featuredTransports

Le vélo à assistance électrique : ce qu’il faut savoir !

A mi-chemin entre le vélo et le scooter ou le cyclomoteur, le vélo à assistance électrique (VAE) est une solution propre et économique pour les déplacements quotidiens en ville comme à la campagne.

Le vélo à assistance électrique est en effet adapté pour les trajets longs ou difficiles à parcourir au quotidien. Il est la solution idéale pour ceux qui n’aiment pas pédaler à outrance comme pour ceux qui souhaitent laisser de côté de temps en temps (ou plus) leur mode de transport habituel (métro, bus, voiture, scooter, etc.).

Mais au fait, c’est quoi exactement le vélo à assistance électrique ?

C’est un vélo équipé d’un moteur électrique alimenté par une batterie amovible et rechargeable sur une simple prise de courant qui lui donne, selon le modèle, entre 40 et 80 km d’autonomie. Surtout, il est doté d’une assistance qui s’enclenche uniquement lorsque le cycliste pédale. Il s’agit donc d’une assistance au pédalage du vélo et non d’une propulsion comme dans le cas des cyclomoteurs. En somme, pour avancer, il faut bien pédaler !

ET AUSSI : Le vélo : mode de déplacement sûr ou dangereux ?

La vitesse maximale avec assistance est de 25km/h. Au-delà, la motorisation n’est plus active.

La plupart des VAE proposent aussi de choisir l’intensité de l’assistance voire même de rouler sans. Car un vélo électrique est avant tout un vélo.

C’en est cependant fini des efforts à fournir lors des côtes, pour parcourir de longues distances ou pour avancer difficilement face au vent. Adieu également les bouchons, les problèmes de stationnement, la promiscuité des transports en commun ou encore… la transpiration.

Bien que le coût d’achat soit important (de 700 à plus de 3000 euros selon le modèle) et qu’à cela s’ajoute les frais de recharge et d’entretien (environ 21 euros par mois), sa rentabilité dépend en fait de l’usage que l’on en a.

Mais nul doute que ceux qui s’engagent dans cette voie, rentrent rapidement dans leurs frais puisqu’il est adapté à tous les usages qu’il s’agisse de se rendre au travail, de se balader, d’aller au cinéma, de faire ses courses ou autres.

De plus, de nombreuses villes soucieuses de promouvoir ce mode de transport proposent une subvention à l’achat. Un coup de pouce bienvenu qui prend la forme d’une aide financière directe de quelques centaines d’euros tout de même, telles que Paris, Bordeaux, Nice, etc.

DÉCOUVREZ : « Rubbee », le système qui transforme votre bicyclette en vélo électrique



Si avec 56 000 VAE vendus en 2013 la France est encore loin de rivaliser avec l’Allemagne ou les Pays-Bas, ce chiffre est en constante progression, preuve de l’engouement des Français pour ce mode de déplacement.

Le VAE apparaît d’ailleurs de plus en plus comme un complément aux autres modes de transport. Son succès grandissant pourrait même l’ériger à terme en sérieux concurrent.

Il constitue en tout cas une alternative verte et économique pour se déplacer au quotidien d’autant qu’il s’adresse à tous les publics depuis les sportifs jusqu’aux personnes âgées en passant par les actifs et les sédentaires.

Si le port du casque n’est pas obligatoire, il n’est pas vain de rappeler son utilité pour la sécurité de ces nouveaux usagers de la route ainsi que l’attention et la vigilance dont ceux-ci doivent faire preuve faute de structures adaptées.

A LIRE : Guide d’achat (site que choisir)

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer