Actualitéfeatured

Potager : comment produire soi-même ses graines !

Il est possible de produire soi-même ses graines, à partir de plantes de variétés traditionnelles que l’on a mises en culture dans son jardin (les variétés récentes sont protégées par des brevets). Les lignées ainsi obtenues se comportent en général très bien.

Du point de vue de la production de graines, on peut classer les plantes en deux catégories :

Les plantes autogames, chez lesquelles la fécondation se fait entre organes mâles et femelles de la même fleur. Ces plantes se reproduisent donc à peu près fidèlement sans précaution particulière.

ESSAYEZ : Construire une serre souterraine pour cultiver toute l’année : mode d’emploi !

Les plantes allogames, chez lesquelles la fécondation se fait entre organes mâles et femelles appartenant à des fleurs ou à des plantes différentes. Il peut donc y avoir des croisements (ou hybridations) spontanés entre variétés différentes de la même espèce. Par contre, il n’y a pas de croisement possible entre des espèces distinctes. Pour avoir des chances de conserver pure une variété, il faut donc ne faire fleurir en même temps qu’une variété de chaque espèce.

Potager : comment produire soi-même ses graines !
Produire soi-même ses graines !

Les variétés hybrides Fi, du fait de leur mode de production, ne peuvent pas être reproduites au jardin. La technique à appliquer pour produire ses graines potagères est en général la même à l’intérieur de chaque famille botanique. La récolte des graines ornementales peut rester très simple.

Produire soi-même ses graines : méthode

Sélectionner un pied à belle floraison, très sain et attendre que les graines mûrissent. Les cueillir par temps sec pour achever le séchage dans la serre ou en cellier, sur des soucoupes ou dans des sacs papier pour celles qui ont tendance à s’échapper.

ET AUSSI : Les vertus des engrais verts !

Une fois bien sèches, les graines doivent être entreposées au frais et au sec, dans des sachets en papier, des boîtes en bois, en carton ou en métal. La durée de vie des semences conservées à 20 °C est trois fois plus courte qu’à 10 °C. L’idéal est le réfrigérateur (4 °C) et un emballage étanche. Attention à ne pas les stocker dans un meuble comportant du bois aggloméré, car ce matériau dégage du formaldéhyde, dont les vapeurs sont fatales aux graines.

La durée de vie moyenne des semences est de deux à quatre ans sous climat tempéré, en sachet étanche, et d’un an seulement sous climat tropical.

Image via shutterstock.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer