Plantes médicinales

Rhodiola : une formidable plante adaptogène

Une grande alliée antistress

Originaire des contrées glaciales de Sibérie, la rhodiola incarne la force, l’endurance et la longévité dans de nombreuses légendes scandinaves. Des vertus infondées ? Pas forcément. Depuis plusieurs dizaines d’années, sa faculté à accroître notre résistance au stress intrigue la médecine moderne. Focus sur cette racine d’or qui n’a certainement pas révélé tous ses secrets.

Rhodiola rosea : une plante de l’extrême

Parfois appelée rhodiole, racine d’or, racine arctique ou encore orpin rose, la rhodiola appartient à la famille cosmopolite des Crassulacées. Comprenant une vingtaine d’espèces au total, elle désigne majoritairement Rhodiola rosea (ou Lignum rhodium), seule à revêtir un caractère médicinal.

Affectionnant les régions froides à polaires, elle se développe à l’état sauvage dans des conditions climatiques extrêmes – notamment dans les montagnes sibériennes, en Scandinavie, en Irlande et en Alaska. Ses boutons rose vif au printemps laissent place à des fleurs jaunes pommées dès l’arrivée de l’été. Mais seul son rhizome à la fine odeur de rose, très riche en principes actifs, intéresse vivement les phytothérapeutes.

Déjà mentionnée dans l’ouvrage De materia medica du médecin botaniste Dioscoride, la rhodiola devra attendre le début des années 1960 pour connaître une véritable renommée internationale.

Plante rhodiola

Quels sont les bienfaits de la rhodiola ?

Rhodiola et cortisol

Comme le ginseng et l’éleuthérocoque, la rhodiole est une plante qualifiée d’adaptogène : elle contribue à améliorer notre réponse aux différents stress qui nous assaillent. Cet effet doit être mis en parallèle avec la capacité propre de la plante à survivre dans un milieu particulièrement hostile.

De nombreuses études, dont une menée en 2009 avec placebo, corroborent l’action de la rhodiole dans l’augmentation des performances cognitives en période de stress ou de fatigue intense. Les sujets ayant ingéré deux extraits de 288 mg de rhodiola par jour pendant 4 semaines ont présenté une attention accrue ainsi qu’une diminution du taux de cortisol salivaire – marqueur hormonal du stress.

Cette racine d’or soutiendra ainsi les étudiants en période de révisions, les individus en proie au surmenage intellectuel ainsi que les personnes souffrant de troubles de l’anxiété.

Un antifatigue naturel

Stimulante et tonique, cette plante contribue donc par extension à lutter contre l’asthénie, notamment lorsque celle-ci est intimement liée au stress.

Rhodiola et anti-dépresseur

Bien que les mécanismes restent encore mal compris, le rhodiola exercerait un effet favorable chez les personnes atteintes de dépression légère à modérée. Elle serait également susceptible d’atténuer les effets secondaires causés par les antidépresseurs tricycliques.



Des effets probables sur la performance physique

Initialement, la rhodiola s’est démocratisée grâce aux athlètes olympiques russes et ukrainiens qui l’employaient pour accroître leurs performances sportives. Si les études donnent des résultats contradictoires à ce sujet, des travaux récents précisent que la racine d’or jouerait un certain rôle dans l’adaptation à l’effort.

Une action sur les troubles sexuels

Censée restaurer la vigueur sexuelle, la rhodiola soulagerait plus spécialement les troubles érectiles chez l’homme. Elle s’avérerait également bénéfique dans le traitement de l’aménorrhée (absence de règles). À titre anecdotique, les jeunes mariés sibériens reçoivent encore aujourd’hui des racines de rhodiole avant la nuit de noces, car elles favoriseraient la naissance d’enfants bien portants.

Comment consommer la rhodiola ?

À l’heure actuelle, la rhodiole se présente sous différentes formes : poudre, extrait de plante fraîche standardisé (EPS) ou extrait sec. Si ses racines séchées se consomment en infusion, elles entrent surtout dans la composition de compléments alimentaires – seules ou en association avec d’autres plantes.

Infusion de rhodiola rosea dans une tasse transparente

Quelle posologie pour la rhodiola ?

Côté posologie, on conseille selon l’effet recherché de consommer 100 mg à 300 mg de rhodiola par prise 2 fois par jour, en cure de plusieurs semaines. Toutefois, cette recommandation ne se substitue en aucun cas à un avis médical : avant toute supplémentation, renseignez-vous auprès d’un professionnel de santé.

Comment choisir Rhodiola rosea ?

Si vous optez pour un complément alimentaire, soyez extrêmement vigilant sur sa composition. Certains fabricants remplacent notamment la Rhodiola rosea par d’autres espèces botaniques voisines. Si toutes renferment de la salidroside, seule rosea contient de la rosavine, de la rosine et de la rosarine. Or, ces différentes molécules influeraient directement sur les bonnes propriétés de la plante.

Pour optimiser ses effets, mieux vaut donc opter pour un extrait titré de Rhodiola rosea fournissant 3 % de rosavine et 1 % de salidroside.

Rhodiola et griffonia : un duo complémentaire

Dans certains compléments alimentaires, la rhodiola s’associe au griffonia. Appartenant à la famille des légumineuses, cette plante africaine participerait au maintien d’une bonne activité cérébrale. Son actif L-5HTP agirait notamment comme un régulateur de l’humeur. Combiné à la racine d’or, il contribuerait ainsi à contrer le stress et à restaurer l’équilibre nerveux.

Rhodiola rosea : contre-indications et effets secondaires

Plutôt bien tolérée par l’organisme, Rhodiola rosea jouit toutefois d’un effet stimulant. Selon les sensibilités, elle peut donc provoquer agitation ou surexcitation : il conviendra alors de diminuer les dosages avant de les réaugmenter de façon très progressive. Pour les mêmes raisons, on évitera de prendre la rhodiole le soir afin d’éviter les troubles de l’endormissement. On privilégiera plutôt une prise le matin et une prise le midi 30 minutes avant les repas. Attention également au cumul avec certaines plantes possédant des effets énergisants similaires.

La rhodiola pourrait également interférer avec certains médicaments, notamment les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) – souvent prescrits en cas d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque et dans certaines maladies coronariennes.

Par mesure de précaution, la rhodiole reste contre-indiquée chez les enfants, les femmes femmes enceintes ou allaitantes, les individus bipolaires, les diabétiques et les personnes présentant une atteinte hépatique.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page