Actualitéfeatured

Samsara : un documentaire troublant sur notre époque et la marche du monde

Tourné dans 25 pays durant 5 ans, Samsara est un film documentaire au format non verbal réalisé par Ron Fricke et produit par Mark Magidson en 2013.

Samsara vient du sanskrit et signifie « ensemble de ce qui circule », « courant des renaissances successives ». Le terme évoque donc l’idée d’un cycle de la vie. Cette idée figure en toile de fond du documentaire à travers une succession de séquences qui sont autant de fragments d’instants mêlant monuments passés et modernité effrénée, prospérité et déclin, vie et mort ou encore paysages sublimes et zones sinistrées.

L’absence de dialogues et de fondements narratifs ne constitue pas un obstacle. Bien au contraire, les images, sublimées par la musique, sont suffisamment puissantes et profondes pour nous interpeller et nous toucher. Pas besoin en effet de mots ou de paroles tant les images parlent d’elles-mêmes. A la fois magnifiques et saisissantes et d’une esthétique époustouflante, elles font la force de ce film où elles en disent plus que ce que les mots ne peuvent pas toujours exprimer.

ET AUSSI : Les 5 films les plus écolo de l’histoire du cinéma

En s’affranchissant des codes traditionnels, Samsara nous offre en fait une expérience sensorielle unique qui mise sur la contemplation de la réalité instantanée de notre époque. Sans préjugé ou jugement de valeur quelconque, chacun est dès lors libre d’interpréter les images et d’en tirer ses propres conclusions.

Car Samsara est avant tout un voyage initiatique qui nous fait réfléchir sur les merveilles et les dérives de notre monde. C’est un portrait réaliste et percutant de la Terre entre grandeur et décadence.

Plus précisément, Samsara nous interroge sur l’état du monde depuis la société de consommation et ses excès, en passant par la mondialisation et l’industrialisation et leurs effets, jusqu’aux travers de l’homme / l’humanité au regard de l’histoire du monde. Si la question n’est pas de savoir si ce que nous voyons est bien ou mal mais de voir comment c’est, les images n’en restent pas moins évocatrices et percutantes.

DÉCOUVREZ : « Super Trash, de l’autre côté de la benne » un film de Martin Esposito

Les différentes séquences suscitent tout le long du film une foule de sentiments parfois contradictoires : de l’émerveillement face aux splendeurs du passé et à la puissance de la nature, du dégoût à l’égard des traitements infligés aux animaux, de l’émotion à la vue de la désolation de l’après-Katerina, du malaise face à la pauvreté et la misère humaine, de la compassion à l’égard du soldat au visage mutilé par la guerre. Tout y passe au gré des images qui se succèdent et entrent en collision pour nous offrir des contrastes criant de vérité.

La multiplicité des thèmes abordés offre au final, à travers un regard innocent, inquiet et parfois sans concession, un témoignage singulier sur notre époque et la marche du monde. Une expérience profonde dont vous ne sortirez pas indifférent.

POUR EN SAVOIR PLUS : barakasamsara.com

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page