Animaux

Que sont les poissons d’argent et comment s’en débarrasser

Le poisson d’argent est un insecte qui se plait dans les atmosphères chaudes et humides, il affectionne donc salles de bain et cuisnes ! Mais qui est-il ? Faut-il s’en débarrasser et comment ?

Quel est cet insecte ?

Le poisson d’argent (Lepisma saccharina) ou lépisme est un insecte de la famille des « thysanoures », soit des insectes aptères (sans ailes) qui existaient déjà il y a 300 millions d’années : un indice de sa faculté d’adaptation ! Il est originaire des latitudes tropicales : il aime la chaleur et l’humidité, celles des sous-bois de l’Europe méridionale et de l’Asie, comme de vos cuisines et salles de bains.

D’une longueur d’un centimètre à un centimètre et demi, cet insecte a le corps plat en forme de torpille, recouvert d’écailles légèrement argentées, d’où son nom. Dépourvu d’ailes, il dispose de deux longues antennes sur la tête, et de trois longs poils à l’extrémité de l’abdomen. Un corps très agile, qui se faufile à toute allure, tel un poisson dans un aquarium.

Poisson d’argent noir ?

Le poisson d’argent n’est pas seul au monde : la famille des lépismes forme un trio avec ses deux cousins, le lépisme du papier (Ctenolepisma longicaudatum), un peu plus allongé et brun, et le thermobie (Thermobia domestica), lui aussi dépourvu des fameuses écailles à reflets du poisson d’argent.

Poisson d’argent : reproduction

Le poisson d’argent a une belle espérance de vie, de trois à cinq ans. Et pas de véritable prédateur. De quoi se contenter d’une reproduction très raisonnable, de l’ordre d’une vingtaine d’œufs seulement par an. Cela suffit à assurer sa pérennité… depuis 300 millions d’années donc !

Veillez à vos plinthes, encoignures de portes, placards, ce sont ses lieux privilégiés de ponte : des œufs blanchâtres d’un millimètre de diamètre. Au bout d’un mois, les petits poissons d’argent sont aptes au service. Amétaboles (sans changement), ils sont de petits adultes dès la naissance, seule leur taille et leur couleur changent.

Poisson d'argent : un insecte qui aime les livres
Poisson d’argent : un insecte qui aime les livres

Les causes de sa présence

Sans danger pour l’homme et pour les animaux domestiques, le poisson d’argent se nourrit de débris variés : insectes morts, acariens (ce qui n’est pas mal), mais aussi poussière, moisissure, cheveux, poils, farine, débris alimentaires sucrés.

Poisson d’argent et les livres

Mais il a surtout une passion pour la cellulose : le poisson d’argent est la hantise des bibliothèques et musées.

Chez vous, son atmosphère préférée est les vieux meubles et les archives. C’est typiquement la bestiole que vous délogez, lors d’un déménagement ou d’un rangement de la cave ou du grenier. Vieux livres, lettres, photographies, timbres, vêtements amidonnés, c’est son truc. Il s’en repaît et y laisse de vilaines taches brunes.



Il aime aussi le dessous de l’évier et du lavabo : c’est sombre, chaud et humide ! D’ailleurs, cet insecte est un nocturne : il grignote pendant que vous croyez dormir sur vos deux oreilles.

Infestation : poisson d’argent, comment s’en débarrasser naturellement ?

Les produits chimiques vendus dans le commerce ont un inconvénient majeur : ils sont nocifs pour vous ! Les méthodes naturelles sont encore la meilleure façon d’éradiquer les poissons d’argent : d’autant qu’elles les piègent par son péché mignon, sa gourmandise.

Piégé par un pot de yaourt !

C’est tout simple : cet insecte raffole du sucre ? Collez un ruban adhésif (ruban isolant, sparadrap, chatterton) sur la paroi extérieure d’un pot de yaourt en verre, avec peu de sucre dedans. Il y grimpera, mais ne pourra pas en ressortir, ses pattes n’adhérant pas au verre : piégé comme dans un lavabo !

Le poisson d’argent et le bicarbonate de soude

Préparez un mélange moitié de sucre et moitié de bicarbonate de soude. Disposez de petits tas aux endroits stratégiques, plinthes, tuyauterie chaude, encoignures, etc. Il va se goinfrer à en mourir.

L’acide borique

L’acide borique (ou borax, un minéral présent dans certains sols, en Italie notamment) est un grand classique de la lutte à domicile contre les insectes nuisibles : il leur détruit le système digestif. Mélangez deux tiers d’eau, un tiers de sucre et une cuiller à soupe d’acide borique. Disposez votre coupelle en un endroit qui lui plaît. L’acide borique se trouve facilement en droguerie et pharmacie.

La terre de diatomée

La terre de diatomée est formée de débris d’algues marines microscopiques. Abrasive, elle use, par contact, la membrane cireuse du corps du poisson d’argent, qui le protège de la perte d’eau. A force, il meurt de déshydratation. La terre de diatomée n’est pas toxique pour l’homme : vous pouvez en saupoudrer vos plinthes sans souci.

Poisson d'argent : un insecte qui aime les livres
Poisson d’argent : un insecte qui aime les livres

Le papier journal

Puisque le poisson d’argent est papivore, prenez-le par son vice : faites un bouchon de papier-journal, avec un élastique à chaque bout comme un bonbon. Humidifiez-le : il va y entrer, et s’y emberlificoter. A votre réveil, jetez ce « bonbon » dans un sac en plastique, qui achèvera de l’étouffer.

La propreté de votre logement

Il y a deux façons de faire le ménage : le ménage « à la Lorraine» et le ménage « à l’espagnol », celui-ci ayant la réputation de laisser les auréoles de poussière autour des meubles, celui-là briquant jusque derrière le frigo. Vous savez pour lequel vous devez opter !

Et puis, si votre robinetterie suinte, cela lui plaît. Là, votre talent de plombier est une saine prévention.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à lire ces autres articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer