Le régime de couleurs, il affiche la couleur !

Un régime qui donne la place aux légumes

By Pascale

Zoom sur le régime de couleurs

Tout sur le régime de couleurs.

A quoi voit-on qu’une tomate, un chou et une orange n’ont pas les mêmes propriétés nutritives ? A leur couleur ! Le « régime de couleurs » ou encore le « régime tricolore » se basent sur ces étiquettes naturelles que sont la couleur des fruits et légumes. Qu’en penser ?

On l’appelle le « régime de couleurs ». En 2003, Taylor Hartman publiait « The color code », ouvrage de référence sur le régime alimentaire basé sur la couleur des aliments.

Définition : la couleur, c’est la teneur en nutriments

Le principe ? Le vert du poivron, le jaune de l’ananas, le rouge de la tomate ne sont pas une décoration. C’est chatoyant sur l’étal du marché : mais ce n’est pas de la peinture.

Cette pigmentation est bien le témoin de la teneur en vitamines des fruits et légumes.

Ce qui est à l’intérieur se voit à l’extérieur. Vert, blanc, rouge, orange, jaune et violet : les couleurs des aliments sont un vrai pense-bête.

Un vrai pense-bête, que la couleur des fruits et légumes. De surcroît élémentaire à retenir. « The color code » préconise de manger cinq couleurs par jour. Autre méthode, penser à mettre l’« arc-en-ciel » dans son assiette.

Zoom sur le régime de couleurs
Zoom sur le régime de couleurs

La version tricolore du régime de couleurs

En toute saison, les trois couleurs principales de l’étal du marché sont le vert, le jaune et le rouge. Ce sont aussi les plus importantes pour la santé.

D’où le « régime tricolore », qui conseille quant à lui, de manger trois couleurs par repas, soit neuf portions (eh oui, le petit-déjeuner est compris) colorées par jour.

Les avantages de ce régime de couleurs

Les bénéfices sont évidents : ne plus jamais omettre de manger des fruits et légumes. Autre avantage et non des moindres : le « régime tricolore » n’est pas l’un de ces régimes amaigrissants basés sur la privation mais, au contraire, sur l’apport supplémentaire en nutriments.

Du reste, la viande n’est pas supprimée. Le côté amincissant provient de la limite de l’estomac : une fois que l’on a mangé sa portion de légumes, il y a moins de place pour les bonbons Haribo !

Car, l’autre avantage du régime tricolore est de ne pas créer de carences, en particulier en préservant un bon niveau de protéines (pain complet au blé, pâtes complètes, riz complet, céréales complètes, etc), pour accompagner les légumes.

Les fromages ne sont pas non plus proscrits. Seuls le sont tout ce qui ruine la santé : l’alcool, les boissons gazeuses, l’excès de graisses saturées, le sucre blanc. Mieux vaut, en effet, les remplacer par des légumes.

Au bout du compte, le régime tricolore se veut un rééquilibrage de l’alimentation : fruits et légumes variés à tous les repas.

Un inconvénient ?

Les réfractaires à la cuisine verront dans l’épluchage des légumes, une petite contrainte. Celle-ci est largement compensée par le fait que les légumes font généralement baisser la facture du filet à provision.

Et l’effet d’une alimentation équilibrée sur la peau, se voit assez rapidement.

Zoom sur le régime de couleurs
Zoom sur le régime de couleurs

Une journée type en suivant le régime de couleurs

On s’y met ?

Une autre variante ?

  • Le matin, on continue de voir « rouge » avec : des prunes, de la pastèque, des framboises.
  • A midi, on voit « jaune » avec : des carottes, des pêches, de la papaye la viande de votre choix accompagnée de riz.
  • Le soir, c’est « vert » : brocoli, chou, épinards, poisson, fromage.

En somme, retenez le principe du feu tricolore. Et plutôt que d’envisager les repas comme une contrainte, faites-en un jeu de famille.

Autres infos

La rédaction de Toutvert.fr vous recommande ces autres articles sur les régimes alimentaires :

Laisser un commentaire