Actualitéfeatured

Un « périphérique cyclable » à Strasbourg d’ici 2020

Strasbourg mérite bien son surnom de capitale française du vélo. L’agglomération comprend de très nombreux aménagements cyclables, principalement des pistes séparées de la route. La ville a également mis l’accent sur le stationnement, la pédagogie, la cartographie ou encore les déplacements de ses usagers.

Certes, Strasbourg part avec l’avantage d’être plane et d’avoir des rues très larges. Mais elle est bien en avance sur les autres villes françaises. L’agglomération strasbourgeoise, qui mène une vraie politique du vélo depuis vingt-cinq ans, compte à l’heure actuelle 560 km de pistes cyclables et son réseau continue de s’accroître en moyenne de 10km par an.

DÉCOUVREZ : Le vélo-trottinette « Pibal » par Philippe Starck

Son nouveau projet : un « périphérique cyclable » construit d’ici à 2020.

Le projet baptisé «Vélostras» ressemble à une toile d’araignée posée sur la communauté urbaine, regroupant 28 communes et près de 500 000 habitants. Trois « périphériques » y sont dessinés. Le plus resserré, « l’ellipse », ceint la Grande-Ile, centre historique de Strasbourg ; le deuxième, la « petite rocade », contourne les quartiers limitrophes ; le troisième, la « grande rocade », les communes de la première couronne.

Neuf « radiales » convergentes croisent les deux plus larges rocades pour rejoindre les quais. L’une d’elles franchit le Rhin, pour aboutir à la petite ville allemande de Kehl – que doit aussi rejoindre d’ici à 2015 le tramway strasbourgeois – et, au-delà, au réseau cyclable allemand.

Si Vélostras n’est pour l’instant qu’un beau dessin, la ville ne part pas de zéro. Sur le terrain, deux tiers des tronçons existent déjà. L’engagement consiste donc à réaménager l’existant et à combler les pointillés.

LIRE AUSSI : Bikenomics : quand le vélo fait du bien à l’économie

Pour 2013, c’est la « petite rocade », soit 12,5 km d’itinéraire, qui devra être bouclée par un maillon manquant au sud-ouest de la ville. Simultanément, la radiale nord, qui longe le canal de la Marne au Rhin, sera renforcée d’itinéraires de rabattement pour en faire un axe privilégié.

L’objectif de Strasbourg est d’inciter les habitants à choisir le vélo pour des trajets un peu plus longs, en leur garantissant une vitesse de croisière d’au moins 20 km/h. Et, pour cela, opérer un vrai changement d’échelle, passant du quartier ou de la commune à une vision d’agglomération.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer