Pourquoi les œufs tournent rond pour notre santé ?

A la condition de choisir des œufs bios, il n’y a aucune raison de se priver de cet aliment à haute valeur nutritionnelle.


L’œuf, la référence protéique

L’Organisation Mondiale de la Santé a retenu l’œuf comme standard d’efficacité protéique chez l’enfant : de fait, l’œuf (de poule) contient tout d’un futur organisme. Il est l’un des rares aliments considérés comme une protéine complète : des protéines très digestes, à haute concentration en acides aminés essentiels, dont l’arginine indispensable à l’enfant, et la lysine dont la carence est irréversible.

Bienfaits et valeurs nutritionnelles des œufs

Une rare source naturelle de vitamine D

Hormis la vitamine C, l’œuf contient tout le panel des vitamines. Il est, en particulier, un apport en vitamine D, la fameuse vitamine du soleil utile à nos os et à notre système immunitaire. Symboliquement, c’est le jaune d’œuf, qui fait office de soleil : 100 gr de jaune d’œuf fournissent 10% de l’apport journalier nécessaire.

De l’iode dans l’œuf !

L’iode, c’est l’indispensable « carburant » de la thyroïde, faute duquel elle ne peut synthétiser les hormones indispensables au bon fonctionnement du système nerveux central et à la croissance. Or, 100 gr d’œuf couvrent un tiers des AJR (apports journaliers recommandés). Par ailleurs, l’œuf est une source de phosphore et de potassium.




Zoom sur les œufs
Zoom sur les œufs

Des caroténoïdes bonnes pour la vue

Si vous n’aimez pas les carottes, l’œuf est une excellente alternative pour faire le plein de caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine), dont une carence augmente le risque de dégénérescence maculaire et de cataracte liées à l’âge.

Le cholestérol, une fausse mauvaise réputation

Avec les abats, le jaune d’œuf est l’aliment le plus riche en cholestérol : environ 220mg pour un œuf. L’absence de lien entre un taux élevé de mauvais cholestérol (le LDL) et une forte consommation d’œufs a été démontrée. Le taux de mauvais cholestérol est, en réalité,  directement lié à un mauvais travail du foie, certes à partir d’acides gras saturés issus de l’alimentation. Mais un quart seulement des lipides dans le sang provient d’une alimentation saturée en graisses.

L’œuf, un aliment peu calorique

Pour les artères comme pour la ligne, l’œuf est meilleur sans mayonnaise : 155 Kcal pour un œuf, ce qui est donc très raisonnable, compte tenu qu’il fait office de beefsteak dans un menu.



Si vous surveillez votre ligne, l’œuf est l’aliment à ne pas retirer : transformez-vous sans scrupule pour la balance, en routier qui avale son œuf sur un zinc de la Nationale 7 !

Cru ou cuit ?

C’est le côté cornélien de l’œuf : cru, le blanc de l’œuf est peu digeste, ce qui empêche l’organisme d’assimiler ses protéines. Cuit, il perd sa richesse en protéines du jaune.

A mi-parcours, l’œuf à la coque, l’œuf mollet ou encore les œufs brouillés permettent un bon apport de protéines et une bonne  digestion.

Cru ou cuit ? L'entre-deux, l’œuf à la coque
Cru ou cuit ? L’entre-deux, l’œuf à la coque

0, 1, 2, 3, bien choisir les œufs

Depuis 2004, la législation européenne impose l’indication du mode d’élevage des poules. Une indication inscrite à l’encre rouge à même la coquille de chaque œuf (ouvrez les boîtes pour bien vérifier).

Du plus mauvais au meilleur… les œufs numéro 3 sont le prototype de l’élevage industriel en batteries : en cage, 18 poules par mètres carré, soit un espace d’une feuille A 4 par poule. Les œufs numéro 2 garantissent que les poules sont élevées au sol : sans cage, et 9 poules par mètre carré, mais sans non plus voir le jour. Oubliez les !




Dans le cas des œufs numéro 1, les poules sont dites « élevées en plein air » : en réalité, un accès à un périmètre extérieur de deux mètres carrés par poule. A l’intérieur, elles sont douze poules par mètre carré.

Seuls les œufs numérotés 0 correspondent à un élevage non intensif : 6 poules par mètre carré, au moins 2,5m2 de terrain extérieur par poule, et une alimentation bio à 90%, exempte d’antibiotiques. A préférer aux œufs « label rouge », dont l’alimentation bio des poules n’est, par exemple, pas obligatoire.

Compte tenu du faible coût d’une boîte d’œufs et de son précieux apport en protéines, autant opter pour œufs de poules numéro 0 labellisés AB.

Conservation : laissez les œufs dans leur boîte en cellulose

Avez-vous remarqué ? Le rayon des œufs n’est pas celui des surgelés. Pour bien conserver des œufs, il faut éviter les différences thermiques : ainsi, le joli petit présentoir de la porte de votre réfrigérateur n’est pas la meilleure idée : à chaque fois que vous ouvrez la porte, les œufs subissent la différence de température.

Rangez-les donc au milieu de votre réfrigérateur, dans leur boîte d’origine en cellulose moulée, qui est une protection de longue date étudiée, de leur coquille.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *