Les pucerons : ces insectes qui parasitent nos jardins

Les pucerons sont des ennemis bien connus au jardin. Mais les connaissez-vous vraiment ? Qui sont-ils ? Comment les repérer ? Et comment lutter de façon naturelle contre eux ? Vous trouverez toutes les réponses à ces questions dans cet article ! 


Les pucerons : qu’est-ce que c’est ?

Les pucerons sont des petits insectes parasites. On en dénombre pas moins de 800 espèces en Europe. Parmi les plus connus, on retrouve : le puceron noir, le puceron vert, le puceron cendré, etc.

On peut les rencontrer un peu partout où il y a du vert : jardins d’ornement, potagers, vergers, etc.

Une invasion de pucerons peut se déclarer à tout moment de l’année. Excepté en hiver en raison du froid et du repos végétatif.

Les attaques de ces parasites peuvent rapidement endommager de nombreux végétaux. Cela est dû au fait qu’ils se reproduisent très vite.




Ces insectes sucent la sève des feuilles qui finissent par s’enrouler et coller. Mais ils s’attaquent également à d’autres parties de la plante (tiges, racines).

Les dégâts causés sont majoritairement esthétiques. Cependant, les plantes touchées sont affaiblies et sont par conséquent plus sensibles aux maladies et aux bactéries.

Comment repérer ces parasites ? 

Avant qu’ils n’envahissent complètement votre jardin, il peut y avoir un signe avant-coureur. Vous pourrez en effet noter la présence de fourmis sur vos plantes. Celles-ci se régalent du miellat sucré sécrété par les pucerons. Certaines fourmis vont jusqu’à faire un élevage intensif de pucerons en les protégeant de prédateurs, de parasites et de champignons.

De plus, vous pourrez repérer quelques autres symptômes : feuilles enroulées et poisseuses, déformation et jaunissement des feuilles, etc.



Lutter contre les pucerons de manière écologique
Lutter contre les pucerons de manière écologique

Comment lutter naturellement contre les pucerons ? 

Il existe de nombreux remèdes (préventifs et curatifs) pour lutter contre les pucerons. En voici une liste non exhaustive :

Les coccinelles

Les coccinelles sont des prédatrices de pucerons bien connues. Une fois les fourmis éradiquées, introduisez des larves de coccinelles dans les colonies de pucerons.

Celles-ci dévoreront voracement les parasites, de même que les coccinelles adultes. Les coccinelles devraient être présentes naturellement si vous n’utilisez pas trop de produits phytosanitaires et que vous avez laissé des fleurs sauvages dans votre jardin.

Si vous en achetez en magasin, prenez garde à l’espèce choisie. En effet, certaines peuvent mettre en danger l’écosystème car elles sont invasives (par exemple les coccinelles asiatiques).

Coccinelle à 2 points (larves, oeufs ou adultes au choix)
Prix conseillé EUR 24,50




Le saviez-vous ? La plupart des espèces de coccinelles mangent des pucerons. Les autres se délectent d’acariens ou encore de cochenilles.

De l’eau

Si la surface infestée n’est pas trop grande, pulvérisez de l’eau savonneuse (savon noir ou savon de Marseille) sur vos plantes.

Les décoctions

Vaporisez sur vos plantes des insecticides faits maison : décoction à base d’ail, décoction à base de feuilles d’absinthe, décoction de pyrèthres (cousins de la marguerite), purin d’orties (qui est en plus un excellent fortifiant), purin de fougères, purin de rhubarbe, etc.

Attention, certains de ces insecticides sont nuisibles aux insectes pollinisateurs, comme celui à base de pyrèthres. Veillez à les utiliser avec précaution.

Lutter contre les pucerons de manière écologique
Lutter contre les pucerons de manière écologique

Des plantes répulsives

Certaines plantes éloignent naturellement les pucerons : menthe (verte et poivrée), lavande, œillet d’Inde, thym, sarriette, absinthe, etc.

Marc de café

Le marc de café repousse les pucerons, mais également les fourmis, les escargots et les limaces.

Attention: si vous choisissez d’opter pour une méthode de pulvérisation, n’oubliez pas de vaporiser votre produit sous les feuilles.




Enfin, souvenez-vous que même si ces remèdes sont naturels, ils ne sont pas forcément inoffensifs. Soyez donc patient avec votre jardin et ne mélangez pas tous les antidotes.

Pour en savoir plus

Cet article vous a intéressé ? La rédaction de Toutvert vous recommande également :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *