Alimentationfeatured

Le pâtisson : pas si courge !

Le bonnet de prêtre ou artichaut d’Espagne est cette courge d’été qui revient sur les étals. Focus sur le pâtisson.

Présentation de cette courge

Sa forme rigolote de courge plate attire l’œil et lui vaut ses surnoms de « bonnet de prêtre » et même « bonnet d’électeur ». Son goût et son besoin de chaleur lui valent celui d’artichaut d’Espagne, artichaut de Jérusalem, et même courge du Congo.

Cet artichaut à pas cher fut l’une des premières cultures maîtrisées par l’Homme. Un petit goût d’artichaut avec une pointe de noisette, qui pousse facilement dans le Sud, sitôt que l’on en ait planté trois graines. Récolte entre juillet et septembre-octobre garantie.

Blanc, jaune ou vert, le pâtisson est meilleur de petite taille (il peut atteindre 25 cm de diamètre, mais sa chair est alors moins tendre) et avec la peau bien lisse et sans tâche : c’est sa pulpe, que l’on savoure.

Ses propriétés nutritionnelles

Comme toute la famille des cucurbitacées, le pâtisson est un légume gorgé d’eau et donc très peu calorique (19 Kcal pour 100 gr). Riche en fibres, ils est également très digeste.

Mais cette courge n’est pas uniquement de l’eau : elle est très riche en vitamine A, qui sert à la vision, à la bonne santé des tissus, au système immunitaire et au métabolisme du fer. Et elle est très riche en potassium, nécessaire aux muscles, au système nerveux et à la pression sanguine.

Le pâtisson contient également d’autres minéraux (phosphore, magnésium, fer, cuivre, manganèse) et des vitamines (C, B9, B6 et B1).

Les bienfaits du pâtisson sur la santé

Insolite, ce légume apporte sa touche de curiosité : « c’est quoi ? – du pâtisson ». Et vos convives en reprennent. Vous leur faites manger des légumes, en leur soulignant que c’est une cure de jeunesse.

Car c’est le légume du sportif bronzé : la vitamine A pour la peau, le potassium pour les muscles. Et même si vous n’êtes pas sportif (ce qui n’est pas bien), il va vous rendre encore plus beau !

D’ailleurs, on ne mange pas toujours assez d’aliments riches en vitamine A. Le beurre en contient : mais le pâtisson vous en fait faire une vraie cure, exempte de gras. Quant aux noix, c’est bien aussi, sauf elles sont plus chères que les pâtissons.



Autre avantage, ce légume a la bonne idée de pousser en été : il rallonge ainsi la saison des courges, celles-ci débutant à partir du mois d’août. Différence, il est vrai, le pâtisson ne se conserve pas autant : une semaine dans le bac du réfrigérateur. Notez que vous pouvez congeler des pâtissons.

Une courge à découvrir
Une courge à découvrir

Les contre-indications

Le pâtisson convient aux adultes et enfants. Attention néanmoins, il est à la fois sucré et diurétique. Si vous avez du diabète, des troubles gastro-intestinaux, des problèmes rénaux, veillez à modérer votre appétit de pâtisson.

Comment le consommer ?

Sa forme originale et son côté tendance stimulent l’imagination des chefs cuistots : du plus simple au plus sophistiqué ! Avantage, cette courge prend bien la saveur des autres aliments, tout en gardant la sienne. Elle se marie facilement avec presque tout, viandes, poissons, champignons, épices, etc.

Le petit pâtisson se mange cru, le gros se fait cuire. Là encore, pas de limites à l’imagination : de façon classique, en soupe ou farci. Mais on peut le préparer en purée, soufflet, le faire frire ou en faire des confitures.

Le pâtisson, l’éplucher ?

Le jeune légume ne s’épluche pas : énorme avantage sur les pâtissons plus gros, à la peau un peu dure. Chacun finit par trouver sa méthode pour ne pas se blesser : d’abord couper le pâtisson en tranches, et ensuite seulement éplucher celles-ci avec un épluche-légumes est plus facile et plus prudent.

Si la peau est vraiment très épaisse, passez le à la vapeur cinq à six minutes : elle sera plus facile à enlever, et vous aurez moins de perte de pulpe.

Le pâtisson au four

Préchauffez votre four à 180°C. Lavez votre courge, placez-la dans un plat allant au four une trentaine de minutes. Si vous pouvez facilement y enfoncer une lame de couteau, c’est qu’elle est cuite.

Le pâtisson en soupe

Vous reprendrez bien un peu de velouté ? Faites revenir un oignon émincé et des gousses d’ail dans un peu de beurre. Ajoutez des lamelles de pâtissons, que vous aurez vidés de leurs graines. Laissez mijoter en tournant régulièrement, ajoutez de l’eau. Salez et poivrez (pas trop). Et laissez sur le feu une demi-heure environ.

Il ne vous reste plus qu’à passer au mixeur, et à ajouter de la crème. Vous pouvez aussi adjoindre un peu de persil.

Le pâtisson farci

Vous pouvez farcir un pâtisson à la viande, aux champignons, etc. Le tout est de faire cuire le légume dans de l’eau bouillante une trentaine de minutes (tout dépend de sa taille).

Une courge à découvrir
Une courge à découvrir

Une fois cuit, laissez-le tiédir, séchez-le si besoin, puis découpez-lui un chapeau : ôtez les graines et récupérez la chair, en faisant attention de ne pas le percer.

Préparez alors la farce de votre choix, que vous mêlerez à la chair de votre courge. Emplissez votre pâtisson de cette farce, posez-lui son chapeau, et enfournez une vingtaine de minutes.

Le pâtisson en gratin

L’avantage du gratin est qu’il n’est pas nécessaire d’éplucher vos pâtissons : découpez-les en tranches, ajoutez des oignons hachés, des gousses d’ail, des fines herbes. Mélangez. Dans un plat allant au four, versez une cuiller d’huile d’olive, puis placez votre mélange.

Versez un filet d’huile d’olive sur ce mélange, saupoudrez de fromage râpé et de chapelure. Il n’y a plus qu’à enfourner une demi-heure environ (thermostat 6-7).

Le pâtisson en confiture

Ce serait une spécialité égyptienne. Notez que cette courge figure à la table du Nouvel an juif, qui doit être fait de douceurs. Epluchez vos pâtissons, et faites comme pour toute confiture : sauf qu’il vaut mieux utiliser du sucre blanc, le roux donnant une étrange couleur à votre jolie confiture. A la cuisson, le pâtisson devient translucide.

Ce n’est pas tout à fait fini. Une fois que votre confiture refroidie, ajoutez une cuiller de fleur d’orangers. Et là, donnez-nous en des nouvelles. Du loukoum en moins calorique.

Pour en savoir plus

Alimentation et santé au naturel, nos articles :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous conseillons aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer