Maison & Jardin

L’osier : le matériau phare de la vannerie

L’osier est très prisé dans le monde de la vannerie. Mais de quelle plante est-il issu ? Comment se déroule sa culture ? Que peut-on fabriquer avec ? Perçons tous les mystères de l’osier dans cet article : définition, plantation et quelques tutoriels si l’envie de concevoir des objets vous dit.

Osier : la définition

Très utilisé dans la vannerie, l’osier est en réalité de jeunes pousses de saule. Au total, on distingue quatre types d’osier :

  • L’osier vert qui provient des osiers fraîchement récoltés. Ces derniers ne peuvent être utilisés pour la fabrication de paniers, mais dans le palissage des vignes, par exemple.
  • Le brut. Ce dernier est en réalité l’osier vert obtenu après dessiccation naturelle. Cette étape permet une plus longue conservation de la plante et pour garantir sa flexibilité, il est immergé entre 8 et 15 jours.
  • Le blanc qui est en fait le même que le vert dont l’écorce a été enlevée. Ce décorticage peut se faire soit naturellement soit à l’aide d’une pince nommée ciroir. Des machines peuvent également assurer cette étape.
  • Le buff qui est un osier brut sec dont l’écorce a été ôtée après cuisson dans de l’eau bouillante. Il est de couleur noisette.

La culture de l’osier : comment se déroule-t-elle ?

Sur le territoire français, la culture de l’osier sauvage a duré jusqu’en 1950 vers Vallabrègues dans le département du Gard.

Mais la culture de l’osier, appelée aujourd’hui l’osiériculture a vite remplacé la culture sauvage, car les besoins en matière de vannerie devenaient de plus en plus importants.

La culture de cette plante s’est ensuite faite en monoculture.

Quelques mots sur la culture de cette plante
Quelques mots sur la culture de cette plante

Comment est-il préparé après récolte ?

Après avoir été récoltés, les osiers cueillis sont triés par taille, puis sont ensuite mis en bottes. Selon les besoins, le vert est soit séché à l’air libre de manière naturelle soit les paquets formés sont mis debout avec les pieds des brins trempés dans l’eau afin de produire de l’osier blanc par la suite.

Lors de l’utilisation, la cime des brins fragiles est coupée au sécateur ou au couteau. Chaque brin peut ensuite être utilisé à l’état rond ou fendu en trois, voire en quatre parties avec un fendoir. Cette solution permet ainsi de réaliser des lamelles ; chacune pouvant ensuite être amincie en largeur et en épaisseur avec un trusquin ou une plane.

Que peut-on faire avec ces brins ?

Pour que l’osier sec soit souple, il est nécessaire de le tremper avant tressage. Après cette étape, il pourra être utilisé pour créer toutes sortes d’objets comme des paniers, des meubles ou encore des décorations. Avec l’osier, toutes sortes d’objets peuvent donc être créés ! Mais si vous êtes en manque d’inspiration, voici deux tutoriels qui vous donneront une idée sur la manière de procéder pour fabriquer un panier et un cache-pot en osier.

Le basique : le panier

Commencez par le fond : prenez six brins de 80 cm et disposez-les en croix. Avec un brin plus fin et souple, faites un tour complet en passant par-dessus et par-dessous. Insérez ensuite un autre brin en le coinçant à l’intérieur.



Écartez les brins extérieurs et croisez les deux brins pour tresser. Le tressage doit continuer jusqu’à la fin des deux brins et pour le continuer, il vous suffira de rajouter des brins là où les précédents se sont arrêtés.

Dès que le diamètre atteint 10 cm, stoppez le tressage et coupez les extrémités qui dépassent sur la face extérieure du fond.

Avec un cordon formé de trois ou quatre brins, passez devant les poteaux et derrière le suivant. Une fois cette étape réalisée, passez aux côtés. Pour se faire, repliez les poteaux en les attachant entre eux pour qu’ils restent dans cette position. Pour les maintenir, faites un cordon en tressant trois ou quatre brins. Continuez ensuite le tressage tel que le fond avec deux brins qui se croisent.

Pour terminer les côtés, faites un cordon avec trois ou quatre brins, puis repliez-les pour finir les côtés. Pour la anse, faites une tige plus épaisse que les poteaux et introduisez-la le long de deux poteaux opposés.

Un tuto pour fabriquer de jolis paniers
Un tuto pour fabriquer de jolis paniers

Tendance : le cache-pot

Pour habiller un pot ou une jardinière, voici comment fabriquer vous-même un cache-pot :

  • Selon les dimensions de votre pot ou jardinière, coupez les baguettes de saule : ajoutez 10 cm pour celles qui seront tressées et 5 cm pour celles qui serviront de structure.
  • Avec quatre clous, formez les éléments de la structure (clouez les extrémités).
  • Vérifiez que ces derniers s’ajustent à votre pot ou jardinière (au total, il faut que vous ayez trois baguettes verticales et deux horizontales).
  • Pour les côtés, imbriquez-les les uns dans les autres.
  • Coupez les morceaux dépassant aux intersections du pot ou de la jardinière.
  • Placez votre pot ou jardinière à l’intérieur et plantez vos fleurs.
AUBRY GASPARD PMA1720 Vannerie, Voir descriptif
Prix mis à jour le 29-10-2020 à 10:45 PM.

Si vous souhaitez créer d’autres choses avec d’autres matières

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi : 

Julie Pilat

Née en 1991 à Lyon, Julie n’a jamais quitté sa ville natale. Diplômée d’une Licence en Langues étrangères (anglais et espagnol), puis d’un Master 2 « Management des Organisations et des Entreprises », elle s’est lancée en tant que rédactrice freelance en septembre 2016. Depuis toujours, elle est passionnée par l’écriture. Adepte également des produits bios et du développement durable, elle a réussi à combiner ses deux passions en devenant rédactrice web pour Toutvert en 2017. Durant son temps libre, elle aime voyager, lire, se balader au beau milieu de la nature et découvrir de nouveaux petits villages.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer