Recycler les déchets électroniques avec de l’eau, c’est possible !

Lorsque l’on connaît les quantités de déchets électroniques qui s’accumulent sur notre planète et la difficulté de les traiter et recycler efficacement, cette découverte s’avère sincèrement rassurante. À Orléans, des chercheurs ont prouvé qu’il est possible de recycler les déchets électroniques avec de l’eau, tout simplement !

Les cartes électroniques des appareils que nous utilisons au quotidien (téléviseurs, ordinateurs, smartphones, tablettes, liseuses…) renferment des métaux précieux et rares, mais difficilement recyclables. Il est, en effet, difficile de les récupérer en intégralité car ces métaux sont intégrés les uns dans les autres.


Dommage, car ces déchets électroniques valent de l’or ! Face à ce constat, une équipe de chercheurs a mis au point un nouveau protocole qui utilise les propriétés étonnantes de l’eau. C’est, en effet, lorsqu’elle se trouve dans un état extrême dit « supercritique » que l’eau va faire des miracles.

Pour vous informer: Ces pays poubelles empoisonnés par nos déchets électroniques

De l’eau dans un état « supercritique »

Cet état extrême dit «supercritique » est atteint autour de 370 degrés et 21 barres de pression. Dans leur protocole, les 500 degrés et 250 barres de pression sont atteints. À ce stade, l’eau change de propriété et devient très oxydante et corrosive.

L’objectif étant de détruire la résine présente dans les cartes électroniques, de couper en minuscules morceaux le polymère grâce à l’acidité de cette eau « supercritique ». La ionisation créée permet la formation de protons qui dégradent la matière première organique contenue dans les cartes électroniques.




Recycler les déchets électroniques avec de l'eau, c'est possible !
Recycler les déchets électroniques avec de l’eau, c’est possible !

A lire: « Restart Project » vous aide à réparer vos déchets électroniques plutôt que de les jeter

Des essais prometteurs pour recycler nos déchets électroniques

Les premiers tests réalisés sur des cartes vierges sans composants sont très prometteurs. Après leur passage dans un réacteur de 300 ml d’eau « supercritique », les cartes sont ressorties totalement friables. Les fibres de verre étant également dégradées, il ne reste plus que les métaux, que l’opération a épargné de l’oxydation.

Par ailleurs, un gaz émanant de cette réaction (le méthane) s’avère très intéressant puisqu’il pourrait être réutilisé pour alimenter le dispositif en énergie et réduire les coûts de production.




Un autre avantage non négligeable du traitement par eau supercritique : aucune production de produits toxiques contrairement aux autres procédés.

Affaire à suivre de près !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *