featuredTechno

Transition énergétique : vers le tout renouvelable d’ici 35 ans !?

En avril dernier, dans le cadre de la réflexion autour de la transition énergétique, l’ADEME* a publié un rapport sur les possibilités pour la France de passer à une production énergétique 100% renouvelable. L’étude montre qu’il est tout-à-fait envisageable pour la France d’être auto-suffisante en énergies propres d’ici 2050 et ce à coûts maitrisés !

Ce rapport (dont la publication a été repoussée et la communication atténuée, certains pointent du doigt les lobbys du nucléaire) montre que la France dispose de nombreuses ressources en termes de production énergétique renouvelable à développer et qui pourraient permettre de satisfaire 100% de ses besoins électriques.

UN BEL EXEMPLE : Eigg : l’île verte, autonome en énergie !

En effet, la France de part sa géographie variée peut s’appuyer sur différentes sources : le solaire thermique, le photovoltaïque, l’éolien, la géothermie, la méthanisation, l’hydraulique, l’énergie marémotrice (utilisation de la force des marées) et l’énergie houlomotrice (tirer profit de l’énergie des vagues).

Transition énergétique : vers le tout renouvelable d'ici 35 ans !?
Transition énergétique : vers le tout renouvelable d’ici 35 ans !? .

Les experts expliquent dans ce rapport qu’il faut trouver le « mix énergétique » idéal, couplé à des économies d’énergie (14% escomptés, dus à la lutte contre le gaspillage et des installations plus performantes). Ce mix pourrait être une énergie à majorité éolienne (63%), solaire (17%), puis hydraulique (13%) et enfin complété par le thermique. Mais différents scenarii sont évoqués dans ce rapport pour palier à diverses difficultés.

A LIRE : Ce qu’il faut savoir sur les énergies renouvelables

Transition énergétique : vers le tout renouvelable d'ici 35 ans !?
Il faut trouver le « mix énergétique » idéal, couplé à des économies d’énergie

Autre point important du rapport, le traitement des intermittences liées à ce mode de production énergétique. En effet, il y est fait référence à 3 modes de stockage permettant de maitriser ce problème : un stockage sous forme de batteries pour le court-terme, le long-terme est prévu par des technologies autour de la filière de méthanisation et l’entre-deux par des stations de transfert.

Enfin, contrairement à ce que laissent penser les détracteurs des énergies renouvelables (souvent les pro-nucléaires), le coût de cette transition et du fonctionnement ne serait pas supérieur à celui du mix énergétique actuel, c’est-à-dire à dominance nucléaire !

* Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie

Adeline

Née en 1983 dans le sud-ouest de la France, Adeline a grandi à la campagne avant de partir à Toulouse, puis Paris, pour poursuivre ses études. Diplômée en sciences de gestion, elle travaille en Allemagne et en Angleterre puis regagne Paris. A la naissance de son premier fils, elle décide de changer de vie professionnelle et de s’orienter vers un domaine qui a plus de sens pour elle, à savoir l’écologie et le développement durable. En 2013, elle rejoint Toutvert où elle peut s’exprimer par la plume sur des sujets de l’économie verte qui lui sont importants. Elle crée en parallèle une activité de conseils et sensibilisation au développement durable (www.environa.eu). En 2016, elle devient rédactrice en chef et responsable éditorial de Toutvert France.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page