

Selon la réaction et la tolérance de l’enfant à l’égard de ces premiers aliments, vous pouvez introduire petit à petit des légumes plus riches en fibres et donc plus difficiles à digérer comme le chou-fleur ou les poivrons.



Ensuite sont progressivement introduits :

  • les fruits : nature et cuits sous forme de compote. Quand votre enfant fait ses premières dents et qu’il découvre la mastication, vous pouvez alors lui donner des fruits crus.
  • les féculents : le premier donné est la pomme de terre
  • les matières grasses : en général vers 6 mois. Il est recommandé d’ajouter une cuillère à café d’huile par repas. On peut utiliser de l’huile végétale ou une noisette de beurre. L’ajout de lipides est important pour donner les acides gras essentiels, notamment des oméga 3.
  • les protéines : viandes, poissons et œufs bien cuits.
  • les laitages : durant toute la première année, le lait maternel peut rendre facultatif les laitages dans l’alimentation de votre enfant. Après, il est recommandé de lui donner des yaourts, fromages blancs, petit-suisses et fromages qui seront sources de calcium. Choisissez des produits sans additifs, notamment pour les yaourts qui en plus protègent le microbiote.
  • les céréales et fruits secs : à partir de 10 à 12 mois car ce sont des aliments très riches en fibres qui peuvent altérer le transit de l’enfant.

Diversification alimentaire : bébé mangeant avec les doigts

Diversification alimentaire : Quelle quantité donnée ? A quel âge ?

Dès sa naissance, un enfant prend naturellement les quantités de lait dont son corps a besoin et cela continue par la suite lorsque vous lui proposez d’autres aliments.

Au début de la diversification, c’est-à-dire entre 4 et 6 mois, le bébé goûte de nouveaux aliments en petite quantité. Progressivement, son appétit et ses capacités de digestion augmentent. Ne forcez pas systématiquement votre enfant à manger, il n’y a pas de quantité à atteindre et chaque enfant est différent.

L’équilibre alimentaire, dont dépend en grande partie la croissance de votre bébé, se réalise au cours d’une journée complète, voire sur plusieurs jours. S’il mange beaucoup lors d’un repas, il aura tendance à être moins gourmand au suivant. Faites confiance à votre enfant et ne vous inquiétez pas de le voir moins manger certains jours.

En ce qui concerne le rythme des repas, nous l’avons vu, il est en principe de 4 par jour dès 6 mois :

  • petit déjeuner,
  • déjeuner,
  • goûter
  • dîner.

Structurer ainsi l’alimentation de votre enfant sur la journée lui permet d’acquérir de bonnes habitudes le plus tôt possible.

Comment capter les signaux de votre bébé ?

S’il pleure, agite les bras et les jambes, ouvre la bouche avec enthousiasme à l’approche d’un biberon ou d’une cuillère, alors votre enfant a faim.

Si, à l’inverse, il s’endort sur le sein ou le biberon, ou mange très lentement sa purée, détourne la tête à l’approche d’une cuillère, il est peut-être rassasié.

Pour vous repérer, vous pouvez suivre les courbes et indicateurs du carnet de santé de votre enfant. Également, demandez conseil à son pédiatre.

Et la qualité des aliments ? Le fait maison a du bon dans la diversification alimentaire

Il n’est pas toujours possible de permettre à votre enfant de manger toujours des purées faites maison. En fonction des contraintes et de l’agenda des parents, atteindre un certain idéal est compliqué.

Nous vous recommandons de choisir des petits pots et aliments sans additifs et bio (en vous intéressant aux écolabels).

Vous êtes un as du fait maison ? A la bonne heure, en concoctant vous-mêmes les purées et mixtures pour votre enfant, vous dosez parfaitement les matières grasses et l’assaisonnement et, savez ce que votre enfant ingère.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page