featuredMaison & Jardin

Murs végétaux : comment sont-ils fabriqués – 2ème partie

Nous avons évoqué dans l’article précèdent les divers avantages des murs verts et vu les différentes techniques d’assemblage des installations. Il nous reste maintenant à aborder les points relatifs aux espèces végétales les plus adaptées à un tel revêtement naturel, que l’on parle de bâtiments ou de barrières acoustiques, à l’entretien et au coût de réalisation.

En ce qui concerne les plantes, le choix s’oriente le plus souvent vers les variétés exigeant un entretien minime, c’est-à-dire peu de soins et des interventions sporadiques au cours de l’année. Autre caractéristique importante, il doit être possible d’accrocher les plantes choisies, donc plantes, buissons et arbustes grimpants.

SUR LE MÊME THÈME : Murs végétaux : comment sont-ils fabriqués – 1ère partie

En ce qui concerne les variétés provenant des prairies, les plus utilisées se classent en 2 catégories :

  • variété microterme (graminée), résistant bien au froid mais peu à la chaleur
  • variété macroterme (ivraie et graminée), appréciant les climats chauds ; lors des températures basses, elle perd ses couleurs et entre en repos végétal pour ensuite reverdir au printemps

Dans le choix des plantes, il faut également tenir compte de divers facteurs, dont celui de la zone géographique du bâtiment (exposition au soleil, vent, orientation, …), des besoins hydriques des essences, de la typologie des installations et sous-couches choisies.

La végétation doit être installée dans des conditions environnementales et climatiques favorables. Il est important de suivre sa croissance et son adaptation, en particulier lors des 8-12 premiers mois.

A LIRE ÉGALEMENT : Potager sur le balcon : ce qu’il faut savoir avant de se lancer !

Irrigation et fertilisation sont impératives, quelles que soient les variétés de plantes choisies. Le plus simple est d’avoir recours aux systèmes automatiques, incorporés dans les installations elles-mêmes, à travers des collecteurs disposés horizontalement en divers niveaux de la paroi. Ces collecteurs sont connectés à des tubes verticaux, parcourant la structure en hauteur et distribuant les nutriments aux plantes. Si l’installation est dotée d’un système d’irrigation en cycle fermé, l’eau utilisée est l’eau de pluie, conservée dans des bassins de récolte, au pied du mur.

Venons-en au nerf de la guerre. Les facteurs déterminants le prix final sont multiples : matériaux utilisés pour la structure, système d’irrigation, sous-couche, espèces. A titre d’exemple, pour une façade verte de 2 mètres de hauteur, dotée de bassins d’irrigation et d’une structure de soutien en aluminium, comptez environ 420-450 euro du mètre carré.

Anne-Sophie

Anne-Sophie est une traductrice et une rédactrice efficace et professionnelle. Elle a traduit plusieurs articles de toutvert.fr quand il est né et aidé beaucoup à créer le site.

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer