Shiba Inu : un chien à la fois fidèle et indépendant

Découvrez le Shiba Inu, un chien de chasse de petite taille, très prisé des internautes. Au Japon, ce chien de part sa rareté et son esthétisme a un « monument naturel » érigé en son nom.


L’histoire du Shiba Inu

Allez savoir pourquoi ce chien a fait le tour de la toile, avec les mentions « how pronoune wow ! » ou « so mystery ».

Bien avant les geeks de tout poils, les Japonais ont raffolé de leur chien de chasse, au point de l’édifier au rang de « monument naturel ».

Motifs : sa singularité et son esthétique.

Portrait Shiba Inu




Descendant des Spitz, ces chiens de l’Arctique et de l’Asie du sud-est, cet chien (« shiba », petit et « inu », chien) est « né » dans les régions montagneuses face à la mer du Japon.

Lors de la révolution industrielle nipponne (1898-1912), des setters anglais forcément plus grands, ont été introduits : au risque de la disparition du Shiba inu.

C’était sans compter le Dr Saito, fondateur du Nihonken Honzonkai, le club de préservation de la race. Tout seul ? Non, avec d’autres intellectuels : comme lui !

Aujourd’hui, cet chien n’est, non seulement plus voué à disparition, mais fait le tour du net, pour des raisons éloignées de ses vertus canines.




L’aspect: un « urajiro » de rigueur

Puisque certains ont voulu le voir disparaître, tant qu’à faire, il n’est pas unique. Il en existe même trois variantes, le shinshu shiba, le mino shiba et le san’in shiba.

« Small is beautiful » : avec ses 38 centimètres au garrot, ce chien ne pèse pas dix kilos. Au maximum neuf ! Mais ce petit format est très bien proportionné. Il est surtout très solide et bien musclé.

 Il n’est donc pas un chien à sa mémère, mais a tout du chien de chasse « miniature ».
Si sa queue en faucille n’est pas obligatoire, l’« urajiro », cette tâche de poils blanchâtre sur les faces latérales du museau et sur les joues, sous la mâchoire, sur la gorge, le poitrail et le ventre, à la face inférieure de la queue et à la face interne des membre, est obligatoire : que sa robe soit noire, rouge… ou blanche.

Le caractère du Shiba inu, « un quart de… »

« Un quart de chien, un quart homme, un quart chat et un dernier quart singe » telle est la description que font les Japonais de leur chien de chasse préféré.

Shiba Inu
Shiba Inu

Chien de chasse ? Avant tout fidèle, il est intelligent et attentif. Indépendant, ce gentil chien de compagnie moins encombrant qu’un autre, sait ne pas être « pot de colle ». Il aime son maître, mais sait rester seul.




Élevage

En France, le Shiba Inu reste rare. Attention au libellé d’une annonce. Réglementée par la loi du 6 janvier 1999, elle doit indiquer « chiot Shiba » ou « chiot de race Shiba ». Évitez les annonces « chiots d’apparence Shiba », etc.

Évitez d’acquérir votre chien en animaleries, véritables trafics avec les pays de l’Est, ou auprès d’éleveurs qui proposent trop de races : ces « fermes à chiots » ne vous apporteront pas satisfaction non plus.

Dans tous les cas, exigez :

  • La certification LOF (Livret des Origines Français) garantissant son pedigree.
  • Un certificat d’identification (tatouage ou puce électronique).
  • Le carnet de vaccination à jour et dument signé par un vétérinaire.

Son prix ? De 1 000 à 2 000 euros.

D’autres conseils pour bien choisir la race de son chien

Découvrez aussi des autres races des chiens descendant des Spitz, des chiens de l’Arctique et de l’Asie du sud-est:




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *