La « poubelle des mers », elle avale les déchets des océans

Pete Ceglinski et Andrew Turton, deux surfeurs espagnols de Majorque viennent de mettre au point une poubelle qui avale les déchets dans l’eau, les reteint et ce en totale autonomie. Cette poubelle nommée la Seabin par ses inventeurs, « poubelle des mers » en français n’a pas l’ambition de nettoyer totalement les océans mais des zones ciblées comme certains ports, plages ou zones côtières.

Lassés de voir leur espace de jeu et de travail souillé par les déchets Andrew Turton et Pete Ceglinski ont décidé d’agir. En effet, on estime qu’environ 270 000 tonnes de déchets plastique flottent à la surface des océans. Si une sensibilisation et une éducation de tout un chacun est nécessaire, car 8 déchets aquatiques sur 10 ont une origine terrestre, il est aussi primordial de trouver une solution concrète à la pollution actuelle.


UNE AUTRE INITIATIVE D’ENVERGURE : Dépolluer les océans en 5 ans, le projet fou du jeune Boyan Slat

La seabin est avant tout destinée à nettoyer des zones à l’activité humaine dense comme les espaces portuaires. Ces lieux concentrent souvent des grandes quantités de déchets que rien ne prévoit de nettoyer. Cette poubelle qui en fait fonctionne d’avantage comme un filtre pourrait être une solution adaptée.

La « poubelle des mers », elle avale les déchets des océans
La « poubelle des mers », elle avale les déchets des océans

Pete Ceglinski et Andrew Turton ont conçu cette « poubelle des mers » comme un filtre autonome même si d’aspect, elle ressemble à une poubelle traditionnelle. Elle est équipée d’une pompe qui aspire l’eau et donc les déchets. Elle rejette l’eau mais les déchets sont retenus prisonniers grâce à un gros sac en matière naturelle. Comme toutes poubelles, il est donc nécessaire de la vider de temps en temps.




A LIRE : Pollution des océans : un « 7ème continent » de déchets flotte au large du pacifique

Cette seabin ne peut donc pas être la solution à la pollution globale des océans, mais elle apporte un espoir pour les petits espaces très sales, car elle peut retenir divers déchets (gros détritus, micro plastique ou corps gras). Les 2 surfeurs souhaitent développer leur prototype qui est actuellement en fonction dans les eaux de Majorque.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *