Bien-être et santé

Les métaux lourds, ces doses infinitésimales qui pèsent sur la santé

On y songe quand on mange du saumon, quand on va chez le dentiste. Eh oui, ces éléments métalliques naturels ont envahi notre environnement de façon trop concentrée. Par notre faute. Zoom sur les métaux lourds.

Métaux lourds ou éléments-traces métalliques (ETM) : définition

Ce que nous appelons « métaux lourds » sont des éléments chimiques métalliques, dont la masse volumique est comprise entre 4 000 kg/m3 et 5 000 kg/m3. Ce sont des « éléments-traces métalliques » (ETM) naturellement présents dans l’environnement (les roches, le sol, l’eau).

Si certains de ces ETM sont utiles à l’organisme en quantité infinitésimale (le cuivre et le zinc), l’activité humaine a en généré une concentration inédite, toxique pour l’Homme au-delà d’un certain seuil.

Liste des métaux lourds

Ces ETM sont au nombre d’une dizaine : l’antimoine, l’arsenic, le cadmium, le nickel, le cuivre, l’étain, le fer, le manganèse, le mercure, le plomb, le zinc.

Les plus redoutables pour la santé ? Le plomb, le mercure, le cadmium. Et ceux auxquels nous sommes les plus exposés ? Eh bien, le mercure et l’aluminium.

Métaux lourds dans le corps

Le mercure des poissons pollués et amalgames dentaires. Les deux principales sources d’intoxication au mercure sont les amalgames dentaires et les poissons et crustacés pollués. Sous forme liquide à l’état naturel, le mercure est principalement issu d’éruptions volcaniques et de l’érosion des roches.

A cette propagation naturelle via l’air, l’eau et les sols, s’ajoute les rejets en mercure des centrales électriques, de l’exploitation minière, mais surtout, dans notre environnement urbain, des incinérateurs de déchets.

Votre dentiste vous a-t-il un jour posé un amalgame dentaire ? Acte banal, deux amalgames de molaires et prémolaires sur trois sont composés pour moitié de mercure : un amalgame contient à lui seul, un gramme de mercure. Et l’Ordre des Dentiste estime à 15 tonnes, la quantité de mercure apposée chaque année dans les bouches françaises.

Métaux lours et vaccins

Or, le mercure est toxique pour l’organisme, quelle qu’en soit la dose. Certains vaccins sont aussi pointés du doigt. Le système nerveux central et les reins n’aiment pas du tout le mercure, qui serait à l’origine de scléroses en plaques, d’arthrite, de maux de tête chroniques, de perte de mémoire voire de cas de la maladie d’Alzheimer.

Métaux lourds et poisson

Quant aux poissons du haut de la chaîne alimentaire, voici la liste des plus concentrés en mercure : l’espadon, le requin, le marlin, le thon, la daurade, la lamproie.



Les ETM étant persistants, choisir du poisson bio ne change, en l’occurrence, pas grand-chose à l’affaire.

Un exemple de métaux lourds
Un exemple de métaux lourds

Métaux et santé

L’aluminium, le fameux petit rouleau dans la cuisine

L’aluminium est le troisième élément le plus abondant de la croûte terrestre : il en représente 8% ! Très malléable et disposant d’une bonne conductivité électrique et physique, il a de multiples usages industriels, mais aussi médicaux (chirurgie, pharmacie via les pansements gastriques, à haute teneur en aluminium), et même pour traiter l’eau potable contre les virus et bactéries (le procédé de la floculation).

L’exposition de l’être humain à l’aluminium se fait par voie orale, très peu par l’eau, majoritairement par l’alimentation : le bébé par le lait, les légumes et compotes, puis tout le monde par les produits céréaliers et les légumes.

La liste noire des aliments les plus riches en aluminium ? Le chocolat, la laitue, la compote de pommes faite maison dans une casserole en aluminium, les feuilles de thé (Ceylan, Inde ou Kenya), le pain, les épices, les laits infantiles !

No panic tout de même, mais disons qu’éviter le cumul, en oubliant en priorité le fameux papier d’aluminium pour vos aliments est une bonne base.

Métaux lourds : réglementation

Les canalisations en plomb sont désormais interdites pour l’eau courante, qui n’était donc pas tout à fait potable. Quant aux jouets made in China, leur importation est également interdite, s’ils contiennent du plomb, utilisé dans le PVC (le polychlorure de vinyle). Hélas, il lui arrive d’être remplacé par du cadmium, un métal lourd encore plus toxique.

Et les cosmétiques ? Beaucoup contiennent, en dose infinitésimale, des métaux lourds. Attention donc aux marques à bon marché, un peu trop riches en plomb, arsenic, cadmium, mercure et antimoine.

Les risques du plomb pour l’organisme ? De l’hypertension, des problèmes rénaux, de l’arthrite, de la fatigue, des allergies, des migraines.

Éviter les métaux lourds ?

Le problème des métaux lourds est une intoxication à moyen ou long terme : une fois qu’il est bien tard. Ainsi les lésions irréversibles du foie et des reins, provoquées par le cadmium transporté par la fumée du tabac, qui n’affecte pas seulement les poumons !

La meilleure prévention est d’adopter une alimentation la plus saine possible : légumes et céréales bio, poissons maigres pour alterner avec les poissons gras (qui stockent les métaux lourds dans leur graisse) à ne pas consommer plus de deux fois par semaine.

Pour vous détoxifier, sachez aussi que certains végétaux s’emploient à nettoyer l’organisme des métaux lourds : la chicorée, le chardon-marie (très bon draineur hépatique), la chlorella (cette algue planctonique est l’un des meilleurs agents contre les métaux lourds accumulés dans l’organisme).

Côté légumes, le brocoli neutralise les substances toxiques et carcinogènes.

Enfin, entretenir sa dentition est une saine protection contre les métaux lourds. De même, il va sans dire, qu’arrêter de fumer.

Pour en savoir plus

Protégez votre santé au naturel

Pascale

Née en 1960 à Dakar au Sénégal, Pascale est toujours un peu cet enfant qui a grandi au bord de la mer, même si elle vit aujourd’hui à Paris. Les obligations professionnelles de ses parents l’ont amené à voyager à travers le monde et à rejeter le matérialisme pour se concentrer sur l’humain. Quand elle arrive en France pour faire Sciences Po Paris, c’est un grand décalage qui l’attend. Elle conforte alors sa vision de la vie aux autres jeunes gens de son âge. Elle s’habitue à ce nouveau rythme, mais c’est la perpétuelle recherche du « reste du monde » qui la guide et la mène au journalisme. Elle découvre la radio, elle collabore d’ailleurs toujours à Radio Ethic, puis le média web. Ses domaines de prédilection : le sport, pour sa dimension d’échanges et partages, et l’écologie bien sûr. Elle la vit au quotidien en se déplaçant à bicyclette et trouvant toujours une astuce récup’ pour ne pas acheter neuf inutilement. Elle rejoint l’équipe de Toutvert.fr en 2016, dont elle devient rapidement un pilier central !

Nous vous conseillons aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer