Plantes médicinales

Ruta graveolens : le remède homéopathique pour traiter les articulations traumatisées ou douloureuses

C'est le médicament homéopathique miracle pour les tendons !

La ruta graveolens est la réponse homéopathique pour se débarrasser d’une tendinite du talon d’Achille, qui peut devenir parfois terriblement longue. Quant à se faire mal au coccyx, a fortiori avoir une sciatique, est pire qu’inconfortable. Cela arrive pourtant, souvent à la suite d’un traumatisme.

Pour soulager donc les articulations traumatisées ou douloureuses, peut éviter une rééducation, contre la fatigue oculaire, mais pas seulement, la ruta graveolens est un excellent remède homéopathique !

Ruta graveolens : la plante

Connue aussi comme ‘rue officinale’ ou ‘rue des jardins’ ou ‘rue fétide’, pour son odeur peu agréable, elle est une plante de la famille des Rutacées.

A première vue, justement, la ruta a son petit côté répulsif : toxique à haute dose, cette plante de la famille des Rubacées (son huile essentielle est contenue dans les glandes de ses feuilles) a une odeur franchement déplaisante.

Et si le Moyen Age la connaissait bien, c’était pour ses propriétés abortives. Sa toxicité à haute dose génère des spasmes : époque passablement héroïque en la matière, pour les femmes ! Au Moyen-Age toujours, elle entrait dans la composition du « vinaigre des quatre voleurs », sensé prémunir contre la peste, rien de moins.

Son nom vient du grec et signifie ‘salut, libération’, parce qu’elle conserve les feuilles pendant longtemps et aussi parce qu’elle libère du mal et préserve la santé. Dans les temps anciens, on croyait qu’elle protégeait les maisons des serpents. On l’appelle graveolens en raison de sa forte odeur piquante.

Elle pousse à l’état sauvage dans le sud de l’Europe. En France, il est assez fréquent de la voir dans les endroits secs, pierreux, arides et ensoleillés, de la mer aux régions montagneuses. Elle est également cultivée.

Ses petites et discrètes fleurs jaunes fleurissent de la fin du printemps jusqu’en septembre. Ses rameaux sont utilisés pour leur arôme balsamique dans la production de liqueurs.

Elle a des propriétés antispasmodiques, anthelminthiques, emménagogues, oxycotiques et abortives. Ces actions semblent être dues à l’huile essentielle, qui a également un fort effet irritant local.

En phytothérapie, on utilise les parties aériennes de la plante entière, cueillies au début de la floraison, sous forme de tisane, ainsi que l’huile essentielle. Mais, son utilisation a été largement abandonnée en raison de sa forte toxicité, qui à forte dose en fait un poison abortif, mais surtout un narcotique.



Cependant, elle est très utilisée en homéopathie. On la trouve sous forme :

  • de granules (on utilise différentes dilutions : de 5 CH à 30 CH),
  • de gouttes orales,
  • de collyres,
  • de teinture mère
  • et de pommade.
champ de ruta graveolens, fleurs jaunes
Toxique à haute dose, elle est toutefois excellente à dose homéopathique

C’est en homéopathie que la plante est conseillée contre les entorses, les luxations, les tendinites, les épicondylites, les douleurs dues aux chutes, la périarthrite, les douleurs articulaires, les douleurs dorsales, les névralgies, la fatigue oculaire, les spasmes de la paupière inférieure, la baisse de la vision, la fatigue et l’agitation.

Ruta graveolens : ses bienfaits

La ruta détend les muscles. D’où son intérêt en rhumatologie et en traumatologie. En rhumatologie, la rue officinale se prescrit dans bien des « ies » et « ites » de la liste des tendinites :

  • périarthrites (de l’épaule)
  •  lumbago (douleurs des vertèbres lombaires)
  • pubalgies (douleurs du pubis) la grande spécialité des joueurs de foot.
  • tendinite, elle est tout particulièrement recommandée
  • blessure du ligament croisé antérieur du genou : vive le ski !
  • fatigue oculaire elle est également préconisée pour

De fait, la ruta est un anti-spasmodique qui agit directement sur les muscles, non sur le système nerveux. Ceux qui agissent sur le système nerveux ne sont pas des meilleurs pour la vue. Or, cette plante est très précieuse, en cas de fatigue ophtalmique due, exemple pris tout à fait au hasard, à un très léger excès d’écrans numériques.

On l’utilise aussi pour soigner les rhumatisme et les aménorrhées.

Flacon d'huile essentielle de ruta graveolens posé sur une table en bois, feuilles
Son huile essentielle, à utiliser avec précaution

Ruta graveolens contre l’arthrose

En homéopathie, en cas d’arthrose avec faiblesse musculaire, l’activité anti-inflammatoire de la rue est évidente, spécialement en cas d’inflammation aiguë et chronique.

Pour les douleurs rhumatismales, elle est conseillée spécialement si la douleur est aggravée par le froid et le repos ou en début de mouvement, qui s’améliore avec la poursuite du mouvement.

Ruta graveolens contre le sciatique

La rue des jardins est un médicament homéopathique indiqué lorsque la sciatique est aggravée par le froid et la position allongée, mais qui s’améliore couché à plat.

Comment prendre Ruta graveolens ?

Préférez la Ruta en dilution haute (30 CH ou 15 CH) dans le cas des douleurs aiguës. Mais attention il faut consulter un médecin, évitez l’automédication.

Ruta graveolens en tisane

L’infusion de feuilles de ruta était principalement utilisée pour ses activités toniques, stomachiques et diaphorétiques.

Ruta graveolens en tisane dans une atsse en verre transparent
Une tasse de tisane

La tisane était autrefois utilisée pour stimuler les menstruations, mais elle est aujourd’hui déconseillée car un surdosage peut provoquer une inflammation des systèmes digestif et urogénital.

Ruta graveolens en teinture mère

Le médicament homéopathique sous forme de teinture mère est à administrer par voie orale. En usage topique, on utilise généralement de l’huile, à masser sur la partie du corps affectée par les douleurs articulaires, les névralgies et les crampes.

La Ruta graveolens et l’homéopathie

La pharmacopée a évolué ! La ruta est désormais utilisée en homéopathie et pour son exact contraire : ses propriétés antispasmodiques.

Autant de prescriptions qui impliquent, il va de soi, la consultation d’un médecin, ne serait-ce que pour le bon dosage homéopathique.

En homéopathie, elle est donc considérée, avec l’arnica, comme le remède miracle des traumatismes. Ces deux produits sont efficaces en cas de douleur, d’aggravation de la douleur lors de mouvements, de contacts ou en position couchée. Alors que l’arnica améliore la douleur dans les muscles, la rue agit sur les tendons.

Comment prendre Ruta graveolens 9CH ?

Respectez la prescription de votre médecin homéopathe. Il vous conseillera sur les doses et la juste posologie. Normalement Ruta graveolens 7CH ou 9CH est conseillée en granules 1 à 3 fois par jour, selon la patologie ou le type de traumatisme.

Quelle granule homéopathique contre la tendinite ?

En cas de tendinite et traumatisme du cartilage, la rue est le remède de choix et doit être administrée à la dilution de 7CH pendant 2 à 3 jours.

Ruta 30CH est également recommandée dans le traitement pré et postopératoire des opérations orthopédiques.

Pour votre sécurité, veuillez toujours consulter un médecin homéopathe.

Où trouver de la Ruta graveolens ?

Vous pouvez acheter la Ruta en médicaments homéopathiques en pharmacie, mais l’huile essentielle et les feuilles séchées pour la préparer en tisane sont disponibles dans les herboristeries et en ligne.

Effets secondaires et contre-indications

Une photosensibilité due à la présence de coumarines est possible. Des cas de photodermatose ont également été signalés suite à un contact cutané avec ses feuilles.

En cas de surdosage, peuvent survenir des symptômes tels que : nausées, vomissements, vertiges, douleurs épigastriques, lésions rénales et hépatiques, tremblements, spasmes, dépression, évanouissement et, dans les cas graves, même la mort.

Éviter la prise pendant la grossesse, en cas de néphrite ou d’hypersensibilité connue à un ou plusieurs composants.

La ruta n’est plus utilisée aujourd’hui en raison de ses importants effets secondaires.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page