Piloselle : la petite fleur qui élimine et nettoie

Comme son nom l’indique, la piloselle (pilosella officinarum, en latin) a ses feuilles en « oreilles de souris » recouvertes d’un fin duvet.


On dirait une marguerite en jaune, ce qui n’est guère étonnant car elle est de la même famille.

Plante vivace commune en Europe, la piloselle était réputée, dès le Moyen-Age, pour prédire la guérison ou la mort, rien de moins, mais ses propriétés ne s’arrêtent pas là !

Ses vertus anti-infectieuse, drainante et dépurative

Les connaissances ayant nettement fait des progrès, le diagnostic est fort heureusement plus nuancé. Mais à l’époque où les antibiotiques n’existaient pas, on peut comprendre que les vertus anti-infectieuses de la piloselle sur une plaie, auguraient d’une issue ou bien d’une autre.

Aujourd’hui, elle reste très appréciée, pour ses actions drainante et dépurative. Un vrai régime minceur, mais plutôt version « santé » que « silhouette ».




A lire: Plante médicinale : la bourrache ou Borago officinalis

La piloselle se cueille en mai et juin, pour devenir sous forme séchée, nos tisanes et décoctions. Parmi ses composants, l’« ombelliférone » aux vertus antibiotique et cholérétique (nettoyage du foie) et un flavonoïde répondant au nom de « lutéoside » à l’action diurétique.

Pilosella et régime amincissant 

La piloselle intéressera tout particulièrement les personnes qui suivent un régime amincissant : elle est très efficace contre la rétention d’eau, mais a aussi pour effet de drainer l’excès de sel.

De quoi la découvrir, en cas d’hypertension, voire en cures préventives régulières : notre alimentation reste trop riche en sel, malgré nous !




La piloselle, la petite fleur qui élimine et nettoie

 

La piloselle pour purger le système respiratoire

Le Moyen-Age était moins obscurantiste qu’il n’en n’avait l’air : férue de botanique, l’abbesse Hildegard de Bingen en décrivit notamment les effets sur ce qui intéressait l’époque : les affections des bronches. On pensait alors, que la piloselle soignait de la phtisie, pathologie proche de la tuberculose.

Même si ces effets ne sont pas prouvés, il n’en demeure pas moins que la piloselle purge réellement le système respiratoire, en particulier en le débarrassant des mucus qui font tousser et empêchent une saine respiration : bronchite, toux, et même asthme, une tisane mieux vaut qu’une pénultième quinte de toux.

Et aussi: Armoise: une plante médicinale déjà connue des Gaulois




Quant à l’aspect « antibiotique » de la piloselle, retenons qu’elle soulage à merveille les cystites… et incite en même temps à boire de l’eau. Et parmi les désagréments féminins, elle soulage les saignements menstruels excessifs.

Un petit côté « deux en un » comme dans la publicité pour la piloselle : drainage et nettoyage, en éliminant au passage sel et toxines. Se boit en décoction et sans modération.




Outbrain

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre *