Le Ragdoll, la poupée made in USA

Le Ragdoll est l’un des très rares chats à tenir son nom de son comportement : quand on le porte, il devient mou comme une poupée de chiffon !


L’origine du Ragdoll

Il n’y a pas idée de tenir ses origines d’un accident. Ce fut pourtant le cas du Ragdoll : dans les années 60 en Californie, Joséphine, une chatte angora blanche aux yeux bleus, fut renversée par une voiture. La voisine, éleveuse de Persans, la porta chez le vétérinaire. Guérie, la chatte en aurait eu son mauvais caractère bonifié.

Qu’à cela ne tienne, l’éleveuse Ann Backer la fit croiser avec un Persan de couleur noire, « Blackie ». Au regard des chatons de Joséphine d’avant l’accident, ces derniers se révélèrent nettement plus dociles. Et avec cette particularité de devenir mous, dès lors qu’on les prend dans les bras.

En fait de particularité, il s’agit, ni plus, ni moins, de néoténie : le fait de garder à l’âge adulte, des caractéristiques juvéniles. La chatte attrape ses chatons par la peau du cou, qui en deviennent mous comme des poupées de chiffon, « ragdoll » en anglais. Les Ragdolls gardent cette caractéristique à l’âge adulte, d’où leur nom.

Ce chat fut popularisé non par une exposition classique, mais avec les moyens contemporains des médias : il eut droit à la presse et même à la télévision ! Il n’en fut pas moins officiellement reconnu aux États-Unis des 1965, et à l’échelon international en 1992.




Un chat sur des rochers
Un chat sur des rochers

L’aspect du Ragdoll

Le Ragdoll est d’un bon gabarit. Ne pas commettre l’erreur de traduire « big » par « gros » : car si le mâle peut peser jusqu’à neuf kilos, le Ragdoll est bien un big cat, soit un grand chat, et non pas grassouillet. Le tout avec une physionomie qui entre dans un rectangle, tête comprise celle-ci néanmoins arrondie…

Ce chat s’enorgueillit d’une queue en panache qui, si on la courbe vers l’avant du corps, atteint ses omoplates. Ne tirez pas dessus quand même !

Autre beauté, ses yeux toujours bleus. Et d’un bleu très dense.



Quant à sa robe, son poil soyeux, de mi- long à long existe en deux versions : « colour pointed » à la manière des Siamois (le museau, les oreilles, les pattes et la queue sont plus foncées que le reste du corps), ou bien bicolore et « mitted » (avec des gants).

Le « mitted » arbore alors toujours un masque en forme de V inversé sur la tête. Et, bien sûr, des gants blancs : atavisme maternel ? Une certitude, le « gantage » n’a rien à voir avec le gène récessif du chat birman, présentant la même coquetterie.

Quant au colourpoint, il y a franchement le choix : seal pointed, blue pointed, chocolate pointed, lilac pointed.

Le caractère du Ragdoll

Le Ragdoll est un chat éminemment facile : chez lui, tout est doux, sa façon d’être comme son miaulement. Discret, casanier, affectueux, sans saute d’humeur.

Petite faiblesse, le Ragdoll a peu conscience du danger : évitez de le laisser sortir sans surveillance, afin qu’il ne réédite pas l’exploit originel.

Le Ragdoll au quotidien

Attention particulière

Le poil soyeux du Ragdoll ne requiert qu’un brossage hebdomadaire, car il s’emmêle peu.




Alimentation

Comme pour tous les chats, évitez le bas-de-gamme.

Côté santé

Comme tous les chats, le Ragdoll peut être sujet à la cardiomyopathie hypertrophique.

Deux adorables chatons
Deux adorables chatons

Le prix d’un Ragdoll

Le Ragdoll vaut environ 1000 euros.

Au moment de l’achat, assurez-vous que votre chat ou chaton soit :

  1. Tatoué ou pucé
  2. Ait un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire (à noter : aucun vaccin n’est obligatoire)
  3. Dispose d’une carte d’identification I-CAD
  4. Ait une attestation de Pedigree

De plus, un contrat de vente en deux exemplaires doit être signé pour sceller la vente.

Quelques livres sur le Ragdoll

Pour en savoir plus sur les animaux domestiques

Visitez nos autres articles :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *