La migraine, un casse-tête ?

La migraine, étymologiquement « la moitié du crâne » (émikranion en grec) est ce céphalée chronique qui affecte plus d’un français sur dix, dont une femme sur cinq.


Migraine : les symptômes

Un mal de crâne bien diagnostiqué

Les sujets migraineux témoignent d’un calvaire à répétition, au point d’être incapable d’assumer leurs occupations habituelles, pour devoir s’allonger dans le noir. Un quart pourtant ignore la vraie nature de son mal de tête.

Le diagnostic est aujourd’hui bien établi : la crise dure de 4 à 72 heures, la douleur pulsative est localisée, souvent d’un côté du crâne, et rend hypersensible à la lumière, au bruit voire aux odeurs. Et s’accompagne de nausées, avant de spontanément se dissiper jusqu’au prochain épisode.



Pour que la migraine ne soit plus une fatalité !
Pour que la migraine ne soit plus une fatalité !




Les causes de la migraine

Mais pas encore clairement identifié

Pourquoi une migraine ? Elle est souvent un cadeau héréditaire. La recherche s’oriente désormais vers notre chromosome 8 : la zone située entre les deux gènes qui régulent le neurotransmetteur qu’est le glutamate, pourrait bien être en cause.

De fait, le migraineux serait sujet à une inflammation des vaisseaux de la dure-mère (l’enveloppe du cerveau) provoquée par son propre système nerveux : au lieu de modérer l’action des fibres dits « nocipeptiques » (messagers de la douleur) des vaisseaux sanguins, il amplifierait le message. Si c’est le cas, ce n’est pas gentil de sa part. Mais wait and cherche… comme disent les scientifiques.

La migraine ophtalmique, la plus fréquente des migraines avec aura

L’aura du migraineux a peu à voir avec le sens commun de charme. 10 à 20% des migraines s’accompagnent d’une aura, autrement-dit d’un trouble neurologique momentané et totalement réversible. Rien de commun avec une AVC.




La migraine ophtalmique est la plus répandues des migraines avec aura : le sujet voit des points noirs ou scotomes qui scintillent, des mouches ou plus rarement perd momentanément l’acuité visuelle d’un œil. Autant de troubles qui apparaissent progressivement et ne durent jamais plus d’une heure.

Cette « marche migraineuse » peut s’accompagner d’autres troubles sensoriels, y compris de troubles la parole.

Les traitements naturels

Connais-toi toi-même

Facile à dire : mais le migraineux sait de quoi il retourne, s’il boit un verre de vin blanc ou mange du chocolat. La liste des facteurs déclenchant est longue… et personnelle : depuis le cycle menstruel féminin jusqu’au choc émotionnel, en passant par le manque voire l’excès de sommeil et même le fait de ne pas travailler : oui, il y a les migraineux du week-end !

Pour que la migraine ne soit plus une fatalité !
Pour que la migraine ne soit plus une fatalité !

La précaution non infaillible est d’éviter tous les facteurs déclenchant connus : si une grasse matinée vous provoque une migraine, debout ! Un rythme régulier mieux vaut aussi qu’une vie de patachon, mais rien n’est jamais sûr. La migraine peut vous surprendre si vous avez sauté un repas autant que si vous avez mangé un peu lourd. Autant de circonstances que le migraineux connaît.




Avant de se taper la tête contre les murs

Avant de devenir chèvre de douleur, voici quelques conseils non-miracles : s’allonger dans la pénombre et, si possible, le silence. Faites-vous un café bien serré, et passez-vous du froid sur le front et les tempes, ne les massant en douceur.

Et le bio-feed-back ?

En-dehors de la crise, la relaxation est évidemment recommandée : d’anciens migraineux préconisent fortement la myothérapie, qui soigne les douleurs en traitant les contractures musculaires.

Quant au biofeedback ou rétroaction biologique, il permet de visualiser les fonctions organiques de notre corps, de manière à mieux les contrôler : des signaux bioélectriques permettent de visualiser certaines fonctions de son corps sur écran.

La rédaction de Toutvert.fr vous conseille les articles suivants :



Outbrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *