Bien-être et santéfeatured

Le Reiki, ou l’énergie retrouvée

Le reiki est une technique de guérison japonaise basée sur l’énergie, par imposition des mains. Une séance de reiki se déroule dans le silence, le praticien imposant ses mains sur les différentes parties du corps du patient, selon une gestuelle précise mais pouvant varier.

Il s’agit d’une technique naturelle de reconnexion et circulation de l’énergie vitale. Une gestuelle répétée toutes les trois minutes, de la tête aux pieds, au cours d’une séance de trois quarts d’heure environ.

Au préalable, le maître de Reiki se sera assis en tailleur, les mains à plat sur son propre torse. Ce qui semble tenir du rite, fait en réalité appel à l’énergie. « Rei » signifie l’esprit, et « ki » l’énergie universelle.

Rien d’ésotérique à cela : le Reiki a même une conception matérielle de l’âme. Il part du principe que tout être humain est porteur d’énergie universelle, qu’il peut transmettre pour redynamiser l’énergie vitale d’autrui.

Le Reiki, l'énergie retrouvée
Le Reiki, l’énergie retrouvée

Une pratique ancestrale remise au goût du jour

Au Japon même, le Reiki a été sorti de l’oubli par Mikao Usui, fondateur à Tokyo d’un centre de guérison Reiki, après avoir reçu une formation de médecin et de psychologue.

Mikao Usui découvre le Reiki à la suite d’une expérience de « mort imminente ». Et soigne nombre de rescapés d’un tremblement de terre au début du siècle dernier, au point de se voir décerner le « Kun San », la plus haute distinction japonaise. Ainsi cette pratique s’est-elle à nouveau popularisée au Japon, où le shinto (la culture ancestrale japonaise) et le shingo (le courant bouddhiste majoritaire au Japon) le connaissaient déjà.

A découvrir: La sylvothérapie ou de l’intérêt d’enlacer les arbres

Le reiki : la circulation des énergies

Il n’est du reste pas question de médecin et de patient, mais de « donneur » et de « receveur ». Le maître de Reiki n’est pas un être doué d’un don particulier. C’est la communication entre l’énergie du « donneur » et celle du « receveur », qui apporte un soulagement, en défaisant les « nœuds » psychiques et physiologiques. Le « donneur » adapte sa technique à chaque « receveur » : l’enchaînement des impositions peut s’attarder sur le dos, le plexus solaire, le ventre et le nombril, les chevilles, selon le besoin.

S’il est communément admis que le Reiki débarrasse de blocages psychiques aussi sévères que les phobies, il soigne aussi les maux physiologiques : sans que la raison en soit élucidée.

D’où la prévention de la médecine conventionnelle à son encontre. L’autre prévention est due au fait que chacun, pourvu qu’il en suive l’apprentissage, peut s’initier au Reiki : les vrais charlatans ne manquent pas de proposer leurs services !



Pour vous informer: Médecine douce: les bienfaits de l’acupuncture

Soigner avec l’energie vitale

Il n’en demeure pas moins que le Reiki soigne de façon naturelle tout ce qui représente une chute d’énergie vitale, la fatigue, le stress. Il rééquilibre les forces intérieures de façon préventive, voire soulage de douleurs physiques.

Lors d’une séance, le « receveur » ressent, à juste titre, une impression de détente voire d’endormissement, et d’échauffement des zones sur lesquelles le « donneur » passe ses mains. Des expériences étonnantes ont été réalisées sur des plantes et sur des mammifères, prouvant que le Reiki n’est en rien un effet placebo.

Proche en apparence d’une séance de méditation, il s’agit d’une technique de guérison naturelle par la reconnexion entre l’énergie vitale et l’énergie universelle.

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer