Actualité

Osgène : la plante artificielle qui va dépolluer nos intérieurs

L’air intérieur est souvent très pollué : produits ménagers, meubles, parfum… Le bon réflexe est de renouveler l’air suffisamment souvent : pour cela, il faut aérer en ouvrant les fenêtres en grand au moins 10 minutes par jour. Pour nettoyer l’air, une autre bonne idée est d’avoir des plantes chez soi, elles absorbent certaines substances chimiques contenues dans l’air. Mais si vous n’avez pas la main verte, la plante artificielle Osgène est peut-être la solution !

A LIRE SUR CE SUJET : 7 plantes dépolluantes à avoir chez soi

Osgène est un purificateur d’air qui a l’apparence et fonctionne comme une plante. Ce projet, mené par Mridula Dasari, étudiante en design à l’université d’Hyderabad en Inde, permettrait de lutter contre la pollution de l’air intérieur en imitant le fonctionnement d’un végétal.

Osgène reproduit la photosynthèse grâce à des cellules en silicone et un catalyseur. Comme une « vraie plante » ce purificateur d’air a besoin d’eau pour fonctionner. L’hydrogène et l’oxygène de l’eau sont dissociés. L’oxygène est rejeté à dans la pièce où Osgène est installé et l’hydrogène sert de combustible à la LED.

AUTRE PROJET S’INSPIRANT DE LA NATURE : Éolienne biomimétique : l’Arbre à Vent

L’ampoule LED est quant à elle utilisée pour reproduire la photosynthèse en captant et stockant le dioxyde de carbone dans des tampons.

Osgène est pourvu de 3 modes de fonctionnement différents : modes confort, normal ou intense, selon les besoins d’air pur de la pièce. L’appareil se déploie alors comme une fleur en floraison !

Adeline

Née en 1983 dans le sud-ouest de la France, Adeline a grandi à la campagne avant de partir à Toulouse, puis Paris, pour poursuivre ses études. Diplômée en sciences de gestion, elle travaille en Allemagne et en Angleterre puis regagne Paris. A la naissance de son premier fils, elle décide de changer de vie professionnelle et de s’orienter vers un domaine qui a plus de sens pour elle, à savoir l’écologie et le développement durable. En 2013, elle rejoint Toutvert où elle peut s’exprimer par la plume sur des sujets de l’économie verte qui lui sont importants. Elle crée en parallèle une activité de conseils et sensibilisation au développement durable (www.environa.eu). En 2016, elle devient rédactrice en chef et responsable éditorial de Toutvert France.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer