Vivre au naturel

Slow fashion : quand la mode lève le pied

Mode, qualité et durabilité ont le style

La slow fashion est un mouvement apparu dans les années 1990-2000 en réaction à la fast fashion. Son but : redonner de la valeur au vêtement et à l’acte d’achat, et surtout garantir une qualité de vêtements en portant une attention particulière au choix des matières et aux conditions et lieux de production.

Slow fashion : définition

La slow fashion, aussi dénommée slow wear, s’inscrit dans la même lignée que le mouvement de la slow food dont le but est de défendre l’écogastronomie, la biodiversité et le plaisir du goût.

Vous l’aurez compris, l’idée principale consiste à ralentir et lever le pied sur notre consommation ! Ralentir pour contrer un modèle de production de masse et standardisé, en mettant en avant la qualité des produits, la transparence de la chaîne de valeur, la diversité et la responsabilité de ses acteurs. En prime, parce que c’est un gage de qualité, en mettant en avant le plaisir et la beauté.

C’est un peu comme lorsqu’on se rend dans un restaurant. Moins il y a de plats proposés à la carte, plus le restaurateur assure une qualité certaine des aliments par leur provenance et leur préparation. C’est pour cela que l’on choisit d’aller y dîner. Concernant les marques de vêtements, la logique devrait être similaire.

Contrairement, à la fast fashion qui appelle à changer, jeter et renouveler sans cesse nos vêtements, la slow fashion encourage à désirer son vêtement, à s’assurer de son réel besoin et à favoriser un vêtement durable et éco-responsable.

Industrie textile : quelle responsabilité ?

Voici un ordre d’idée chiffré de ce que représente l’industrie textile, non exhaustif :

  • Selon la Ellen MacArthur Foundation, 4% de l’eau potable disponible dans le monde est utilisée pour produire des vêtements
  • Selon la Banque mondiale, 17 à 20% de la pollution de l’eau mondiale serait due à l’industrie textile. Elle se place au 3ème rang mondial des industries les plus polluantes
  • Des revenus très bas et des conditions de travail dangereuses pour les ouvriers. A titre d’exemples, au Bangladesh, le salaire moyen est de 0,27€/heure et 0,46€/heure pour le Pakistan.

Pour lutter contre ces pratiques, les défenseurs d’une mode éthique, appellent les marques à respecter des considérations sociales et éco-responsables : 

  • Toute personne intervenant dans la chaîne de production d’un vêtement doit être traitée convenablement, doit être rémunérée, doit travailler dans le respect d’un temps de travail légal, ne doit pas être réalisé par des enfants.
  • Aussi, il convient de respecter la cause animale, de choisir des fibres textiles végétales issues de l’agriculture biologique et durable, de privilégier des matières recyclées, etc.
slow fashion : qui confectionnent nos vêtements
La question sociale en primordiale dans l’acte d’achat

Slow fashion et marques : éviter le greenwashing

Toutes les grandes marques de mode ont une gamme effectivement éco-responsable.

Cela leur permet de se donner une bonne image et elles restent dans les pratiques du greenwashing. Derrière ces gammes de vêtements, qui restent encore marginales, le facteur social est très souvent mis de côté. L’humain est souvent oublié dans leur démarche.



Une autre pratique existe aussi dans l’industrie du textile. Pour être considéré comme du coton bio, il suffit de mélanger un pourcentage de fibres biologiques avec les autres matériaux définis selon les écolabels. Par exemple : le label GOTS, Ecocert de niveau 1 exige un pourcentage minimum de 95% quand celui de niveau 2 exige entre 70 et 95% de fibres écologiques.

Nous vous recommandons de vous renseigner sur le comportement des marques et leur méthode de production.

Comment faire de la slow fashion ? En finir avec le shopping thérapeutique

L’achat compulsif : qui n’a jamais cédé à l’envie irrésistible d’acheter un vêtement au risque de ne jamais le porter parce que psychologiquement ça lui faisait du bien ?

Le mécanisme d’achats compulsifs est très fréquent dans l’industrie textile. Il aide en effet à calmer les angoisses tout en permettant une sorte d’affirmation de soi par l’achat. La consommation, notamment de vêtements, est un moyen d’exprimer et d’assumer son identité aux yeux de ses voisins et de soi-même. La mode mêle à la fois esthétique, psychologie et philosophie. Elle renforce le sentiment d’appartenance à un groupe par le style que nous choisissons. Tout ceci relève de ce que l’on appelle le shopping thérapeutique.

Et pourtant, dans la réalité, ce phénomène n’aide pas à calmer l’anxiété, mais peut révéler une sorte de trouble de comportement qui se traduit par le non contrôle de ses achats, non nécessaires qui amène regret et perte financière.

La notion de shopping thérapeutique est assez clivante : d’un côté, il est un vecteur du développement de la fast fashion par l’achat compulsif. De l’autre côté, ses défenseurs affirment que le shopping peut faire du bien à l’esprit. Ils ont raison, nous aimons nous sentir beaux, nous faire plaisir, “changer de tête”. Il suffit simplement de le faire dans le respect des principes éthiques.

Comment se faire plaisir avec la slow fashion ?

slow fashion : couturier, petits créateurs

Comment éviter la fast fashion ?

Fierté et plaisir de porter de belles matières peuvent être des leitmotiv pour changer les habitudes. Nos solutions ?

  • Un vêtement est troué ? C’est l’heure d’apprendre la couture et de découvrir de nouveaux talents !
  • Pour acheter de nouveaux vêtements, la seconde main regorge de pépites uniques.
  • Pour des occasions spéciales, la location est une bonne solution.
  • Si vous souhaitez acheter du neuf, on se tourne vers la slow fashion et la mode éthique.

Quelles sont les marques de slow fashion ?

On vous donne quelques noms de marques 100% éthique : Patagonia, Les Récupérables, Maison Alfa, Maison Izard, L’Atelier Tuffery, La vie est Belt, etc.

Liste non exhaustive que vous pouvez compléter !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page