Alimentationfeatured

Le régime Okinawa, pour bien vieillir, et même avant…

Il est synonyme de santé et d’alimentation équilibrée. Focus sur le régime Okinawa.

Régime Okinawa : définition

Le régime Okinawa est éponyme de cet archipel au sud du Japon, qui a pour singularité son nombre de centenaires, de surcroît en bonne santé. De quoi intéresser l’occident, à la démographie vieillissante et en butte à l’explosion de maladies liées à l’alimentation.

Dans les années 1970, le cardiologue et gérontologue Makoto Suzuki en faisait le constat : malgré des conditions d’hygiène très relatives, Okinawa recensait la population de centenaires la plus élevée au monde, le tout en bonne santé. Deux chercheurs de son équipe, les frères Bradley et Craig Willcox, ont ensuite vulgarisé le régime Okinawa, notamment avec la publication de sa version occidentale, The Okinawa Diet Plan.

Aujourd’hui, le régime Okinawa apparaît comme une méthode pour corriger les erreurs de notre alimentation occidentale.

Intérêt et bienfaits

Alors que nous n’avons jamais autant vécu dans l’abondance alimentaire, celle-ci est en partie nuisible à notre santé : maladies cardio-vasculaires, diabète, certains cancers, sont liés à notre de mode alimentaire.

Trop de lipides, trop de protéines animales, trop de sucre raffiné. Notre alimentation occidentale souffre de déséquilibres, et d’un excès de satiété. Si bien que des régimes plus frugaux, apparaissent comme vertueux. C’est le cas du régime Okinawa.

Notez que parmi les régimes alimentaires qui ne sont pas des régimes amaigrissants à fuir absolument, tant ils sont nocifs à la santé, deux d’entre eux sont originaires d’îles : le régime crétois et le régime Okinawa. Nécessité y a fait loi : le fait de ne pas avoir à disposition la profusion dont nous disposons, y a maintenu un sain équilibre.

Régime Okinawa, les principes de base

Le régime Okinawa implique le « Hara Hachi Bu » : pas besoin d’apprendre le japonais,  nous avons la traduction bien de chez nous,  « il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger ». Et c’est vrai qu’il est sain de sortir de table avec une légère faim.

Autres principes dont nous avons les équivalents, le « kulen gwa », qui revient à manger de petites portions, et le « nuchi gusui », qui signifie « penser à ce que l’on mange ». Traduction, prendre le temps de manger, au lieu de s’empiffrer sans y penser.

Enfin, manger de tout ou presque, le tout présenté dans des assiettes colorées et de taille plus petite. De fait, tout comme pour votre logement, le blanc augmente la vision d’espace : en l’occurrence, une assiette blanche vous paraît bien plus vide qu’une assiette colorée.



Les bienfaits du régime Okinawa
Les bienfaits du régime Okinawa

Régime Okinawa, de quoi se compose-t-il ?

Le régime Okinawa établit un lien entre l’apport en calories et la dépense énergétique de l’organisme. Ainsi privilégie-t-il les aliments peu caloriques, mais riches en vitamines et minéraux. Pour ce faire, il comprend sept portions de fruits et légumes par jour, sept portions de céréales complètes ou légumes secs par jour, et deux plats à base de soja par jour.

Les protéines sont essentiellement d’origine végétale : une céréale associée à un légume sec.  La part des protéines animales comprend essentiellement des poissons maigres, coquillages et crustacés.

Le régime Okinawa prévoit aussi de ne manger que des fruits et légumes de saison, d’équilibrer le cru et le cuit, qui doivent être consommés séparément. Et d’assaisonner ses plats d’épices, excellents pour la santé ; Et de boire du thé vert, jamais de café !

Le régime Okinawa (presque) végétarien

Le régime Okinawa limite la viande et exclut quasiment les produits laitiers, ces derniers ayant d’ailleurs un « effet de paradoxe » sur l’apport en calcium : ostéoporose et douleurs articulaires ne seraient pas sans lien avec la consommation excessive de fromage et de yaourt.

Le régime Okinawa limite donc très fortement les lipides et exclut les sucres raffinés, qui ont peu d’intérêt pour l’organisme, au regard des inconvénients.

Livres sur le régime Okinawa

100 recettes express Okinawa
Prix conseillé  EUR 6,00
Prix  N/A
Économisez  N/A

Régime Okinawa, contre-indications

Il n’est jamais bon de se lancer à corps perdu dans un régime alimentaire : cela revient le plus souvent à ajouter un déséquilibre à un déséquilibre, avec ses effets nuisibles à la santé, carences, effet yoyo et sensation d’échec.

Un déséquilibre de poids ne se limite pas au seul contour de sa silhouette. Et l’on peut avoir une silhouette fine, mais investir malgré soi dans les ennuis de santé. Le régime Okinawa ne doit donc jamais être adopté du jour au lendemain : les bonnes habitudes se prennent progressivement et sur le long terme.

Il est aussi des moments où réduire sa consommation de viande n’est pas idéal : si vous êtes une femme enceinte, ce n’est pas le moment de réduire votre apport en protéines animales. Si vous supprimez les produits laitiers, vous devrez les compenser par un apport en calcium.

Quant à la consommation d’algues, elle est déconseillée aux personnes souffrant d’hyper ou d’hypothyroïdie. Et même si vous n’êtes pas dans ce cas, l’introduction des algues dans son alimentation doit être progressive, au regard de l’apport d’iode important et soudain qu’il représente pour l’organisme.

En somme, le régime Okinawa a de très bons côtés, à la condition d’en faire un outil pour rééquilibrer son alimentation occidentale.  Soyez plutôt pout la « fusion’food » : au lieu de vous ruer sur le tofu et le soja, regardez ce qu’il y a de bon à prendre dans ce régime, pour vous l’appropriez.

Les bienfaits du régime Okinawa
Les bienfaits du régime Okinawa

Le régime Okinawa, différent du régime japonais ?

Voici dix ans, le gouvernement japonais imposait la loi « Métabo », en référence au « syndrome métabolique » : synonyme de maladies cardio-vasculaires, diabète, etc, le surpoids étant un coût pour la santé publique, les entreprises qui embauchent des personnes en surpoids sont censées être sanctionnées.

Eh oui, les Japonais, eux aussi, ont adopté le fast-food et les sodas. Leur alimentation traditionnelle est réputée plus saine, avec tout de même quelques bémols : peu d’apports en vitamines. Surtout, leur amour du poisson, notamment du thon, n’est pas anodine. Au lendemain de Fukushima, les Japonais se seraient privés de tout, sauf de thon rouge. Résultat, comme un transfert de thons de la Méditerranée vers le Japon, au nom de la paix sociale. Le tout alors que la pêche au thon était limitée.

Un exemple parmi d’autres, de l’absence de conscience écologique japonaise. Okinawa est d’autant un îlot de consommation locale et durable. Une exception à la règle ?

En tous les cas, le régime Okinawa est différent du régime japonais traditionnel, par son apport en vitamines, plus faible dans le régime japonais. Et, parmi les ingrédients inexistants au Japon, une algue typique du régime Okinawa, l’Umibudō, littéralement « raisons de la mer », grappes d’algues endémiques d’Okinawa.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous propose les thèmes suivants :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer