Actualitéfeatured

Au village abandonné de l’île de Goqui, la nature reprend ses droits

Dans l’archipel de Shengsi (côte Est de la Chine), se trouve le village abandonné de l’île de Goqui, totalement déserté par ses habitants et laisser à son sort…Un photographe chinois a immortalisé la beauté de ce lieu oublié aussi singulier que séduisant à travers une série de clichés impressionnants.

Dans le village abandonné de l’île de Goqui, la nature reprend progressivement ses droits, offrant au voyageur de passage une escapade insolite, visuellement magnifique, dans une ambiance fantomatique ou féérique, selon sa perception.

village abandonné de l'île de GoquiTang Yuhong, un photographe chinois, s’est rendu dans ce village perdu et a immortalisé la beauté de ce lieu oublié aussi singulier que séduisant à travers une série de clichés impressionnants. Ces derniers dévoilent la majesté d’une nature conquérante et avide de reprendre le contrôle de ce qui lui revient désormais.

village abandonné de l'île de GoquiC’est ainsi qu’on découvre des habitations peu à peu recouvertes de lierre grimpant. A l’image des hommes grignotant chaque jour un peu plus leurs espaces verts, ce village se retrouvera bientôt englouti par la végétation pour se fondre à terme dans la verdure sauvage avoisinante. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que la nature ne devienne totalement maîtresse de ce lieu.

village abandonné de l'île de Goqui
Village abandonné de l’île de Goqui

Pourtant, quelques années plus tôt, ce petit village abandonné de l’île de Goqui, vivant essentiellement de la pêche, était encore actif. L’exode rural alimenté par le développement industriel sur le continent et la diversification des secteurs économiques des îles avoisinantes aura finalement eu raison de lui.

village abandonné de l'île de GoquiSi, à l’image de ce site fantôme, de nombreux autres villages ont été complètement abandonnés, l’archipel de Shengsi, fort de près de 400 îles, forme néanmoins une zone touristique très importante et la pêche y demeure une activité majeure. Beaucoup de ces vieux villages existent donc encore et restent préservés.

village abandonné de l'île de GoquiAux voyageurs se rendant dans la zone, voilà donc de quoi vivre une expérience hors du commun et inoubliable, à en faire pâlir les collègues de bureaux. Toutefois, s’il y a bien une leçon à tirer de cet exemple, c’est que les constructions de l’homme sont peu de chose face à la puissance de la nature qui finit toujours par gagner et effacer notre empreinte, pour peu qu’on lui en laisse l’occasion et le temps.village abandonné de l'île de GoquiL’homme a toujours cherché à dompter les éléments et à contrôler son environnement, détruisant forêts et espaces verts au profit de villes bétonnées et cimentées toujours plus grandes et plus denses. Ces marques de civilisation, nous les pensons, à tort, éternelles et inébranlables. Nous les imaginons généralement ancrées à jamais dans l’espace qui nous entoure. Et pourtant, sitôt que la présence de l’homme disparaît, la nature est prompte à revenir au galop pour prendre le relais.

Les exemples ne manquent pas, qu’il s’agisse des vestiges des siècles passés qui ont fait et font encore le bonheur des archéologues jusqu’au temps récent comme la zone abandonnée autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ou plus récemment encore le village abandonné de l’île de Goqui.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page