featuredPhotos

Photographie : Chema Madoz, entre le réel et l’imaginaire

Si les clichés qui suivent vous donnent le mal de tête, il faut vous en prendre à Chema Madoz ! Ce photographe espagnol se joue des conventions, des perspectives et des couleurs avec ses photographies en noir et blanc.

Dans l’influence du Surréalisme, le photographe se fait sculpteur, sur le fil tendu entre le réel et l’imaginaire. En transformant des objets, souvent utilitaires, par un jeu de collage, de juxtaposition, de reflets, il amène le chaos dans le quotidien et semble permettre aux choses silencieuses d’exprimer leurs désirs les plus secrets.

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-madoz-jose-maria-rodriguez-28-57271f6c07f13__605-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_008-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_007-1

Les vues de son atelier, photographié par Pablo Zamora pour El Pais, nous montrent un cabinet de curiosités à la fois ordonné et fantasque. On y retrouve les sujets de ses photographies : une mappemonde-boule disco, une cravate en baguettes de cadres rococo ou un escarpin au talon en Tour Eiffel. Certains objets reviennent régulièrement : échelles, montres, notes de musique, miroir ou jeu d’échecs sont également des symboles de la condition humaine.

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_010-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_009-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_012-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_011-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_014-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_013-1



black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_016-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_015-1

 

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_003-1

Loin d’être un hommage au matérialisme ou à à la société de consommation, les portraits d’objets de Chema Madoz sont un appel à reconsidérer leur usage et leur beauté. Magicien de l’argentique, Chema Madoz les tire dans des tonalités chaudes, maniant aussi bien le petit que le très grand, avec un format et une édition toujours choisis en accord avec le sujet de chaque photographie.

chema_madoz81

 

Chema-Madoz-Bear

cropped-cropped-cropped-a10

3

chema-madoz-7-728

chema-madoz_05

Né à Madrid en 1958, Chema Madoz est le disciple de Javier Valhonrat dans les ateliers de photographie du Cercle des beaux-arts de Madrid. Il étudie l’histoire de l’art à l’université Complutense de Madrid, tout en suivant les cours de photographie du Centre d’enseignement de l’image.

DIAPOS-R756

04196

chema-madoz-3

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_006-1

black-and-white-photography-optical-illusions-chema-mado_005-1

En 1983, il réalise sa première exposition individuelle, à la Société de photographie de Madrid. En 1990, il commence à développer le concept des objets, thème qui reste une constante de son travail jusqu’à ce jour. L’œuvre de Madoz se rapproche de la variante des sculptures périssables, caractérisées par une simplicité totale, toujours en noir et blanc, avec un éclairage soigné et un dépouillement délicat dans la fabrication des objets photographiés.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page