Le champignon: un formidable biopesticide naturel

Quoi de commun entre un champignon et un être humain ? Nous hébergeons parfois les mêmes agents pathogènes, à la différence que le champignon, lui, sait s’en débarrasser. C’est ce qu’a constaté le mycologue américain Paul Stamets : plus exactement, le mycélium, ce tissu filamenteux qui permet au champignon de se développer en osmose avec le sol, se révèle un formidable biopesticide !

Le mycélium était déjà connu pour secréter des enzymes « gloutons » au point de pouvoir décomposer des branches ou troncs d’arbres morts, pour les réduire en humus. En forêt, le mycélium recrée ainsi ce tissu organique indispensable aux autres végétaux.


Ce tissu filandreux se compose d’une multitude de micro-cavités emplies d’eau, propice à la vie microbienne. D’où le fait que plus d’une espèce de champignon est également source de maladies pour l’être humain …

C’est là, que les observations du mycologue américain, Paul Stamets, sont proprement révolutionnaires : le champignon a horreur des bactéries. Or, il vit en milieu humide, qui est précisément le paradis des bactéries : mais il secrète ses propres anti-bactériens, qui se révèlent être un puissant biopesticide.

A LIRE: Mycélium: la partie du champignon aux vertus thérapeutiques

Ainsi, Paul Stamets a-t-il sauvé sa propre maison de l’invasion de fourmis charpentières, grâce au champignon Métarhizium, qui attire l’insecte pour mieux l’anéantir. Ce champignon a fonctionné comme un biopesticide naturel en sécrétant une substance tuant les fourmis.




Le champignon: un formidable biopesticide
Le champignon: un formidable biopesticide

De même, le mycologue a démontré que le virus de la grippe ne résiste pas au Fomitopsis officinalis, champignon connu depuis l’Antiquité pour lutter contre le virus de la variole.

Il oriente aujourd’hui ses recherches sur l’association entre les traitements classiques du cancer et du VIH, avec les propriétés anti-bactériennes de certains champignons. Une approche basée sur le fait que le mycélium décompose la matière, en dissociant les hydrates des carbones.

INTÉRESSANT: Pesticides: les 12 fruits et légumes qui en contiennent le plus!




Pour l’heure, ses travaux ayant trait aux vertus de biopesticides des champignons , ont déjà fait l’objet de brevets : au grand dam de l’industrie chimique, qui pourrait en avoir une hallucination !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *