Animaux

Le Pinscher nain, une miniature énergique

Avec un ascendant qui n’est autre que le Doberman, le Pinscher nain fait figure de miniature ou de bonzaï.

Il n’en n’a pas moins la belle ligne de son ascendant, et un caractère joliment joueur, qui en fait un plaisant compagnon.

L’histoire : un ancêtre grand format

S’il n’en n’a pas du tout les proportions, le Pinscher nain – ou Zwergpinscher – a pour ascendant un certain Dobermann, ce dernier également appelé Dobermann Pinscher.

Quand celui-ci est né au XIXe siècle de la sélection effectuée par l’éleveur Karl Friedrich Pinscher, celui-là a volontairement été « créé » comme chien ratier, d’où son format.

Fut-il également issu du croisement avec un teckel et un lévrier ?

Il fut, pour la première fois montré en 1900, lors d’une exposition à Stuttgart : la Seconde guerre mondiale passant par là, c’est à l’engouement américain pour le Pinscher, que celui-ci doit la perpétuation de sa race.

Le Pinscher nain, une miniature énergique

Plus de Pinscher nains aux États-Unis qu’en Allemagne ? Le toujours très actuel « Miniature Pinscher Club of America » fait référence. Mais reconnu par la FCI au milieu dans les années 50, le Pinscher nain a désormais fait son retour sur le Vieux Continent.

L’aspect : un Dobermann bonzaï ?

Quand le Dobermann mesure environ 70 cm au garrot pour une cinquantaine de kilos, le Pinscher nain oscille entre 25 à 30 centimètres pour un poids de 3 à 6 kilos.

Pourtant, comparez les deux, c’est fou ce que le Pinscher nain ressemble à son géant d’ascendant : même ossature solide, qui entre dans un carré parfait.

Les membres sont bien d’aplomb, le museau est allongé, le poil est court, noir tacheté de brun : la ressemblance est notable, au format près.



Quant à sa queue, elle est toujours relevée : pourquoi la lui couper ?

Le caractère du pinscher nain ? Energique et très joueur

Il rapporte tout au jeu : son dressage et ses relations avec vous et votre entourage. Raison pour laquelle il se dresse selon les méthodes correspondant à ce trait de caractère.

Quant à sa sociabilité, le Pinscher nain raffole de la compagnie des enfants, mais convient très bien aussi à une personne âgée. Il accepte, du reste, aisément la présence d’autres animaux.

Le Pinscher nain est plein d’énergie ? A vous de lui faire comprendre, sans aucune brutalité, que la récréation est finie. ll est intelligent et le comprend.

D’ailleurs, s’il a besoin de sa promenade régulière, il s’accommode fort bien de la vie en intérieur. Il aime son nid douillet et a horreur de froid et de l’humidité.

Un chien de garde, que le Pinscher nain ? Il a horreur des intrus, et aboiera sans crainte, pour vous en signaler la présence.

Enfin, il aime bien les voyages : emmenez-le en voiture sans problème, il est un compagnon de route qui apprécie le dépaysement. Il sait aussi rester seul, mais vout fait savoir qu’il est content de vous voir revenir.

Élevage et prix

Avec une belle espérance de vie de 14 ans, il est robuste et peu sujet aux pathologies. Seul son poil, bien que court, a besoin d’un brossage régulier.

Même s’il vous en coûte plus cher, préférez un Pinscher LOF (Livret des Origines Français) ou certifié « de race ».

N’oubliez pas de demander :
– Un acte de vente rédigé à l’écrit et signé par les 2 parties
– Le certificat d’identification (tatouage ou puce électronique)
– Le carnet de vaccination à jour et dument signé par un vétérinaire.

Prix d’un Pinscher nain : compter 800 à 900 euros.

Autres races de chiens à découvrir

Les autres chiens de type Pinscher, Schnauzer, Molossoïdes et chiens de montagne

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer