Pratiques douces

Luminothérapie : pour traiter la dépression saisonnière

La lumière pour se sentir mieux

De plus en plus répandue, la luminothérapie est un traitement relativement simple et inoffensif consistant à s’exposer à une lumière artificielle blanche, imitant celle du soleil.

Qu’est-ce que la luminothérapie ?

Une lumière blanche et artificielle « à large spectre » permet de traiter les troubles liés aux dérèglements de l’horloge biologique interne, comme la répandue dépression saisonnière. Ce syndrome se manifeste à l’approche de l’hiver, lorsque les jours commencent à raccourcir. La production de mélatonine (hormone du sommeil) de certaines personnes peut alors se dérégler.

En effet, leur taux de mélatonine augmente en journée, alors qu’il devrait atteindre son pic la nuit.

Ce dérèglement hormonal souvent est à l’origine de la déprime saisonnière.

Cette déprime se caractérise par les symptômes suivants :

  • humeur dépressive
  • fatigue chronique
  • baisse de la libido
  • réveils difficiles
  • crises de boulimie

Elle agit efficacement et permet de rétablir la production de mélatonine par le cerveau et l’horloge biologique peut retrouver un rythme normal.

C’est au médecin danois Niels Ryberg Finsen que l’on doit la découverte des vertus curatives de la lumière. En effet, celui-ci a reçu le prix Nobel de médecine en 1903 pour ses recherches sur la concentration des radiations lumineuses. Il démontre l’efficacité de l’utilisation de la lumière sur les maladies de peau, la variole ou encore la tuberculose cutanée (ou lupus vulgaire).

 

luminothérapie des mains

Quel est le principe de la luminothérapie ?

Considérée comme une médecine douce, cette technique vise à contrebalancer un manque d’exposition à la lumière du soleil.  Elle agit sur le système endocrinien et a pour but de réguler certaines hormones. Le système endocrinien regroupe les organes qui ont la possibilité de relâcher des hormones dans notre organisme (ex : pancréas, ovaires, testicules, etc.).



L’être humain est une créature diurne. Son horloge biologique interne, également appelée « rythme circadien », représente un cycle de 24 heures. Le rythme de vie de l’Homme est fixé sur le soleil. Mais certains troubles peuvent se faire ressentir lorsque la durée des jours diminue en automne et en hiver. La luminothérapie permet de pallier ces problèmes en agissant directement sur les sécrétions de sérotonine (hormone du bien-être) et de mélatonine (hormone du sommeil).

Luminothérapie pour le visage

Il est tout à fait possible de pratiquer la luminothérapie sur le visage. Cette technique permettrait de favoriser la production de collagène, et stimulerait les cellules pour traiter l’acné, lutter contre le vieillissement (peau et cheveux), et favoriser la cicatrisation.

La luminothérapie professionnelle

Elle peut se pratiquer auprès d’un membre du corps médical. Le patient sera alors allongé sur le dos, nu, et fera face à la lampe. Il pourra également être en position assise dans une cabine. Les séances durent en général 30 minutes. La durée et le nombre de séances dépendent des symptômes du patient.

Luminothérapie et vitamine D

La vitamine D est essentielle pour notre organisme. En effet, elle permet de fixer le calcium et le phosphore sur les os et les dents afin de les renforcer. Cette vitamine renforce également notre système immunitaire.

La vitamine D a deux sources de provenance :

  • L’alimentation : on la trouve notamment dans les poissons gras (ex : maquereau, sardine, saumon, etc.), dans les abats (ex : foie de veau) ou encore dans les œufs. Le lichen est également considéré comme une source de vitamine D.
  • Le soleil : la vitamine D, appelée « vitamine du soleil », est synthétisée par notre organisme sous l’effet des rayons du soleil.

Étant donné que la luminothérapie imite la lumière du soleil, on pourrait penser que cette pratique permet à notre organisme de synthétiser de la vitamine D. Or ce n’est pas le cas. En effet, les lampes de luminothérapie ne sont pas censées émettre des rayons ultraviolets. Sans ces rayons UV, notre corps ne produit pas de vitamine D.

Quelques conseils pour bénéficier de la luminothérapie

Pour bénéficier de ses bienfaits, il est recommandé de s’exposer quotidiennement à une lumière adaptée.

L’intensité lumineuse doit être comprise entre 2 500 et 10 000 lux. Le lux est une unité de mesure qui définit l’intensité de l’éclairement lumineux reçu par une unité de surface.

Pour une réelle efficacité, une exposition lumineuse de 10 000 lux est conseillée, à la hauteur des yeux, durant 30 minutes chaque jour.

Luminothérapie : femme devant une lampe de Luminothérapie, ambiance zen

Quelle lampe choisir pour la luminothérapie ?

Avant de vous lancer dans la luminothérapie à domicile, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Il sera à même de vous conseiller et pourra vous aiguiller sur la lampe à choisir s’il est familier avec cette pratique.

Votre lampe doit respecter les normes de l’union européenne. Ces normes vous assurent notamment que votre lampe n’émet ni UV ni infrarouges. Pour un choix éclairé, rapprochez-vous d’un conseiller dans votre magasin d’électro-ménager.

Quand utiliser la luminothérapie ?

Le traitement peut commencer dès le mois de septembre ou octobre et se poursuivre jusqu’au printemps.

Idéalement, faites vos séances le matin. Évitez de les faire le soir au risque d’avoir des difficultés à trouver le sommeil.

Combien de temps pratiquer la luminothérapie ?

Les séances doivent se faire tous les jours et s’étaler sur une durée de une à quatre semaines en fonction de vos besoins.

Plus votre lampe sera puissante, plus les séances seront courtes !

Qui peut pratiquer la luminothérapie ?

Cette technique peut se pratiquer à domicile ou chez un membre du corps médical (ex : médecin, psychologue, naturopathe, etc.).

Quels sont les bienfaits de la luminothérapie ?

Cette pratique aurait de nombreux bienfaits, parmi lesquels :

  • Prévenir ou guérir la dépression saisonnière. Elle serait également efficace pour traiter les dépressions « classiques ».
  • Être de bonne humeur.
  • Améliorer la qualité du sommeil.
  • Lutter contre l’insomnie.
  • Lutter contre les problèmes attribuables au décalage horaire ou au travail de nuit.
  • Soulager le syndrome prémenstruel.
  • Avoir une belle peau.

Ce traitement serait également efficace pour lutter contre certains problèmes de peau comme l’acné, les cicatrices et les vergetures. Il se nomme alors photothérapie.

Pourquoi la luminothérapie ?

Cette technique permet d’équilibrer le sommeil et le réveil. Elle sert notamment à rééquilibrer la sécrétion de sérotonine et de mélatonine. Une cure guérira bien des maux !

Luminothérapie : homme lisant un livre devant une lampe de luminothérapie

Luminothérapie, un possible danger ?

Il existe des contre-indications à la luminothérapie. Il est donc préférable de se renseigner auprès de son médecin/ophtalmologiste avant toute cure.

Si la luminothérapie n’est pas dangereuse (lampes respectant les critères européens : sans ultraviolets ni infrarouges), il est préférable d’appliquer un principe de précaution pour les personnes atteintes d’épilepsie ou encore de migraines photosensibles.

Les effets secondaires de la luminothérapie

On relève quelques effets indésirables en relation avec la luminothérapie. Ces effets sont rares et apparaissent généralement au début du traitement ou en cas d’exposition prolongée à la lumière.

Parmi les effets secondaires de la luminothérapie, citons :

  • Les maux de tête
  • Les nausées
  • L’irritabilité
  • La fatigue / l’insomnie
  • La sécheresse oculaire

Luminothérapie et sommeil

La luminothérapie permet d’améliorer la qualité du sommeil. Il est cependant possible de souffrir d’insomnie en début de traitement ou en cas d’exposition prolongée.

Clara

Née à Paris en 1984, Clara est revenue vivre en Savoie à l’âge de 10 ans, sa région familiale. Après des études de communication dans le « tourisme et sports de plein air », puis une année de stage dans une maison d’édition de magazines, Clara a pu se former aux métiers du journaliste. Spécialisée dans les secteurs du tourisme, de la montagne et des sports outdoor, elle devient rédactrice freelance en 2010. Passionnée de montagne et de nature, elle réalise l’un de ses rêves en s’installant dans un petit village de montagne où elle profite du calme, de la nature préservée et du rythme « ralenti », propice à la marche, à la méditation et au yoga, qu’elle pratique régulièrement. Sensible à la préservation de l’environnement, elle agit tous les jours pour minimiser son impact : recyclage, compostage, covoiturage, vélo, alimentation saine et locale, jardinage, consommation raisonnée… c’est pourquoi écrire pour Toutvert est un réel plaisir !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page