Régime pour garder la forme et la santé !

Vivre plus longtemps et en bonne santé : mieux vaut le régime crétois, qu’un steak-frites-soda. Les régimes alimentaires s’invitent à nos tables, non plus seulement pour se serrer la ceinture et perdre du poids, mais pour être (ou rester) en forme.


Les origines, s’il en est

S’il semble un poncif de reprendre à l’envi la formule d’Hippocrate selon laquelle « l’alimentation est notre première médecine »., l’idée est pourtant bien là .

Alors que les plantes synthétisent leur alimentation, les bipèdes que nous sommes se fournissent en nutriments via l’alimentation : un plaisir à haute valeur culturelle ajoutée, au point que l’aiguille de la balance et notre santé s’en ressentent.

La notion même de régime alimentaire n’a pas fini de cheminer : nous ne sommes fort heureusement plus à l’époque de Louis XIV  et consorts, où pas plus que l’hygiène corporelle, les préceptes en matière d’équilibre alimentaire ne nous inspireraient.




Le choix était entre les grandes famines et les libations orgiaques, selon les périodes de vaches maigres et l’appartenance sociale.

Eh oui, il y a 300 ans, ce qui n’est pas si vieux au regard de l’Histoire de l’Humanité, on se méfiait de la moindre pomme de terre, mais on confiait son corps à des chirurgiens sans connaissance médicale requise, puisqu’il s’agissait des barbiers.

Régime(s) : définition

Si nous associons désormais santé et régime alimentaire, les canons de la beauté ont largement eu leur part : de préférence la représentation de l’« éternel féminin », non moins à géométrie variable.

« Les Baigneuses » de Gustave Courbet nous paraissent un tantinet dodues, pendant que certaines gravures de mode donnent envie de leur donner une piécette pour aller s’acheter un morceau de pain.



Les régimes alimentaires sont allés de pair avec le bikini : la minceur a fait quelques choux gras !

Les régimes alimentaires les plus connus
Les régimes alimentaires les plus connus

Les deux premières causes de décès sont dans notre assiette

Aujourd’hui, la santé a repris le dessus sur la mode.

La meilleure façon d’être beau est de respirer la santé. Notre espérance de vie est dans notre assiette.

Les deux premières causes de décès en France que sont les maladies cardio-vasculaires et les cancers sont liées à l’alimentation, qui révèle également le diabète et provoque la « goutte », l’obésité.




Une étude menée par l’université de Cambridge a prouvé un bonus de 14 années de vie au profit des non-fumeurs, sans alcool, mangeant cinq fruits et légumes par jour et faisant de l’exercice.

Régimes pour tous : les femmes et les hommes

Une préoccupation non plus exclusivement féminine, que les régimes alimentaires : aberrant, que de s’inquiéter d’une erreur de carburant pour sa voiture, et d’ignorer la maltraitance de son organisme par l’alimentation. Le régime alimentaire est vécu comme une prévention : en certains cas, validation médicale à l’appui.

Plus de fibres, moins de viande : la santé environnementale s’ajoute à l’interrogation sur le traitement animal. Des verrous en forme de préceptes sautent, l’information passe.

Un régime, mais lequel ?

Entre effets de mode et repères ancestraux

Les régimes alimentaires se classent en quatre grandes catégories : les régimes minceurs et détox qui ne proposent plus uniquement de perdre la peau et les os, les régimes « santé » selon le profil du patient, les attitudes alimentaires qui se veulent un comportement de vie, et les régimes ancestraux.

Vegan
Prix EUR 29,95

Régimes minceur & cure détox

Les régimes minceurs et détox restent légion : ce sont les plus soumis aux phénomènes de mode, voire à l’émergence de gourous nutritionnistes. Ils sont, par ailleurs, plus volontiers envisagés comme des cures d’amaigrissement que comme la prise de résolutions sur le long terme.

D’où l’intérêt de bien connaître son profil, avant d’opter pour un régime hyper-protéinés (méthode Dukan), une méthode hypocalorique, ou encore un régime d’exclusion (sans lactose, sans gluten, sans sucre, etc).

Autre piste encore, la chrono-nutrition : le verre de jus d’orange du matin ne sert que pour le goût, notre organisme n’assimilant pas la vitamine C à cette heure, pendant que goûter de sucre rapide ne fait pas de mal.




Les régimes santé

Quand il est bien tard, le régime alimentaire devient quasiment une prescription : ainsi du régime Dash (Dietary approaches to stop hypertension) conçu pour lutter contre l’hyper-tension, aujourd’hui préconisé dans les cas de rhumatisme inflammatoire : fruits et légumes,  oléagineux, laitages maigres, et au revoir la viande rouge.

Alimentation végétale
Alimentation végétale

Les régimes d’engagement

Les régimes végétariens se déclinent en flexitarisme (un régime basé sur les protéines végétales, avec une entorse hebdomadaire pour les protéines animales), en végétalisme (ni chair animale, ni œuf, ni lait, ni miel, ni produit laitier), en crudivorisme (des végétaux crus). Autant de choix souvent faits d’engagements, mais qui impliquent de compenser les inévitables carences en protéines.

Les régime ancestraux

Et les régimes ancestraux ?  Nous situons l’île japonaise d’Okinawa, réputée abriter le plus grand nombre de centenaires au monde, grâce à une alimentation composée de poissons, d’algues, de légumes, de céréales et de fruits. Mangez « Okinawa », mais aussi « Viking » : saumon et hareng, baies rouges, céréales entières et chou fermenté. Tout dépend de la qualité du saumon…

Mais l’idée est là : mieux vaut le « régime crétois » et ses variantes géographiques, que le steak-frites-soda. D’autant qu’il n’est pas question de régime au sens de se priver, mais de préférer le poisson, l’huile d’olive et les tomates, aux pseudo-aliments.

Tous nos articles sur les régimes alimentaires :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *