Maison & Jardin

Vos vêtements, miam pour les mites !

Vous découvrez de petits trous inégaux dans vos vêtements, et de petits insectes dorés volettent chez vous ? Il y a fort à parier que vous êtes squattés par des mites des vêtements, un insecte autant insignifiant que vorace.

Présentation

La mite des vêtements se nourrit de kératine, protéine présente dans les poils d’animaux, ongles, griffes, cornes, sabots. Dans la nature, la mite de vêtements a un vrai rôle écologique : elle bio-dégrade ces parties des cadavres d’animaux. La mite de vêtements est présente dans les nids d’oiseaux, tapissés de poils d’animaux.

Chez vous, la mite raffole aussi très naturellement de cette kératine, présente les fibres naturelles, c’est-à-dire dans vos vêtements de la plus belle qualité : lin, soie, laine, cachemire, fourrure. Mais elle aime aussi la sueur et les petits coins sombres.

Décrite en 1832 par l’entomologiste suédois Hummel, la mite des vêtements (Tineola bisselliella) est un petit papillon nocturne de la famille des teignes, qui mesure entre sept et dix millimètres de long. De teinte gris-doré et les ailes étroites, il s’écrase en poussière sous le doigt.

Mite des vêtements, sa larve

C’est la larve de la mite de vêtements, qui est nuisible à ces derniers : autant de petits vers blancs brillants à tête noire sortis d’un œuf de moins d’un millimètre, qui y nichent et s’en repaissent.

Devenu papillon, la mite ne vit qu’une quinzaine de jours. Sauf qu’au cours de cette brève existence, elle pond en moyenne une centaine d’œufs, qui éclosent au bout d’une dizaine de jours : des légions prêtes à se faire un cocon douillet de vos vêtements.

Vos pull-overs, mais aussi tapis, rideaux et votre canapé : la mite de vêtements aime presque tous vos textiles.

Trou dans le coton de la mite de vêtements

La mite de vêtement aime accessoirement le coton. Si vos tee-shirts sont troués ? Attention aux mites. Mais regardez aussi du côté du tambour de votre machine à laver, qui accroche les tissus de qualité banale.

Trou de mites des vêtements dans un pull
Trou de mites des vêtements dans un pull

Comment savoir si on a des mites chez soi ?

La trilogie est sans équivoque : des petits trous irréguliers dans vos vêtements, de petits papillons justement dans la pièce où sont stockés vos vêtements, des larves dans les encoignures d’un placard ou d’un tiroir. Vous avez des mites des vêtements.



Autre indice sans équivoque, les mites muent : au passage, elles en laissent des traces brunes, jamais très éloignées de leur zone d’infestation.

Votre logement est très chauffé et vos vêtements sont confinés : les mites adorent, ce qui vous fait un motif de plus pour baisser le chauffage et bien aérer votre logement.

Les mites également de la nourriture présente dans la sueur : ne rangez jamais des vêtements déjà portés avec des vêtements propres.

Photo d’une mite

Comment reconnaître la mite alimentaire ou de la mite textile ?

Les mites ne sont pas polyvalentes : les mites alimentaires prisent votre farine, mais ne s’intéressent pas à vos vêtements. Et réciproquement. Autre moyen de les distinguer : tandis que les mites des vêtements sont de couleur dorée, les mites alimentaires sont blanches.

Mites des vêtements : traitement efficace

Tant pis, commencez par vous débarrasser de vos vêtements troués, devenus de vraies auberges à mites. Et lavez intégralement votre dressing : à plus de 60 degrés pour vos vêtements qui le supportent, en les plaçant trois jours au congélateur avant de les laver pour ceux qui sont fragiles.

Nettoyez à fond vos placards, penderies et tiroirs. Préparez un antimite naturel de vinaigre blanc, d’eau savonneuse et d’huile essentielle de cèdre : lavez à fond vos rangements à l’aide d’une éponge propre imprégnée de ce mélange. Laissez bien sécher et s’aérer.

Stockez dans des housses hermétiques, les vêtements que vous portez peu souvent. Et secouez régulièrement vos vêtements, ne serait-ce qu’en prenant l’habitude de faire bouger les cintres : les mites ont horreur d’être dérangées.

Nos remèdes de grand-mère contre les mites

Et garnissez toujours vos placards à vêtements d’antimites naturels. Ce sont les moins chers et les plus efficaces : des clous de girofle piqués dans une orange, des copeaux de crayon (il suffit de tailler un crayon à papier), des peaux de citron séchées, de la lavande dans un vieux bas en nylon, des feuilles de lauriers séchées dans un mouchoir.

Le savon est aussi un excellent antimite naturel : au choix, de petits morceaux de savon d’Alep ou bien de Marseille. Notez que l’eau de Javel est sans effet sur les mites.

Et repassez vos pull-overs : les mites ne survivent pas à la vapeur d’eau. Un traitement en pulvérisation, qui vaut aussi pour votre canapé.

Pièges à mites des vêtements

La vie courte d’une mite adulte est entièrement tournée vers sa reproduction. D’où les pièges à mites qui utilisent des phéromones (hormones sexuelles) pour attirer les mâles sur une surface couverte de glu et empêcher la reproduction des mites. Avantages, ces pièges sont non toxiques et sans odeur (important pour les vêtements). Vous en trouverez munis d’un crochet, à suspendre dans vos penderies.

Mites des vêtements, quelles huiles essentielles utiliser ?

La mite a horreur des plantes odorantes. Là aussi, il y a le choix : cèdre bien sûr, mais aussi eucalyptus, thym, lavande, citronnelle, romarin, menthe.

La lavande contre les mites des vêtements
La lavande contre les mites des vêtements

Mites des vêtements : quel danger ?

Les mites de vêtement ne représentent aucun danger pour la santé : en certains cas, elles peuvent provoquer de l’asthme, mais c’est rare.

En revanche, les antimites chimiques sont à éviter, car ils sont nocifs pour la santé.

Pour en savoir plus

La rédaction de Toutvert.fr vous invite à découvrir d’autres sujets :

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer