Bien-être et santéfeatured

Le tir sportif, halte aux idées reçues

On se le figure violent. Le tir est cependant un sport de précision et de concentration, que pratiquent du reste aussi les femmes.

Définition du tir sportif

Ce sport individuel consiste effectuer les tirs les plus précis possibles sur une cible, au moyen d’un pistolet, d’une carabine, d’une arbalète ou d’une arme ancienne.

Un tir à une distance pouvant aller de 10m à 300 mètres, en positions debout, à genoux ou couché. Un sport qui se pratique dès l’âge de huit ans, et ensuite par femmes et hommes sans limite ni d’âge.

Les origines de ce sport

Recommandé au XIVème siècle par Charles V pour développer la force et l’adresse, le tir sportif fut surtout pratiqué après la Seconde guerre mondiale par les gendarmes, réservistes et policier. Dans les années 70, il s’est ouvert aux amateurs.

En France, 200 000 licenciés de la Fédération Française de Tir (FFTir) pratiquent le tir sportif : 5000 d’entre eux compétition. Discipline olympique dès les premiers JO de l’ère moderne en 1896, le tir sportif olympique a été accessible aux femmes cent ans plus tard, en 1996.

Le tir sportif, loin des clichés
Le tir sportif, loin des clichés

Règles & législation : un sport très encadré

En France, ce sport se pratique dans le cadre de la Fédération Française de Tir (FFTir), uniquement. Sa charte éthique impose le respect de l’arme « en tant que matériel sportif », « l’interdiction absolue de viser quelqu’un » et le « strict respect des règles et des comportements de sécurité ».

Le transport lui-même de l’arme est encadré : sa détention est autorisée par l’appartenance à la FFTir et par la détention d’un carnet de tir, attestant des connaissances acquises en la matière.

Depuis son domicile jusqu’au stand de tir, l’arme doit être désapprovisionnée, et soit démontée, soit équipée d’un dispositif rendant son utilisation immédiate impossible. Elle doit être dans une mallette ou une housse, les munitions rangées à part. Et sur place, le « pas de tir » impose de se déplacer selon les règles de sécurité.

Les compagnies d’assurances ne classent, du reste, pas le tir sportif dans la catégorie des « sports à risques », au regard des accidents rarissimes.



Pas de cible figurant un être humain

En tir sportif, il existe deux types de cibles : les cibles fixes (des cibles circulaires de couleur, de blanche à arc-en-ciel) et des cibles « de plateau ». Dans ce cas, un décor défile, avec des cibles à atteindre dont le tireur ne connaît ni la trajectoire, ni la vitesse. Autant de disciplines désormais olympiques.

Par ailleurs, les cibles animées figurent un sanglier à 10 mètres, qui se déplace de droite à gauche et de gauche à droite selon deux vitesses correspondant à votre niveau.

Mais qu’elles soient fixes ou mobiles, aucune cible ne peut figurer un être humain. C’est strictement interdit.

Le tir sportif, loin des clichés
Le tir sportif, loin des clichés

Un sport inadapté aux têtes brûlées

Le premier critère du tir sportif ? Le calme. Le tir sportif n’est pas fait pour les cow-boys de service. D’ailleurs, il fait appel à des qualités peu susceptibles de les intéresser.

Beaucoup de patience, de la concentration, un grand sens de l’observation, mais aussi de l’analyse et de l’organisation : le tir sportif développe le contrôle mental.

De quel matériel de tir disposer ?

Un sport très technique

Avant d’atteindre la figurine en carton d’un mouton ou d’un poulet, il s’écoule quelques séances d’apprentissage de la technique !

Celle-ci passe d’abord par le fait de surmonter la peur de tirer associée aux idées reçues, pour laisser place à la conscience et à la maîtrise de ce que l’on fait.

Le choix de l’arme

Au pistolet, le tireur ne doit jamais poser son index sur la détente avant d’avoir le canon de celui-ci dans le prolongement de son bras. Et doit le tenir avec l’arrière de la crosse calé contre la paume de la main.

A la carabine, celle-ci doit être calé au creux de l’épaule ou dans le creux entre l’épaule et le biceps.

Quant aux nostalgies hypothétiques ou déplacées, elles n’ont pas leur place. Pour les amoureux des armes d’antan, la discipline est, en revanche, prévue : les armes antérieures à 1900 ou bien des répliques fonctionnant avec des systèmes de mise à feu tels que les mèches, le silex ou la percussion. Au choix, les fusils à silex de Napoléon, les revolvers et carabines de la conquête de l’Ouest, ou les mousquets à mèche des trois mousquetaires.

L’équipement

Côté équipement, outre une arme homologuée « tir sportif » acquise après obtention des formalités, des lunettes de protection (en certains cas obligatoires) et un casque anti-bruit sont recommandés. Votre tenue vestimentaire doit simplement vous permettre d’être à l’aise, avec des chaussures dans lesquelles vous vous sentez bien et stable sur vos jambes.

Des bienfaits approuvés !

Un sport certes à part, mais qui est une bonne école de la gestion de ses émotions et de son stress. Mais aussi, sur le plan physique, une école de la respiration. A l’issue d’une séance, vous vous êtes vidé la tête de vos tracas du quotidien. Le tir sportif a la réputation de débarrasser des tensions et même de relaxer.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous recommande ces autres articles :

  • Découvrez le rugby autrement
  • L’escrime : un sport de combat tout en finesse
  • Les principes de base de la méditation
  • Le judo, la voie de la souplesse

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer