Niacine : la vitamine B3, l’ex vitamine PP

Auparavant appelée vitamine PP (pour « pellagra preventive ») la vitamine B3, aussi appelée niacine, sert principalement à la synthèse de l’hémoglobine et à  fournir de l’énergie aux cellules de l’organisme.


Rôle et définition de la niacine

Un lien entre la nicotine et l’hémoglobine…

Ne le répétez pas à la ministre de la Santé, c’est grâce à la nicotine du tabac qu’au XIXème siècle fut découverte l’importance de l’acide nicotinique (AN) : alors, certaines populations notamment d’Amérique Latine décédaient d’une carence sévère de leur alimentation en l’un de ces deux composés de la vitamine B3 (niacine), l’autre étant la nicotinamide (NA).

Bien qu’appartenant au complexe des vitamines B, la vitamine B3 n’est pas à proprement parler une vitamine : elle agit comme un coenzyme, substance qui permet une réaction chimique. En l’occurrence, la vitamine B3 permet quelque 200 réactions chimiques dans l’organisme.




Retenons surtout son rôle dans la synthèse de l’hémoglobine (la pigmentation du sang qui ne sert pas à faire « rouge » au cinéma, mais bien à acheminer l’oxygène jusqu’aux cellules ), dans la formation des hormones sexuelles, et des neurotransmetteurs. La vitamine B3 sert aussi au métabolisme des glucides et lipides.

Dans quels aliments trouver la niacine ?

Pas compliqué, l’équivalent de 100 gr de blanc de poulet

La niacine est apportée par l’alimentation, essentiellement par les protéines animales : viandes blanches (blanc de poulet, de dinde), le foie, et les poissons gras (saumon, maquereau, thon). Également mais dans une moindre mesure par les céréales complètes et certains fruits secs (amandes, pruneaux, abricots séchés).

Rôle et importance de la niacine
Rôle et importance de la niacine


Carence et excès de niacine

Hydrosoluble dans l’eau, la vitamine B3 s’élimine avec l’urine. D’où l’intérêt d’un apport journalier par une alimentation équilibrée : 10 mg maximum pour un adulte, 12 mg pour un adolescent, le double pour une femme enceinte.

Pas assez de vitamine B, les 3D

La pellagre affecte les populations dénutries : d’abord observée au Mexique, où le maïs comme aliment de base est pauvre à la fois en vitamine B3 et en tryptophane (l’acide aminé essentiel qui permet à l’organisme de la synthétiser ), la pellagre se caractérise par les 3D, dermatite, démence, diarrhée.

Rôle et importance de la niacine
Rôle et importance de la niacine

Cette carence se manifeste d’abord par une irritation de la peau localisée sur le visage, le cou et les membres, accompagnée d’une faiblesse musculaire et de fatigue. Par ailleurs, elle s’accompagne de troubles digestifs, perte d’appétit, nausées et diarrhée. Et, à l’extrême, de troubles neurologiques pouvant aller jusqu’à la démence.

Trop de vitamine B3, le foie en mauvais état

C’est l’organe le premier touché : un excès de vitamine B3 est toxique pour le foie. Une alimentation normale a peu de risque d’en arriver à cet extrême. En revanche, aux États-Unis notamment, certains aliments en particulier des céréales du petit-déjeuner, sont enrichies en vitamine B3 : à long terme au quotidien, cet excès favoriserait le diabète et l’obésité.

Par ailleurs, si le rôle bénéfique d’une supplémentation en vitamine B3 est avéré dans la baisse du taux de mauvais cholestérol, une supplémentation en vitamine B3 ne peut se fait hors prescription médicale.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille ces autres articles sur les vitamines et oligo-éléments :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *