Alimentation

C’est bien de cueillir des champignons comestibles dans les sous-bois, mais il faut les reconnaître

Rien de tel qu’une bonne poêlée de champignons, surtout si on l’a cueillie par soi-même ou avec des amis. Les champignons comestibles sont un cadeau de la nature, même s’il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Alors comment s’y prendre ?

Tout d’abord, un champignon est une éponge à pollution : que cela ne vous fasse pas reculer bien au contraire, mieux vaut cueillir des champignons comestibles dans les sous-bois et en forêt qu’au bord des routes. Cette petite précaution prise, il est souvent préconisé de se munir d’un couteau : erreur, mieux vaut cueillir un champignon avec les doigts que de l’entailler, sans dévaster le milieu autour, en grattant la mousse ou certains fourrés pour en dénicher d’autres encore.

A lire: Mycélium: la partie du champignon aux vertus thérapeutiques !

Une fois la nature respectée, le tout est évidemment de distinguer les champignons comestibles. Là encore, ne pas se fier aux habitants de la forêt : une limace peut se régaler sans danger d’une amanite phalloïde, mortelle pour l’homme. Et préférer les champignons qui ont du goût : certains champignons ont plus de saveur que d’autres. Dans tous les cas, ils font irruption après une bonne pluie, voir quelques jours après un bel orage, surtout si la température se maintient.

Cèpes : Champignons comestibles, un mets de la nature
Cèpes : Champignons comestibles, un mets de la nature

Sur les quelques 16 000 espèces de champignons inventoriées en Europe, près de 1 500 sont comestibles (ce qui laisse le choix) dont une vingtaine représentent le haut du panier : le cèpe de Bordeaux, la girolle, la trompette de la mort, le pied-de-mouton font à juste titre saliver.

Comment les reconnaître ? Prenons le cèpe de Bordeaux, autrement appelé le « roi de l’automne » : il a la forme caractéristique d’un bouchon de champagne, avec son chapeau lisse en forme de sphère coiffant un pied renflé. La teinte du chapeau varie de l’ocre au mauve, le pied étant clair, de blanc à beige. Enfin, la chair du cèpe de Bordeaux reste blanche, une fois coupée. Où le trouver ? Avec ses dimensions atteignant en moyenne quinze à vingt centimètres, vous le repérerez sans peine en petits groupes, au pied de feuillus poussant eux-mêmes sur des terres acides, les chênes, hêtres, ou même châtaigniers ou bouleaux.

Girolles: Champignons comestibles, un mets de la nature
Girolles: Champignons comestibles, un mets de la nature

Un autre ? La saison de la délicieuse girolle s’étend de mai à septembre : de la famille des chanterelles, le champignon jaune à rides – et non pas à lamelles – avec son chapeau si caractéristique en forme d’entonnoir, habite les mousses des forêts de chênes et de châtaigniers.

Enfin, si l’automne est « la » saison, certaines champignons comestibles aiment le printemps : ainsi la morille, si aisément reconnaissable à son chapeau alvéolé, qu’il soit oblong, conique ou rond. Autre espèce encore, l’entolome des haies, à la forme très classique, avec son chapeau rond et son pied en forme de tube. De teinte claire, il préfère les prairies.

Girolles: Champignons comestibles, un mets de la nature
Morilles: Champignons comestibles, un mets de la nature

Dans tous les cas, les champignons se cueillent en connaissance de cause – les guides existent – sachant qu’ils ont pour avantage d’être peu caloriques et de procurer un goût raffiné à une simple omelette. Ils contiennent des minéraux, mais sont surtout riches en potassium, qui protège de l’hypertension artérielle. Un plaisir de fin gourmet, qui doit le rester : le champignon est un excellent indicateur de la bonne qualité d’un milieu naturel. Il absorbe les métaux lourds. A ce titre, les plus grands connaisseurs savent, façon de respecter la nature, qu’il ne faut pas en abuser.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer