featuredMaison & Jardin

La prairie naturelle au service de la biodiversité

Une prairie naturelle est un terrain sur lequel poussent diverses plantes de façon spontanée. Ce type de prairie n’a pas besoin de l’Homme pour se renouveler car elle se reproduit d’elle-même. Découvrez dans cet article tous les secrets de ce réservoir de biodiversité !

Qu’est-ce qu’une prairie naturelle ?

Une prairie naturelle est une prairie dite « permanente ». C’est à dire qu’elle n’a été ni retournée, ni ressemée depuis au moins 10 ans.
Avant, ce terme désignait les prairies qui n’avaient jamais été modifiées par l’Homme. Or, ces dernières deviennent très rares.
Les prairies naturelles a des nombreux avantages :
  • elles jouent un rôle dans la protection des nappes phréatiques
  • elles protègent les sols, notamment de l’érosion
  • elles sont un réservoir de biodiversité
  • elles permettent de réguler le climat
Cet espace naturel, un véritable réservoir de biodiversité
Cet espace naturel, un véritable réservoir de biodiversité

Les différents types de prairies

Il existe bien évidemment d’autres types de prairies que les prairies naturelles.

Prairie fleurie

La prairie fleurie, également appelée « pré fleuri », est de plus en plus répandue car adoptée chez bon nombre de particuliers. Ces derniers ne tondent plus leur pelouse et voient se développer dans leur jardin une prairie aux mille couleurs ! Pour ne pas déranger la faune venue s’installer, il faut bien évidement prévoir des sentiers aménagés et des aires réservées aux pique-niques et aux jeux des enfants.

Prairie humide

La prairie humide ou inondable est un espace qui se situe dans la majorité des cas près d’un cours d’eau. On peut parfois la confondre avec un marais lorsqu’elle est sous l’eau. On y trouve alors des amphibiens et d’autres petits mammifères. Côté fleurs, on y trouve la sanguisorbe officinale ou encore la gratiole.

Prairie temporaire

La prairie temporaire est un lieu qui ne connaît pas de transformation venant de l’Homme pendant une durée maximale de cinq ans. Elle est notamment utilisée pour la rotation des cultures afin de reposer un peu les sols. Elle peut avoir différents buts : pâturage, fanage, ensilage, etc. Découvrez-en plus sur la rotation des cultures en cliquant ici.

 

La biodiversité de la prairie naturelle

Le fait que l’Homme n’intervienne pas dans la prairie naturelle permet le développement spontané de la faune et de la flore.

La flore est composée de trois types de plantes :

  • Les légumineuses : fixent l’azote de l’air dans le sol grâce à leurs racines. Ces plantes sont riches en protéines, calcium et phosphore. On trouve dans cette famille des plantes telles que les trèfles (blanc, hybride, violet, douteux, etc.), la luzerne, les pois, le lotier corniculé, etc.
  • Les graminées : famille de plantes comprenant plus de 10 000 espèces. Ce sont les graminées qui forment les parties denses des prairies. Dans cette famille, nous pouvons par exemple citer la fléole des prés, le pâturin des prés, le ray-grass d’Italie, le vulpin des prés, le dactyle ou encore la fétuque des prés.
  • Les autres plantes : regroupent différents genres et familles de plantes. C’est ce qu’on pourrait appeler les « mauvaises herbes » ou « adventices ». Voici quelques exemples d’adventices que l’on peut trouver dans une prairie naturelle : le pissenlit, la grande ortie, la berce des prés, le rumex à feuilles obtuses, l’achillée millefeuille, le chardon des champs, etc.
Cet espace naturel, un véritable réservoir de biodiversité
Cet espace naturel, un véritable réservoir de biodiversité

Le couvert enherbé durable qu’est la prairie naturelle, permet à une faune très diversifiée d’y trouver refuge. Ce couvert est notamment idéal pour les insectes ainsi que pour les petits mammifères. Les prairies bien fleuries attireront beaucoup de papillons et d’abeilles !

 

Pour en savoir plus

Vous avez apprécié cet article ? La rédaction de ToutVert vous recommande également : 

Marjorie Tourette

Née en novembre 1990 dans les Vosges, Marjorie est partie vivre à Nancy puis à Grenoble pour faire ses études. Elle a obtenu un Master en coopération internationale afin de pouvoir travailler dans le secteur associatif. A l’issu de ses études, elle a travaillé dans diverses organisations, notamment en lien avec le commerce équitable, le développement rural et la protection de l’environnement. Elle aime à croire que chacun à son échelle peut agir pour transformer nos modes de vie consuméristes en modes de vie plus durables.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer