Bien-être et santéfeatured

La prêle des champs, au secours de l’ossature et des cheveux

C’est l’une des doyennes des plantes sur Terre : très riche en minéraux, surtout en silice, la prêle des champs renforce le squelette, Reminéralisante, diurétique et anti-inflammatoire, cette plante appartient de longue date à la phytothérapie.

Elle est idéale en cas de fracture osseuse ou d’ostéoporose, et plus globalement pour toute personne souffrant de douleurs articulaires ou des rhumatismes.

Une plante reminéralisante

La prêle des champs (Equisetum arvense), ou encore queue de cheval en raison de sa forme, pousse dans presque tous les champs et prairies humides du monde, à la seule exception de l’Australie. Affaire d’Histoire géologique ? Cette plante est l’une des plus vieilles plantes au monde, ainsi que l’attestent des prêles fossilisées datant de la Préhistoire, mais aussi son système de reproduction basé sur les spores, tout comme les champignons et les mousses.

Singularité, cette plante est aux deux-tiers composée d’éléments inorganiques : sels de potassium, calcium, et surtout silice qui aide à fixer le calcium. C’est la tige encore verte de la plante, qui est de utilisée depuis Pline l’Ancien.

Une plante médicinale riche en silice
Une plante médicinale riche en silice

La prêle en phytothérapie

Sa grande force : elle renforce l’ossature !

Reminéralisante et alcalisante, cette plante médicinale est idéale en cas de fracture osseuse et d’ostéoporose, et plus globalement en cas de douleurs articulaires ou de rhumatismes. Pour les mêmes raisons, la prêle intéresse également les sportif(ve)s, car elle favorise aussi la souplesse des tendons.

Cette plante médicinale est drainante et diurétique. Elle est excellente en cas d’infections et d’inflammations urinaires (cystites). Astringente, elle est également reconnue pour traiter les incontinences bénignes.

Et tant, qu’à faire, ses effets diurétiques sont utiles contre les tendances à la rétention d’eau. Si vous voulez vous rééquilibrer en douceur après une période de libations, buvez pendant quelques jours, de la tisane de prêle.

Pour régénérer la peau

Cette plante médicinale est vulnéraire, car elle stimule la production des tissus conjonctifs et du collagène. La prêle est de longue date reconnue contre les maladies de peau depuis les démangeaisons, dartres, aphtes, eczémas, jusqu’aux vergetures et ulcères variqueux.



Mais cette plante médicinale n’aide pas seulement la peau en superficie : elle aide à reconstruire les muqueuses des poumons (avis aux fumeurs). La raison ? Le défaut de silicium est un marqueur vasculaire. Elle renforce les tissus affectés par cette déficience : les bronches des insuffisances respiratoires ou les micro-vaisseaux des personnes diabétiques.

Prêle et cheveux

Cette plante médicinale ne reminéralise pas seulement les os, mais également le cuir chevelu. Et régule la production de sébum. Avantage : cette plante convient à tous types de cheveux. Raison pour laquelle la prêle est utilisée dans les (bons) produits cosmétiques.

Si vous préférez être nature, faites simplement bouillir entre cinq et dix cuillerées de prêle fraîche dans un litre pendant une vingtaine de minutes. Laissez refroidir le temps que les tiges s’infusent. Appliquez sur vos cheveux humides, en vous massant le cuir chevelu. Il n’est pas nécessaire de rincer. Répéter l’opération trois fois par semaine. Conserver votre décoction de préférence dans un flacon en verre.

A noter qu’elle est aussi un excellent remède contre la tendance aux saignements de nez ou encore à la sudation excessive.

Les différentes variétés de prêles

Prêle des champs ou prêle des marais ?

Facile à dire, ces deux prêles cohabitent, sauf sur le littoral méditerranéen. Comment distinguer la prêle des champs aux vertus médicinales, cosmétiques et même gustatives, de sa cousine toxique ? Les tiges de celle-ci sont bien plus cannelées, et elle n’ouvre que sur un seul épi.

En cas de doute, c’est comme pour les champignons, mieux vaut prévenir que guérir. Vous avez confondu ? En effet, la prêle des marais est toxique, car elle contient des alcaloïdes, mais elle n’est pas mortelle (sauf pour les chevaux). Vous allez être incommodé (maux de ventre, diarrhée). Attention, même la prêle des champs est déconseillée aux femmes allaitantes et aux jeunes enfants.

Chez nous, les connaisseurs savent préparer les jeunes pousses de prêles, façon petites asperges cuites. Au Japon, même pas peur, on la mange crue, elle est réputée pour prévenir l’apparition de maladies dégénératives. Évitez d’improviser tout de même.

Comment la consommer la prêle ?

Cette plante médicinale s’utilise essentiellement par voie interne, décoctions, tisanes, gélules, ampoules, teinture-mère, extraits de fluides.

La prêle en tisane

Pour une infusion, dosez environ une cuillère à café de prêle séchée pour quinze centilitres d’eau. Vous pouvez boire jusqu’à trois tasses par jour de cette décoction, durant cinq jours au maximum.

Une plante médicinale riche en silice
Une plante médicinale riche en silice

Astuce, saupoudrez vos plats et crudités de prêle des champs séchée : elle leur donnera une petite pointe d’amertume, et vous fera faire une cure en douceur.

Où trouver de la prêle ?

En ville, cette plante médicinale séchée ou bien en poudre se trouve en herboristerie et en magasin bio.

Si vous avez un bout de jardin, n’hésitez pas à en faire pousser : non seulement vous cultiverez vos futures tisanes, mais cette plante est antifongique, ce qui est excellent pour le reste de votre potager.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille également :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer