Chiens

Le Saint-Bernard, si impressionnant mais tellement doux

Un chien très intelligent sous des allures de peluche

Il est Nana dans Peter Pan, Buck dans L’appel de la forêt de Jack London, Beethoven dans la fameuse série cinématographique de Briant Levant. Le Saint-Bernard est un chien hors normes, au physique et au mental (il a un QI élevé ). Attention tout de même à ne pas le prendre pour une peluche.

Le Saint-Bernard, si impressionnant mais tellement doux

La réputation historique du Saint-Bernard

L’hospice du Grand Saint-Bernard

Au XIe siècle, l’archidiacre d’Aoste fonda au col du Grand Saint-Bernard à 2473m d’altitude dans les Alpes suisses, l’hospice éponyme dédié à la protection des voyageurs aux prises avec un brigandage alors très répandu.

Vraisemblablement issue du croisement de chiens offerts par des familles valaisannes, il est pour la première fois mentionné en 1706. Initialement dévolu à la garde et à la défense, l’élevage canin des chanoines se révéla efficace pour le sauvetage en montagne en ce haut-lieu d’avalanches.

Saint-Bernard : la légende de Barry

En mai 1800, lors de la campagne d’Italie, Napoléon franchit le col du Saint-Bernard. Contrairement au célèbre tableau de David, il ne franchit pas le col sur un fougueux destrier, mais sur un mulet au sabot plus sûr en haute-montagne.

Il n’empêche, la réputation de ce chien fit le tour de l’Europe avec son armée. Parmi ces Saint-Bernard, le célèbre Barry avait des prédispositions particulières pour la montagne, dont il sauva quarante personnes.

Allez savoir s’il fut tué d’un coup de baïonnette par un soldat de Napoléon l’ayant pris pour un loup, ou bien coula la suite de ses jours heureux à l’Hospice. Il fut empaillé et déclaré chien national suisse en 1884, et un monument à sa gloire fut élevé au cimetière des Chiens de Paris.

Aujourd’hui, la Fondation suisse Barry élève les descendants de ces célèbres de ce chien, qui passent l’été à l’Hospice. L’hiver, le détecteur numérique de victimes les a supplantés, mais il s’appelle le Barryvox.

Saint-Bernard et tonneau
Et son célèbre tonneau

Saint-Bernard : un grand chien paisible

Saint6bernard : taille et carrure imposantes

Adulte, c chien pèse en moyenne entre 55 et 90 kg, un peu moins pour la femelle, pour 70 à 75 cm au garrot. S’il grandit vite, ce qui implique de nourrir le chiot de façon bien équilibrée pour assurer sa croissance, il atteint sa maturité au bout de deux à trois ans seulement, précisément en raison de ce gabarit.

Ce chien n’est pas seulement grand, tout son corps est musclé. Attention, s’il mange toujours beaucoup une fois adulte, son tempérament calme l’expose au surpoids, néfaste à ses articulations. Adulte, il a besoin d’environ 900 grammes de croquettes au quotidien, distribuées en trois repas.



Attention, il est sujet aux torsions d’estomac. Après un repas, il a besoin de rester au repos deux heures. Il est également important de ne lui donner que des aliments facilement digérables.

Le regard intelligent du Saint-Bernard

Caractéristiques de la race, ses yeux sont en forme de losange. Bruns foncés et de taille moyenne, ils ont une expression intelligente et empathique.

Leur larmoiement peut donner l’impression qu’il est triste. En réalité, il s’agit de les lui nettoyer, cet excès de larmoiement représentant un risque de retournement de la paupière (entropion).

Les babines du Saint-Bernard

Celui-ci a la tête imposante avec un crâne massif, légèrement convexe. La peau du front forme des plis épais qui convergent vers la ride frontale. Son museau est court et non pointu. Ses oreilles sont pendantes. En raison de ses bajoues, il a une tendance à baver. Il est important de lui sécher les babines tous les jours.

Le pelage du Saint-Bernard fait pour l’hiver : poil long ou court

Qu’il soit à poil long ou court (variété plus rare), son pelage est doublé, ce qui lui permet de résister aux grands froids, mais le fait rapidement souffrir de la chaleur. En été, veillez à le sortir tôt le matin ou en fin de journée.

S’il est à poil long, son pelage a besoin d’être brossé chaque jour, surtout derrière les oreilles et au niveau de la culotte. S’il est à poil court, un brossage hebdomadaire suffit.

Ce chien mue de façon saisonnière, au printemps et à l’automne, périodes où le brossage est indispensable pour le débarrasser des poils morts.

Un pelage à fond blanc avec des plages de couleur rouge-brun plus ou moins grandes, sachant que les individus à collier blanc sont très recherchés.

Saint-Bernard : un formidable caractère

Saint-Bernard : entre nounou et nounours

Adopter ce chien fait envie. Ce molosse au tempérament paisible est un compagnon polyvalent, réputé meilleure baby-sitter du monde canin, incarné par la chienne Nana dans Peter Pan. Elle veille sur les frasques des trois enfants de la famille Darling. Symbole de sa fidélité sans borne, elle tend au père la corde qu’il ne trouve pas pour l’attacher, après qu’il ait décidé de la mettre dehors.

Mais le Saint-Bernard est avant tout un chien

A l’exception des personnes âgées sédentaires pour lesquelles son gabarit est un risque, ce chien réunit toutes les qualités de sociabilité, douceur, obéissance, fidélité, facilité d’entretien. Si vous en adoptez un, n’oubliez pourtant pas qu’il ne s’agit pas d’une peluche, jouet de tous vos transferts, mais d’un chien dont la nature doit être respectée.

Ce chien a besoin que l’on s’occupe de lui. Il a horreur de la solitude et a besoin d’une activité physique régulière. Réfléchissez si vous habitez un petit appartement en ville, à mettre en balance les contraintes que vous risquez de lui imposer avec vos envies d’être humain.

chiots jouant dans la neige

Quel est le prix d’un chiot Saint-Bernard ?

Un chiot se vend environ dans une fourchette de 1000 à 1400€, pour un individu inscrit au LOF.

Lors de l’achat, veillez :

  • à vous adresser à un vendeur de confiance, idéalement un professionnel
  • à vérifier ses vaccinations et son cerificat de santé rempli par un vétérinaire
  • à vérifier son puçage ou tatouage
  • à obtenir son pedigree et son inscription au LOF

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page