Rien de plus facile que le pérovskia

Suivant avec grâce le souffle du vent, le pérovskia est un arbuste estival facile et sans entretien particulier. D’une croissance rapide et d’une grande résistance à la sécheresse comme au froid et aux maladies, il se pare de longs épis bleu ciel et possède un feuillage gris argenté de toute beauté. Aucune raison de ne pas l’inviter dans son jardin !


Originaire des régions montagneuses et rocailleuses de l’Asie centrale et de l’Himalaya, le pérovskia est un cousin de la sauge. Il lui ressemble par son feuillage aromatique et sa longue floraison estivale.

Classé dans la famille des sous-arbrisseaux à feuillage caduc, le pérovskia présente une silhouette à la fois érigée et souple. Très décoratif, son feuillage semblable à des plumes et ses fleurs bleu lavande font le bonheur des abeilles. Les tiges, plus ou moins argentées elles aussi, restent décoratives même après la chute des feuilles. Une belle façon de sublimer l’hiver !

Le majestueux pérovskia !
Le majestueux pérovskia !




Une plantation et un entretien très faciles

Très rustique, le pérovskia peut être planté en toutes régions puisqu’il ne craint ni la sécheresse, ni la pollution, ni les embruns. Il apprécie tout particulièrement le bord de mer. Tous les types de sols lui conviennent mais préfère, quitte à choisir, les terres bien drainées et pas trop riches, neutres ou calcaires. Il redoute en effet les sols lourds, qui gardent l’humidité en hiver, et craint les engrais azotés. Il est déconseillé de le planter près d’une pelouse.

Très peu exigeant, c’est la plante idéale pour les terrains secs et pauvres. Une fois installé, il ne demande aucun apport, ni d’eau ni de fertilisant, c’est une plante « chameau » !

Après la plantation, il est toutefois nécessaire d’arroser jusqu’à la reprise, puis la plante se débrouille toute seule. Les longs rameaux peuvent parfois apprécier l’installation de tuteurs pour éviter les dégâts. En hiver, il est possible de laisser les tiges dégarnies, tant qu’elles restent décoratives.

La taille du pérovskia

Si des mesures drastiques sont à prendre, c’est au niveau de sa taille. Une taille sévère est vivement recommandée chaque année pour conserver un port dense, bien garni dès la base.



Cette taille peut se faire en fin d’hiver ou au début du printemps (mars), après les dernières gelées et avant le redémarrage de la végétation. Il faut donc rabattre toutes les tiges à 10 cm du sol avec un sécateur. Au printemps, couper les tiges de moitié lorsqu’elles mesurent 30 à 40 cm.

Quelques associations possibles

Facile à intégrer au jardin, le pérovskia est idéal dans les talus et les rocailles, et peut tout aussi bien constituer des haies libres basses. Planté en massif ou en bordure, il apporte une grande légèreté qui s’associe très bien aux rosiers à floraison jaune ou blanche ou encore rose tendre, dont il masquera le pied.

Le pérovskia s’associe également très bien avec d’autres plantes sans entretien comme le gaura, la verveine de Buenos Aires, ou encore des hélianthus ou des lavatères arbustives.

Le majestueux pérovskia !
Le majestueux pérovskia !

Une plante aux rares variétés

Contrairement à la majorité des plantes, le pérovskia compte peu de variétés. Ainsi, il est assez simple de la choisir !

On compte en effet sept espèces, dont la plus répandue dans nos jardins est la “Perovskia atriplicifolia”, qui se décline en quelques hybrides :

  • Blue Spire,
  • Little Spire,
  • Pérovskia nain Lacey Blue®.

Pour finir avec un dernier atout de cette plante hors du commun : le pérovskia ne possède aucun nuisibles, maladies et parasites connus. Incroyable mais vrai !

Pour en savoir plus

La rédaction de Touvert.fr vous conseille :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *