L’appli Scan Eat, un détecteur de pesticides dans la poche

Comment savoir si les fruits et légumes des étals des supermarchés contiennent un taux « acceptable » de pesticides ? Avec un détecteur de pesticides. En effet, dans le circuit de la grande distribution, rares sont les produits frais qui en sont exempts.

D’où l’intérêt de l’appli mise au point par Simon Bernard, premier prix du concours « Greentech écoles » lancé par le ministère de l’Environnement dans le cadre de la transition écologique. Scan Eat est un véritable détecteur de pesticides qui indique aux consommateurs le taux de pesticides de chaque fruit ou légume.


Le jeune étudiant en dernière année de l’École nationale supérieure maritime du Havre s’est inspiré de la spectométrie à infrarouge, technologie déjà utilisée par une start up pour mesurer la composition moléculaire des médicaments et des plantes afin de mettre au point son « détecteur de pesticides ».

Le spectre est également à même de mesurer la composition chimique des fruits et légumes, autrement-dit leur dose de pesticides.

Un bien triste palmarès: Pesticides: les 12 fruits et légumes qui en contiennent le plus!

Fort des 150 000 euros et de l’accompagnement de neuf mois au sein de l’incubateur du ministère de l’Écologie en Seine et Marne, Simon Bernard peut aujourd’hui s’adonner aux algorithmes pour développer la spectométrie version « appli ».




Pesticides
Prix conseillé EUR 9,60

Avantage : évaluer par soi-même, le taux de pesticides de fruits et légumes grâce à son smartphone. Une application qui, pour le consommateur, sera aussi simple à utiliser que le scan au moment du passage en caisse.

L'appli Scan Eat ou le détecteur de pesticides
L’appli Scan Eat ou le détecteur de pesticides

Le jeune étudiant précisait lors d’une interview qu' »il est possible de retrouver des traces de pesticides jugés dangereux et interdits depuis longtemps en France. L’appareil pourrait les détecter et donner une indication du taux acceptable ou non ».

Pour l’instant le « détecteur de pesticides » de Simon Bernard est encore en phase de développement mais ses recherches sont prometteuses. Une autre bourse pourrait lui être remise pour mener plus loin son projet !




Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Outbrain

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *