Animauxfeatured

Gai comme un pinson

A chacun sa version, celle de Diderot qui voyait La Religieuse « gaie comme un pinson » au point de se mettre au clavecin et celle d’Yves Montand, qui trouvait qu’il fallait être « bête comme l’homme » pour dire qu’un « pinson est gai » (Ma Maison).

Présentation et description de cet oiseau

Le pinson (Fringilla coelebs) appartient à la famille des Fringillidés que sont les passereaux de taille petite à moyenne. Il est l’un des oiseaux les plus communs de nos jardins et des oiseaux nicheurs.

En Europe, le pinson des arbres et celui du nord (autrement appelé des Ardennes) en sont les espèces représentatives. Avec l’avantage que cet oiseau est assez peu farouche : si vous restez silencieux, vous devriez pouvoir l’observer.

Le mâle a un plumage haut en couleur : le poitrail brun-marron pouvant tirer sur le rouge, la tête gris-bleu et le front noir, les joues châtain clair et le croupion vert. Quant aux ailes, elles sont de façon caractéristique barrées de deux traces blanches.

Pour ne pas le confondre avec un moineau, sachez encore que le pinson est plus svelte … et tout petit un peu moins facile à observer. Et pour ne pas le confondre avec un rouge-gorge, ce dernier n’a pas ni de calot bleu-gris sur la tête, ni de traces blanches aux ailes.

Pinson des arbres, la femelle

La femelle est plus délicate à déterminer et peut être confondue avec un moineau. De couleur marron, gris, vert elle possède les barres blanches aux ailes : une des clés de l’identification du pinson des arbres.

Pinson des arbres : la femelle
Pinson des arbres : la femelle

Pinson, son chant

C’est l’aspect le plus caractéristique du pinson : son chant mélodieux dès le matin. Un « pink pink » enjoué et dynamique, plaisant à l’oreille humaine. Ces vocalises avec un gamme bien étendue ne sont pas un concours de chant, mais une façon de marquer son territoire.

D’une région à l’autre, ce chant varie. Quant aux vrais concours de chants de pinsons, la tradition de « jouer à pinson » persiste en Belgique et dans le Nord de la France : le matin, les pinsonniers ont devant eux une petite cage à pinson. Pendant une heure, ils notent sur une règle en bois à l’aide d’une craie, le nombre de fois où l’oiseau d’un concurrent (jamais le sien ! ) qui leur a été confié, a chanté.

Son alimentation

Son bec est relativement plus important que celui des autres passereaux, ce qui lui permet de décortiquer des graines de hêtre, de bouleau, de frêne, d’épicéa les graines tombées au sol. Il se nourrit aussi de fruits, de bourgeons et de fleurs. Au printemps, il fait le plein de protéines en se faisant insectivore : chenilles, mouches, araignées, etc.



En hiver, nécessitant faisant loi, cet oiseau est un visiteur de nichoirs : noix brisées, céréales, baies séchées, graines mais aussi miettes de pain lui conviennent.

Son mode de vie

Coelebs” signifie célibataire : cet oiseau est peu sociable avec ses congénères. A la veille de l’hiver et contrairement au moineau, le pinson migre en solitaire.

Il pratique la mixité uniquement lors de la période de reproduction : en-dehors de celle-ci, le pinson mâle vit séparément de la femelle et des petits pinsons. Un célibataire endurci, en presque toute circonstance !

Les espèces représentatives

Le pinson des arbres

Fringilla coelebs est celui qui est présent à l’année en France et dans une grande partie de l’Europe.

Pinson du Nord

Fringilla montifringilla : il quitte les fraîches latitudes scandinaves vers le mois d’octobre pour hiberner dans le nord de la France et la Belgique, avant de repartir vers le Nord en avril.

Le mâle
Le mâle

Pinsons typiquement îliens

Le pinson bleu (Fringilla teydea) est endémique des Canaries. Et encore, pas de toutes les îles : Ténérife et la Grande Canarie, mais pas Fuerteventura. Tout bleu, le mâle en tous les cas.

Quant au pinson des Galagos, il est le fruit d’une véritable histoire à la Darwin : voici une quarantaine d’années, cet oiseau de l’espèce Geospiza conirostris originaire de l’île Espanola, s’est fourvoyé sur l’île de Daphne Mayor, situé à une centaine de kilomètres. Impossible de rebrousser chemin !

Sur l’île de Daphne Mayor, les femelles pinsons ont refusé de se reproduire avec lui. Motif, il ne chantait pas comme les autres. A quoi cela tient-il ! Le pinson d’Espanola se reproduisit avec un autre oiseau. Et d’œufs en oisillons, se reproduit avec lui-même. Ainsi est apparue la dernière espèce de pinsons :

Pinson domestique

Le pinson est une très bonne option pour avoir son tout premier oiseau domestique : il n’est ni très exigeant, ni compliqué à vivre. Respectez simplement les deux à trois conditions sine qua non : adoptez toujours une paire de pinsons (a minima), car en-dehors du milieu naturel, un pinson tout seul est voué à dépérir. Tant qu’à faire, adoptez un mâle et une femelle, c’est plus sympa pour eux.

Votre paire de pinsons a besoin d’espace : prévoyez une cage spacieuse. Et cet oiseau est fait pour la lumière : veillez à disposer sa cage dans un endroit lumineux. Si vous respectez ces règles élémentaires, vous aurez une paire de compagnons joyeux, mais non envahissants.

Pour en savoir plus

Les oiseaux vous fascinent, voici plus d’informations :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer