Pollution aux particules fines : 17 villes françaises passées au crible

L’Inserm (Institut nationale de la santé et de la recherche médicale) a réalisé une étude portant sur l’impact à court terme de la pollution aux particules fines sur la mortalité. 17 villes françaises ont été passées au crible. Résultats.

Toutes les agglomérations sont au dessous (en moyenne annuelle) du seuil de pollution aux particules fines fixé par l’Union Européenne, à savoir 40 μg.m-3, mais au dessus du niveau maximal conseillé par l’OMS (à l’exception de Dijon) qui est de 20 μg.m-3.


Cette étude réalisée sur 3 années (2007-2010) est basée sur de nouveaux appareils de mesure, plus fiables que les précédents et intègre 10 nouvelles villes qui n’étaient pas présentes dans l’étude publiée au cours des années 2000.

CECI POURRAIT VOUS INTÉRESSER : 2012 : 7 millions de morts liés à la pollution de l’air

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, ce n’est pas Paris qui décroche la palme de la pollution aux particules fines, mais la ville est tout de même en bonne place dans le classement. Voici le triste palmarès des 17 villes étudiées de la moins polluée à la plus polluée :

  1. Dijon (19.3 μg.m-3)
  2. Nantes (21.4 μg.m-3)
  3. Toulouse (21.7 μg.m-3)
  4. Rennes (21.9 μg.m-3)
  5. Bordeaux (22.0 μg.m-3)
  6. Montpellier (23.2 μg.m-3)
  7. Nancy (23.8 μg.m-3)
  8. Le Havre (24.6 μg.m-3)
  9. Strasbourg (25.6 μg.m-3)
  10. Amiens (25.8 μg.m-3)
  11. Paris (27.0 μg.m-3), la capitale n’est « qu’en 7ème position »
  12. Lens-Douai (27.3 μg.m-3)
  13. Grenoble (27.5 μg.m-3)
  14. Nice (29.2 μg.m-3)
  15. Lyon (29.5 μg.m-3)
  16. Lille (30.6 μg.m-3)
  17. Ce triste record est détenu par Marseille avec 31.8 μg.m-3

AUTRE CLASSEMENT INTÉRESSANT : « Palmarès » des fleuves les plus pollués au monde




En étudiant l’impact de la pollution aux particules fines sur les décès dans ces 17 villes françaises, les chercheurs ont montré qu’à chaque fois que la concentration de particules PM10 (les particules en suspension) augmente de 10 μg.m-3, le risque de décès non accidentel augmente de 0,5% dans les jours qui suivent.

LIRE L’ÉTUDE COMPLÈTE : Impact à court terme des particules en suspension (PM10) sur la mortalité dans 17 villes françaises, 2007-2010




Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *