Plantes médicinales

Raifort : retrouvons nos racines pour prendre soin de notre santé

Le raifort évoque volontiers l’Alsace, seule région française où cette racine est cultivée. Sa sauce y accompagne facilement un pot-au-feu.

D’origine slave, il reste l’un des cinq condiments de la Pâque juive. En Allemagne et dans toute l’Europe de l’Est, il faisait office de moutarde et de cataplasme contre les bronchites !

Si la moutarde et les antibiotiques ont supplanté le raifort, il revient à l’honneur, y compris version tendance, par le wasabi.

Raifort : une racine forte

« Racine forte », telle est l’étymologie en vieux français du raifort (raïz et fors). A cela, deux raisons :

  • son goût piquant
  • son pesant de santé

Ainsi que l’attestait la légende selon laquelle Apollon aurait entendu de l’oracle de Delphes. Le radis vaut son poids en plomb, la betterave son poids en argent et le raifort son poids en or.

Pas besoin d’être un Apollon pour retenir que ce légume est excellent pour la santé. La nature est du reste bien faite, qui veut qu’il se récolte de septembre à décembre, au moment où l’organisme a le plus besoin d’être boosté.

La feuille de raifort

Raifort : composition

De fait, le raifort contient autant de vitamine C qu’un agrume, rien de moins. Et en bonne quantité les principaux minéraux nécessaires à l’organisme (calcium, potassium, manganèse, fer).

La quadrature du cercle des besoins en hiver : au Moyen-Age, il servait à lutter contre le scorbut et à renforcer le système immunitaire.

De quoi ne pas s’en priver, en sauce ou bien râpé dans un peu de crème fraîche ou encore pour accompagner du chou rouge

En prenant soin de ne pas le confondre avec le radis noir, auquel il ressemble par son apparence, mais diffère par sa couleur jaune-brun.



Les vertus du raifort

Aujourd’hui, cette racine intéresse pour ses propriétés anti-cancers. Bien des végétaux sont aujourd’hui vantés comme tels.

Si le raifort ne contient pas plus de flavonoïdes (antioxydants) que d’autres, il est l’un des plus riches crucifères (de la famille des choux) en glucosinolates : au contact d’une enzyme du corps humain (la myrosinase) les glucosinolates se transforment en molécules inhibitrices du cancer, les isothiocyanates.

De quoi le préférer à la moutarde, pour accompagner tous les choux de saison, qu’ils soient de Bruxelles ou non.

Des études in vitro ont d’ores et déjà démontré le rôle inhibiteur de cellules cancéreuses et antiplaquettaire, du raifort.

Quel est le goût du raifort

Mais au fait, peut-être n’aviez-vous que très vaguement entendu parler de cette racine ancestrale européenne qu’est le raifort ?

Sans aucun doute connaissez-vous mieux le wasabi, sous la forme du petit tube de couleur vert pomme, made in Japan, ou presque : le wasabi est le cousin géographiquement éloigné du raifort.

Problème, il pousse au pied du mont Fuji, uniquement ! D’où la présence de raifort dans le wasabi du commerce, afin de répondre à une demande grandissante.

Rien de répréhensible à cela : le wasabi et le raifort sont également cousins pour leurs vertus sur la santé.

Et ne sont pas tant éloignés que cela par le goût, puisque le wasabi fabriqué à partir de raifort, se vend y compris au Japon.

Qu’est ce qui remplace le raifort

Raifort en poudre

Avec quoi manger du raifort

Recettes avec le raifort

Raifort et fromage

Sauce au raifort : la recette

Où trouver le raifort frais

C’est quoi raifort en français /h3>

La rédaction de touvert.fr vous conseille aussi :

  • Corossolier : l’arbre aux 100 vertus !
  • Ginseng : les racines de la pharmacopée et médecine chinoise
  • Fumeterre, une plante qui gagne à être connue

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page