Beauté au naturel

Les thermes : un engouement français qui ne se dément pas

La santé au naturel passe par les cures thermales

Véritables bulles où l’on ne pense qu’à sa santé, les thermes séduisent par l’alternative naturelle qu’elles peuvent, en certains cas, être aux médicaments. Le tout sur fond de remboursement et d’investissements.

Thermes, une séduction historique

Avec 770 sources d’eau minérale répertoriées dont certaines sont de véritables institutions (Évian, Vittel, Contrexéville, etc) et 89 établissements thermaux, l’Hexagone reste un haut-lieu du thermalisme.

Si son âge d’or à la réputation sulfureuse décrite par Maupassant dans Mont-Oriol est révolu, la Belle Époque et les Années folles ont laissé un imaginaire fait de bien-être au naturel, qui n’est plus réservé à une élite.

Mont-Oriol - Nouvelle édition
Prix: 5,60 €
Prix mis à jour le 20-09-2021 à 3:35 PM.

Plus question, à l’instar de Christiane Andermatt, de venir soigner sa stérilité dans les bras d’un autre homme que son mari, celui-ci très occupé à spéculer sur la ville d’eau pendant que le vieillard Clovis vante de façon tarifée, les bienfaits des eaux sur sa fausse paralysie.

Anciens thermes romains

Thalasso ou balnéo

Attention, si l’une et les autres se déroulent sous forme de cure, il ne faut pas confondre la cure thermale prescrite par son médecin avec la thalassothérapie (littéralement soigner par la mer), la balnéothérapie ou encore la cure thermale suivie de son propre chef.

Thermes en France : que dit l’Assurance Maladie ?

Seules les pathologies répertoriées par l’Assurance maladie peuvent faire l’objet d’une cure thermale : sur prescription médicale et dans un établissement agréé et conventionné.

Parmi ces pathologies :

  • les affections rhumatologiques,
  • la phlébologie,
  • certaines affections cardio-artérielles,
  • digestives,
  • des voies respiratoires,
  • dermatologiques,
  • gynécologiques,
  • neurologiques,
  • psychosomatiques,
  • ou encore des troubles du développement chez l’enfant.

Une cure dure 18 jours : en cas d’interruption, elle peut être tout ou partie à votre charge. Dans tous les cas, la prise en charge par l’Assurance Maladie comprend les forfaits médicaux. Les frais de transport et d’hébergement dépendent de vos ressources.



Pourquoi faire une cure ?

Particulièrement en cas de maladies chroniques respiratoires ou articulaires, les traitements de fond via par anti-inflammatoires sont lourds sur le long terme et montrent leur limites. Les cures thermales reculent quelque peu ces limites et permettent de mieux supporter sa pathologie à vie.

Dans les cas moins extrêmes, elles sont envisagées comme une alternative naturelle au recours à la médication.

Une cure est aussi une pause propice pour se recentrer sur sa santé : équilibre nutritionnel, sommeil, sédentarité excessive.

Personnes âges faisant des exercices d'aquagym dans le cadre d'une cure thermale

Les  principales pathologies traités par les thermes

Lombalgie

Toujours selon l’Assurance- Maladie, le mal de dos ou lombalgie touche 4 salariés sur 5 (BVA « Connaissances et attitudes vis-à-vis de la lombalgie ». Enquête réalisée par Internet en mai 2018 auprès d’échantillon national représentatif de 2000 Français âgés de 18 ans et plus). Le mal de dos représentait 13% des accidents du travail en 2005, 20% dix ans plus tard.

Or, notre dos a un coût : chaque année, 12,2 millions le nombre de journées de travail perdues soit l’équivalent de 57 000 emplois à temps plein et un coût direct de plus d’un milliard d’euros (soins, indemnités journalières, cotisations accidents du travail et maladies professionnelles).

La lombalgie chronique représente la moitié des douleurs musculo-squelettiques. Mais arthrose, gonarthrose (genou), douleurs aux cervicales, les patients consommeraient entre 20 à 30 % d’anti-inflammatoires ou antidouleur en moins après une cure.

Obésité ou diabète

En France, le diabète de type 2 représente 90% des cas de diabète, une augmentation liée au mode de vie, au vieillissement de la population et à un meilleur dépistage. Mais à la différence diabétiques de type 1, le diabète de type 2 intervient au cours de la vie, sans savoir comment bien le gérer. De même et sans lien obligatoire, le surpoids, voire l’obésité.

La cure thermale représente une rupture avec son environnement habituel, pour faire son éducation thérapeutique et devenir autonome avec sa pathologie ou son rééquilibrage pondéral.

Ainsi certains établissements se sont-ils spécialisés dans l’éducation thérapeutique du patient (ETP), valisée par les Agences Régionales de Santé :

  • Brides-les-Bains pour l’obésité,
  • Challes-les-eaux en Savoie pour l’obésité pédiatrique,
  • Montrond-les-Bains, Evian-les-Bains et Thonon les Bains pour le diabète de type 2.

Cancer du sein

L’étude intitulée PACTHE, certes financée par les stations thermales elles-mêmes (l’Association Française pour la Recherche Thermale) a démontré le rôle des cures thermales sur 251 femmes qui avaient été traitées pour un cancer du sein : à Vichy, Châtel-Guyon et le Mont-Dore.

Séances de soins hydro-thermaux (douche à jet, aérobain, etc.) et de réadaptation physique, ateliers diététiques et accompagnement psychologique : la cure thermale aide sensiblement au retour à la vie normale et à la reprise d’une activité physique.

A noter qu’une cure thermale ne soigne pas un cancer. Elle est même proscrite durant le traitement.

Sevrages anxiolytiques

Les Français sont les champions de la consommation de psychotropes : plus d’un quart consomme des anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères et autres médicaments pour le mental.

Depuis 2018, l’Assurance Maladie prend en charge la moitié des cures thermales de personnes en état de surconsommation de benzodiazépines depuis plus de six mois.

Le résultat de ces cures est positif : 78% des patients ont réduit d’au moins 50% l’ensemble des médicaments qu’ils prenaient régulièrement, et 41% ont arrêté totalement.

 Quels sont les meilleurs thermes en France ?

Thermes : des profits juteux…

Exception faite de la période de coronavirus, le secteur de cures thermales ne connaît pas la crise : chaque année, la France compte 600 000 curistes, séduits à la fois par ces traitements aux bains d’eau et de boue naturels… et par leur remboursement par l’Assurance Maladie.

En 2004, le secteur a bataillé et pour ne pas être déremboursé : investissement dans les essais cliniques et installations, soutien légitime des élus et des Régions, intéressement de la part de grands groupes (L’Oréal a racheté les thermes de Saint-Gervais. Lebon déjà propriétaire de Brides les Bains, la station d’Allevard).

La bonne santé de votre dos est aussi grandement celle des villes et communes thermales.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page