Qu’est ce que le tourisme solidaire, équitable et durable ?

Tourisme solidaire et équitable : face au constat amer des dégâts environnementaux et socio-économiques engendrés par le tourisme de masse, plusieurs formes de tourisme alternatif émergent, parmi lesquels le tourisme solidaire et durable.


Ne prendre que des photos et ne laisser derrière soi que des traces de pas, telle est la devise de ce tourisme qui se veut respectueux de l’environnement et des hommes. Avoir des contacts avec la population locale, connaître et respecter la nature et le patrimoine local, savoir exactement à qui va l’argent payé pour le voyage.

Le tourisme solidaire, c’est quoi ?

Qu’est-ce que le tourisme solidaire ? Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), il est une forme de tourisme qui « répond aux besoins des voyageurs et des régions d’accueil tout en protégeant et en améliorant leurs perspectives d’avenir ».

Cette nouvelle forme de tourisme met au centre du voyage l’homme et la rencontre, et s’inscrit dans une logique de développement des territoires.

L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de tourisme. En d’autres termes, appliquer les principes du développement durable au tourisme.




DÉCOUVREZ AUSSI : Voyager à pied : une philosophie (et une habitude) qui nous plaît

Le tourisme durable n’est pas seulement une parenthèse d’une semaine de vacances annuelle, il propose des pratiques responsables et oblige au respect de l’environnement. Il n’exploite pas un territoire, une culture ou une population.

tourisme solidaire

Le tourisme durable en détail

Les pratiques touristiques sont centrées sur six facteurs principaux qui peuvent servir de base de réflexion pour ceux qui veulent pratiquer le tourisme solidaire.




Modes de transport

Pour parcourir de longues distances, les voyages en avion sont presque indispensables (bien que le bateau soit une alternative pour les moins pressés), mais pour les courtes distances, il est possible d’envisager la marche ou le vélo, l’utilisation des transports publics, ou encore la location de véhicules électriques ou hybrides.

Argent bien dépensé

Le ‘tout compris’ (all inclusive en anglais) est incompatible avec le tourisme solidaire, car il ne serait alors pas possible de vérifier que la population locale bénéficie de l’argent provenant du tourisme.

Les touristes doivent préférer autant que possible les structures qui utilisent exclusivement du personnel local et bénéficiant de bonnes conditions salariales.

Protection de l’environnement

Le choix de la destination se fait en privilégiant les structures qui mettent en œuvre des politiques éco-responsables ou des programmes de protection de l’environnement.

Les offres touristiques respectueuses sont peu nombreuses, et elles contribuent aussi à améliorer l’intégrité des populations et protéger les habitats et la biodiversité locale.




Respect de la culture locale

Les touristes ne sont pas des « spectateurs voyeurs » qui se rendent dans un endroit pour profiter de la dernière attraction à la mode ! Les touristes durables devraient s’immerger dans la culture locale et accepter les différences avec les leurs.

Utilisation rationnelle des ressources naturelles

Réduire, réutiliser et recycler. L’utilisation efficace de l’eau, de l’énergie et des matières premières doit être envisagée. Il est nécessaire de se renseigner sur les pratiques de l’hôtel dans lequel vous comptez séjourner.

Bilan CO2 et sensibilisation à l’environnement

S’il n’est pas possible de se passer de l’avion, les touristes peuvent calculer les émissions de CO2 produites par leurs vacances et les compenser par des bonnes pratiques environnementales qui ne sont pas nécessairement liées aux déplacements.

Quelques chiffres…

Pour comprendre l’impact que peut avoir le tourisme solidaire, quelques chiffres s’imposent.




Tout d’abord, le tourisme est la première industrie mondiale (12% du produit intérieur brut mondial) et le premier employeur mondial (8% de l’emploi mondial).

De plus, le tourisme constitue la plus importante ressource pour 34% des pays en développement, et l’une des trois principales ressources pour 83% d’entre eux.

Ainsi, le tourisme représente un formidable levier pour le développement dans les pays du Sud, à condition d’avoir un partage équitable des revenus locaux du tourisme et une optimisation des retombées économiques et financières au niveau local.

A LIRE ÉGALEMENT : Eco-tourisme : la carte écologique de Venise

En 2010, les arrivées internationales de touristes avaient atteint près d’un milliard de personnes.




La croissance d’un tourisme solidaire entraînera automatiquement une hausse de la demande en énergie, en eau, et en ressources naturelles ou seul un tourisme durable et responsable peut permettre à ce secteur de croître sans mettre en péril la nature et les populations qui en vivent.

Tourisme solidaire, durable, responsable, équitable, éco-volontariat : sautez le pas…

La rédaction de Toutvert vous conseille aussi :




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *